« Nous allons revoir un certain nombre d’accords, y compris ceux d’Oslo » (Abbas)

Le président de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, a déclaré vendredi lors d’un point presse au Caire que s’il le devait, il « annulerait » tous les accords existants avec Israël, y compris les accords d’Oslo, et qu’il pourrait pareillement envisager d’annuler la coordination sécuritaire avec l’Etat hébreu.

« Nous voulons examiner un certain nombre d’accords, y compris les accords d’Oslo, même si cela signifierait que nous devrions les annuler. 86 résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et 720 résolutions de l’Assemblée générale n’ont jamais été mises en œuvre « , a affirmé Abbas, ajoutant qu’il pourrait également reconsidérer les accords de Paris.

Signés à Washington le 13 septembre 1993, les accords d’Oslo offraient pour la première fois la reconnaissance internationale à l’OLP en tant que représentante légale du peuple palestinien, et investissait la nouvelle Autorité palestinienne de pouvoirs à Gaza, et en Cisjordanie, découpée en zones A, B, et C, dans l’attente d’un traité final prévu cinq ans plus tard. Ces accords instauraient par ailleurs la coopération sécuritaire entre services de sécurité palestiniens et israéliens.

Lors du point presse vendredi, le président de l’AP a également évoqué ses relations avec les États-Unis depuis que le président américain Donald Trump a annoncé le 6 décembre 2017 reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, rompant avec des décennies de diplomatie américaine.

L’ambassade des Etats-Unis avait été en outre inaugurée à Jérusalem après un transfert depuis Tel Aviv le 14 mai dernier.

Abbas a assuré que l’initiative américaine « ne changerait en rien le droit de reconnaître Jérusalem comme la capitale du peuple palestinien ».

« Il y a trois choses que nous n’accepterons pas: la situation actuelle avec les Etats-Unis, celle avec Israël, et la discorde avec le Hamas », a déclaré Mahmoud Abbas, ajoutant que tant que les Etats-Unis ne reviendront pas sur leurs décisions contre les Palestiniens, aucun responsable palestinien n’acceptera de rencontrer un dirigeants américain.

L’administration Trump a coupé en 2018 plus de 500 millions de dollars d’aide aux Palestiniens, et cessé de soutenir financièrement l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (Unrwa).

Mahmoud Abbas a conclu qu’il n’avait plus « la force de se battre », mais ne comptait pas finir sa vie « en traître ».

« Il y a à mes côté, un peuple palestinien qui dit ‘non' », a-t-il précisé, avertissant que « l’avenir semblait dangereux « .

Source: i24 News

Publicités

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s