ONU: les tunnels libanais du Hezbollah n’ont « pas de points de sortie en Israël »

« Bien qu’ils constituent une violation grave de la résolution 1701, les tunnels ne semblent pas avoir de points de sortie côté israélien », a affirmé un haut responsable de l’ONU

Des soldats israéliens montrent au général de division de la FINUL Stefano Del Col un tunnel du Hezbollah qui entre en territoire israélien depuis le sud du Liban, le 6 décembre 2018. (Crédit : armée israélienne)

L’enquête de l’ONU après la découverte de quatre tunnels à la frontière entre le Liban et Israël, n’a pas permis d’établir jusqu’à présent qu’ils avaient des sorties côté israélien, a affirmé mercredi au Conseil de sécurité le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix.

« Une enquête approfondie pour établir les trajectoires et les points d’origine des tunnels identifiés est une tâche complexe. Les tunnels sont situés entre 29 et 46 mètres sous terre, difficiles à détecter et à proximité de zones sensibles pour les deux parties. Bien qu’ils constituent une violation grave de la résolution 1701, les tunnels ne semblent pas avoir de points de sortie côté israélien », a affirmé le responsable de l’ONU.

« Sur la base de ses propres conclusions, la force de l’ONU au Liban a confirmé l’existence de quatre tunnels au sud de la Ligne bleue », a-t-il relevé.

Selon lui, « au moins deux de ces tunnels, un près de Metulla (près de Kfar Kila au nord de la Ligne bleue) et un près de Zarit (près de Ramyah au nord de la Ligne bleue) traversent la Ligne bleue et constituent des violations de la résolution 1701 ».

La Ligne bleue est une ligne tracée en 2000 par l’ONU après un retrait israélien du Liban. La résolution 1701 a mis un terme en 2006 au conflit israélo-libanais en prévoyant la cessation des hostilités, le retrait des forces israéliennes du Liban et le déploiement de la force de l’ONU Finul.

Israël a demandé à l’ONU de condamner le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, accusé d’être à l’origine des tunnels visant à infiltrer Israël à partir du Liban pour enlever ou assassiner des soldats ou des civils israéliens, et à s’emparer d’une frange du territoire israélien en cas d’hostilités.

La réunion de l’ONU avait été demandée par Israël et les Etats-Unis. Elle s’est achevée sans publication de texte de condamnation ou exprimant une inquiétude.

L’ambassadeur israélien à l’ONU Danny Danon a présenté aux quinze pays membres du Conseil des photos aériennes accréditant, selon Israël, de la présence du Hezbollah au sud de la Ligne bleue.

« Avec une base opérationnelle terroriste à la frontière israélienne, si le Hezbollah ose attaquer Israël, cela entraînera la ruine du Liban », a menacé le diplomate israélien.

Israël a donné accès mercredi à la presse aux tunnels creusés par le Hezbollah sous la frontière libanaise pour infiltrer son territoire.

L’armée israélienne a autorisé des journalistes, acheminés sur le site par véhicule blindé et strictement encadrés, à filmer l’un de ces tunnels, à seulement une dizaine de mètres de la frontière libanaise près de la localité israélienne de Metula.

Israël a lancé le 4 décembre une vaste opération de détection et de destruction de tunnels. Il dit avoir localisé quatre souterrains jusqu’à présent et y avoir disposé des explosifs afin d’en empêcher toute utilisation.

Le tunnel montré mercredi à la presse pénètre sur une quarantaine de mètres à l’intérieur d’Israël.

« Nous resterons ici jusqu’à ce que nous ayons fini. Cela a pris des années au Hezbollah pour construire ces tunnels, notre opération les renverra d’autant d’années en arrière », lance un responsable militaire sous le couvert de l’anonymat.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a qualifié ces souterrains « d’acte de guerre ».

Il a appelé le Conseil de sécurité « à exiger du Liban qu’il cesse de permettre qu’on se serve de son territoire pour des actes d’agression » et à « soutenir le droit d’Israël à se défendre contre une agression inspirée et menée par l’Iran ».

« Israël va continuer à faire tout ce qui est nécessaire pour protéger (son) peuple et défendre (ses) frontières », a-t-il ajouté.

Pour sa part, l’ambassadrice libanaise à l’ONU Amal Mudallali a accusé Israël de « violations de l’espace aérien libanais au cours des quatre derniers mois, avec une moyenne de 84 intrusions par jour ».

Source: Times of Israël

Publicités

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s