69 ans après son adhésion, Israël quitte officiellement l’UNESCO

Les efforts pour convaincre Washington et Jérusalem ont échoué ; « nous ne serons pas membres d’une organisation qui agit délibérément contre nous », dit l’envoyé israélien.

Le siège de l’Unesco, à Paris, le 31 octobre 2011
AFP

Au début de la nouvelle année, Israël a officiellement quitté l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) malgré les efforts déployés récemment par sa directrice pour lutter contre sa politisation et son parti pris anti-israélien présumé.

Le retrait est entré en vigueur à minuit, heure de Paris (1 heure du matin en Israël).

« L’UNESCO est un organisme qui réécrit continuellement l’histoire, notamment en effaçant le lien juif avec Jérusalem », a déclaré lundi au Times of Israel l’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU Danny Danon.

« Il est corrompu et manipulé par les ennemis d’Israël, et ne cesse de condamner l’unique Etat juif. Nous ne serons pas membres d’une organisation qui agit délibérément contre nous. »

En octobre 2017, quelques jours à peine après que l’administration américaine eut annoncé son retrait de l’UNESCO en raison, entre autres, de son obsession pour Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il emboîterait le pas aux États-Unis.

« Nous espérons que l’organisation changera ses façons de faire, mais nous ne misons pas sur cela ; par conséquent, ma directive de quitter l’organisation tient toujours et nous irons de l’avant pour la réaliser », a-t-il déclaré quelques jours après.

Israël a rejoint l’UNESCO le 16 septembre 1949 et abrite six sites du patrimoine mondial de l’UNESCO, dont Massada, la vieille ville d’Akko, les temples Bahai à Haïfa et la « ville blanche » de Tel Aviv. Ces sites resteront sur la liste, a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem.

Jérusalem et Washington ont ignoré les efforts acharnés déployés par la nouvelle directrice générale de l’agence, Audrey Azoulay, pour amener les deux pays à reconsidérer leur position, notamment en négociant des compromis qui ont retardé ou assoupli les résolutions anti-Israël.

Source: Times of Israël

Publicités

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s