Ces hommes se prennent pour le Messie

Pas de commentaire

Note importante: Les opinions présents dans cet article ne reflètent en rien la pensée du site ! Et contrairement à ce qui est dit tout au long de cet article, des antichrists, il y en a énormément… et de plus en plus.

Le photographe Jonas Bendiksen a rencontré des hommes qui affirment être la réincarnation de Jésus-Christ.

Près de Brasilia, capitale du Brésil, les fidèles d’INRI (les initiales de « Iesus Nazarenus Rex Iudaeorum », ou « Jésus de Nazareth, Roi des Juifs », le nom que fit inscrire Ponce Pilate sur la croix) promènent leur messie sur un piédestal roulant. Une douzaine de disciples, surtout des femmes, partagent l’existence du célibataire de 69 ans, qui vit dans une propriété entourée de murs munis de barbelés et de clôtures électrifiées. Il a eu sa révélation en 1979.

« Oui, je viens bientôt ». L’avant-dernier verset de la Bible, qui prophétise le retour du Christ, m’a toujours fasciné. Que faut-il entendre par « bientôt » ? Et qui est ce « je » ? Au cours des dernières années, j’ai suivi sept personnes qui affirment être la réincarnation du Christ (dont cinq sont présentées ici).

En m’immergeant dans leurs prophéties et en passant du temps avec leurs disciples, j’ai tenté de rassembler des images qui témoignent du besoin de croire chez l’homme, de trouver un sens à la vie et d’être sauvé. La religion a toujours constitué un mystère à mes yeux.

Chez moi, en Norvège, je n’ai pas reçu d’éducation religieuse. Mais j’ai toujours aimé lire les Écritures. Sans cesse, je revenais à ce verset énigmatique, à cette promesse dont la chrétienté attend l’accomplissement depuis près de deux mille ans. Si le Christ devait revenir pour parachever son oeuvre, me disais-je, que penserait-il du monde que nous avons créé ? Et nous, que penserions-nous de lui ? C’est avec de telles interrogations à l’esprit que je me suis décidé à partir à la recherche de nouveaux messies.

Vissarion est assis dans le salon de l’un de ses disciples, à Obitel Rassveta (« demeure de l’aube »), un village dépourvu d’électricité. Sergueï Torop, de son vrai nom, a eu la révélation d’être le Christ réincarné à l’époque de l’effondrement de l’URSS. Fondateur de l’Église du Dernier Testament, il compte au moins 5 000 fidèles, dont beaucoup vivent avec lui dans plusieurs villages des forêts sibériennes où l’utopie se marie à l’écologie. Ils forment une société à part, qui a construit ses écoles et ses églises. Les pensées de Vissarion sont publiées en seize tomes sous le titre Le Dernier Testament.

À Eshowe, en Afrique du Sud, Moses Hlongwane délivre un prêche à ses fidèles lors de la cérémonie de son mariage. Cet événement, selon lui, marque le début de la fin des temps. Moses dit que Dieu l’a reconnu comme le Messie lors d’un rêve qu’il a eu en 1992. Il était alors bijoutier. Depuis, il n’a cessé de prêcher à Eshowe, à Johannesburg et ailleurs dans la région. Il compte environ quarante disciples.

Tous végétariens, les disciples de Vissarion partagent un repas de Noël à Cheremshanka, l’un des cinq villages de la communauté. Ici, Noël tombe le 14 janvier, le jour de l’anniversaire de Vissarion. La célébration commence le 12 du mois, avec un pèlerinage d’une journée qui va de village en village. Le jour de Noël, des milliers de dévots se rassemblent pour gagner l’autel installé au sommet de la montagne qui surplombe Obitel Rassveta. Vissarion bénit alors ses fidèles et prononce un court sermon.

Sur la place du marché de Ndola, en Zambie, Jésus de Kitwe proclame la venue du messie de la fin des temps. Quand il ne délivre pas ses sermons, Bupete Chibwe Chishimba, 43 ans, s’habille comme tout un chacun, conduit un taxi et vit avec sa femme et ses cinq enfants à Kitwe, une ville de plus d’un demi-million d’habitants, bâtie autour d’une mine de cuivre. Ce Jésus-là dit avoir entendu la parole de Dieu à l’âge de 24 ans. Peu après la prise de cette photo, il a été accusé de blasphème par des chrétiens se rendant à l’église. Quand la foule a menacé d’user de violence, Jésus de Kitwe s’est rapidement éclipsé.

Juché sur le toit d’une fourgonnette, à Tokyo, Jésus Matayoshi prononce un violent sermon lors de la campagne en vue des élections à la chambre haute du Parlement. Il intime à ses adversaires de se suicider et menace les pécheurs des flammes de l’Enfer. Depuis vingt ans, il s’est présenté à un grand nombre d’élections. En 2016, après deux semaines de campagne à Tokyo, il a obtenu 6 114 voix. Né à Okinawa en 1944, Mitsuo Matayoshi a fondé en 1997 le Parti de la communauté économique mondiale, dont le programme s’inspire de la révélation de son créateur. Jésus Matayoshi affirme que son but est de provoquer la fin des temps à travers une démarche politique démocratique, d’occuper le poste de secrétaire général des Nations unies et d’instaurer la volonté de Dieu sur terre.Je les ai trouvés en utilisant l’actuel sésame universel : un moteur de recherche sur Internet. On pourrait croire que beaucoup de personnes se prennent pour le Christ, mais il n’y en a pas tant que ça. Et, en réalité, nombre d’entre elles peuvent être considérées comme des prophètes, des gourous ou des leaders spirituels.

Rares sont celles dont la carte de visite correspondait à mes critères : des prophéties conséquentes, des années passées à rédiger sa théologie, des disciples.

Chacun de ces hommes est unique, comme le sont les communautés qui les entourent. Pour la plus grande partie des gens, croire en une puissance supérieure relève de l’abstraction.

Cependant, pour ces disciples (et aucun n’avait l’air d’un fou ou de quelqu’un ayant subi un lavage de cerveau), c’est un fait tangible. Ils ont un accès physique à leur foi. Dans toutes les communautés où je suis allé, j’ai essayé de garder un esprit ouvert, tout en me plongeant totalement dans leur monde. J’ai été frappé par la cohérence spirituelle de bon nombre de ces messies.

J’ai bien conscience que beaucoup de gens considéreront ces personnages comme des dingues ou des imposteurs. Mais j’ai toujours estimé que la venue d’un messie est une sorte d’invariant fondamental au coeur des religions du Livre – judaïsme, christianisme et islam. Ma démarche a surtout consisté à poser des questions plutôt qu’à obtenir des réponses. J’espère qu’elle permettra aux lecteurs de faire de même : réfléchir sur la foi, s’interroger sur ceux qui ont le pouvoir de la définir.

Source: National Geographic

Publicités

Commenter cet article

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s