Le gouverneur de New-York, Andrew Cuomo, célèbre la signature d’un projet de loi sur la santé procréative autorisant l’interruption de la grossesse jusqu’à la naissance de l’enfant.

Le taux d’avortement à New York est de 23,1 pour 1 000 femmes, soit le double de la moyenne nationale de 11,8 pour 1 000 femmes. Dans l’État de New York, 25 à 27% des grossesses aboutissent à un avortement. À New York, 78% des avortements concernent des bébés afro-américains. Plus de bébés noirs tués par avortement que de naître en ville. La nouvelle loi sur l’avortement de Cuomo augmentera probablement ces chiffres.

Le Sénat et l’Assemblée de New York ont ​​chacun adopté mardi un projet de loi expansif en faveur de l’avortement , à moins de 90 minutes l’un de l’autre. Le gouverneur Andrew Cuomo a immédiatement signé la loi sur la santé en matière de reproduction, puis célébré en allumant le One World Trade Center en rose.

« La loi sur la santé de la reproduction est une victoire historique pour les New-Yorkais et pour nos valeurs progressistes » , a déclaré le Gouverneur Cuomo. « Face à la volonté du gouvernement fédéral de faire reculer Roe v. Wade et les droits des femmes en matière de procréation, j’ai promis que nous adopterions ce projet de loi essentiel dans les 30 premiers jours de la nouvelle session – et nous l’avons fait. Les points de repère de New York doivent être allumés en rose pour célébrer cet exploit et faire rayonner la lumière pour le reste de la nation.  »

Il y a à peine une génération, le monde est horrifié lorsqu’il a découvert les images des camps de concentrations d’Hitler. Les images de meurtres en masse d’être humains dans des chambres à gaz, des fours crématoires ou par fusillades sont visiblement passées à l’oubli.  En effet, il est temps de célébré la mort en illuminant des bâtiments en rose, tout comme vient de le faire le gouverneur de New-York… Nous vivons dans une époque méchante qui est si mûre à recevoir les jugements de Dieu que je ne peux pas trouver les mots justes pour l’exprimer. Car oui, en 2019, nous tuons des bébés, sous prétexte du contrôle des naissances, et l’on appelle ceci un droit… célébré et même exigé par celles qui devraient au contraire, protéger leur progéniture.

Le gouverneur de New York, avec le Reproductive Health Act, annule quasiment toutes les protections pour les bébés prématurés. La nouvelle loi autorise l’avortement du troisième trimestre lorsqu’un enfant prématuré est diagnostiqué avec une affection qui le fera mourir à la naissance ou peu après. Elle supprime les protections accordées aux bébés nés vivants après un avortement – ce qui signifie qu’ils pourraient mourir après leur naissance – en annulant une partie de la loi de New York sur la santé publique, voir ci-dessous.

La loi sur la santé publique à New York, Reproductive Health Act

La loi autorise également l’avortement pendant les neuf mois de la grossesse lorsque la vie ou la santé de la mère est en danger – ce qui est totalement inutile, car mettre au monde un bébé vivant par césarienne est plus rapide et plus sûr que de le tuer deux jours plus tard que prévu. avortement à long terme. Le Dr Anthony Levatino, ancien avorteur, explique dans la vidéo ci-dessous:

La nouvelle loi autorise également les non-médecins à commettre des avortements non chirurgicaux et fait passer la loi sur l’avortement du code pénal de l’État à son code de la santé – ce qui supprime toute menace de poursuite des avorteurs. Les républicains du Sénat ont toutefois déclaré qu’un changement pourrait rendre impossible pour une femme qui perd son enfant déjà né à la suite d’une agression de faire poursuivre son agresseur. En outre, selon le New York Law Journal , «Les législateurs ont également codifié mardi la législation de l’État, promulguée par le Département des services financiers de l’État, exigeant que les compagnies d’assurance maladie couvrent les contraceptifs à New York. Les deux factures entrent en vigueur immédiatement.

Selon Metro USA, le projet de loi stipule que les habitants de New York auront ​​le droit de demander un avortement dans les 24 semaines suivant le début de leur grossesse, ou à tout moment si la grossesse n’est pas viable ou si existe un risque pour la santé.

Mais selon New York Right to Life, l’exception pour cause de « santé » après les 24 semaines est décrite de manière particulièrement floue. Cette clause autoriserait les femmes à avorter les bébés à naître jusqu’à l’âge de neuf mois de grossesse pour « des facteurs d’âge, économiques, sociaux et émotionnels, plutôt que la définition biologique de ‘santé’ qui vient normalement à l’esprit ».

L’organisation a publié un mémo d’opposition au projet de « Reproductive Health Act » (RHA), dénonçant les nouvelles mesures en 5 points :

  • RHA établirait l’avortement comme un droit fondamental à NY
  • RHA autoriserait l’avortement jusqu’au jour du terme
  • RHA autoriserait n’importe quel soignant à pratiquer un avortement
  • RHA limiterait les protections des femmes et des enfants à naître des avortements illégaux
  • RHA abrogerait la protection médicale standard des mères et des enfants

Un autre risque serait donc qu’une famille abusive ou un praticien malhonnête par exemple, ne soit plus jugé pour avoir tué illégalement un bébé contre la volonté de la mère

Les républicains du Sénat ont toutefois déclaré qu’un changement pourrait rendre impossible pour une femme qui perd son enfant déjà né à la suite d’une agression de faire poursuivre son agresseur. En outre, selon le New York Law Journal , «Les législateurs ont également codifié mardi la législation de l’État, promulguée par le Département des services financiers de l’État, exigeant que les compagnies d’assurance maladie couvrent les contraceptifs à New York. Les deux factures entrent en vigueur immédiatement.

Le Sénat a adopté le projet de loi par 33 voix contre 24. L’Assemblée a ensuite voté à 92 voix contre 47 en faveur de ce projet.  Il s’agit du premier changement apporté aux lois sur l’avortement à New-York depuis 1970.

La présidente de Live Action, Lila Rose, a déclaré:

«Les criminels condamnés ne sont pas passibles de la peine de mort dans l’État de New York, mais désormais, les enfants de moins de 9 mois peuvent être victimes d’injections mortelles et empoisonnés. Ce n’est pas différent de l’infanticide…. La loi de New York est barbare et inhumaine et rejette la science moderne et les avancées médicales qui révèlent le développement et l’humanité de la vie dans l’utérus….

Un récent sondage mariste a montré que 75% des Américains pensent que l’avortement devrait être limité, tout au plus, aux trois premiers mois de la grossesse.

Source: NTEB, Live Action et Info Chrétienne

Traduit par: Sentinelle SAPS

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s