Venezuela : Juan Guaido s’autoproclame président et électrise la scène internationale

Le président du Parlement vénézuélien s’est autoproclamé « président en exercice ». Trump, Cuba, l’Union européenne, Mélenchon et… Instagram ont immédiatement réagi.

Juan Guaido, le président du Parlement vénézuélien contrôlé par l’opposition, s’est autoproclamé mercredi « président en exercice » du pays devant des milliers de partisans réunis à Caracas.

Député de 35 ans, Juan Guaido est devenu en quelques semaines le visage de l’opposition au chef de l’Etat Nicolas Maduro, en réussissant à remobiliser les adversaires du dirigeant socialiste.

Cette déclaration a fait l’effet d’une bombe sur la scène internationale… et en France.

Reconnaissance de Trump

Le président américain Donald Trump a aussitôt annoncé qu’il reconnaissait l’opposant comme « président par intérim ». « Les citoyens du Venezuela ont trop souffert depuis trop longtemps sous le régime illégitime de Nicolas Maduro. Aujourd’hui, je reconnais officiellement le président de l’Assemblée nationale vénézuélienne, Juan Guaido, comme président par intérim du Venezuela », a indiqué Donald Trump dans un communiqué.

Washington a également indiqué que « toutes les options » étaient sur la table si Nicolas Maduro avait recours à la force.

D’autres pays du continent américain s’alignent (sauf le Mexique)

Plusieurs pays ont emboîté le pas aux Etats-Unis. Le Brésil, la Colombie, le Pérou et le Canada ont reconnu Juan Guaido comme président par intérim.

« Le Brésil reconnaît Juan Guaido comme président en exercice du Venezuela. Le Brésil soutiendra politiquement et économiquement le processus de transition pour que la démocratie et la paix sociale reviennent au Venezuela », a notamment indiqué le ministère des Affaires étrangères du pays dans un communiqué reproduit par le président Bolsonaro lui-même sur Twitter.

Luis Almagro, secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA) basée à Washington, a félicité Juan Guaido. « Nos félicitations à Juan Guaido, le président en exercice du Venezuela. Il a toute notre reconnaissance pour impulser le retour de la démocratie dans ce pays », a tweeté Luis Almagro.

Le Mexique a, en revanche, maintenu son soutien au gouvernement de Maduro.

L’Union européenne appelle à des élections

L’Union européenne a appelé mercredi à écouter la « voix » du peuple du Venezuela et a réclamé des élections « libres ». « Le 23 janvier, le peuple vénézuélien a massivement réclamé la démocratie et la possibilité de déterminer librement son propre destin. Sa voix ne peut être ignorée », a dit la haute représentante de l’UE, Federica Mogherini, au nom des Vingt-Huit.

« L’UE appelle à l’ouverture immédiate d’un processus politique débouchant sur des élections libres et crédibles, conformément à l’ordre constitutionnel », a ajouté la chef de la diplomatie européenne dans un communiqué.

En outre, les Européens évitent, dans leur déclaration, de nommer le président Nicolas Maduro ou son gouvernement.

Pour l’UE, « la violence et le recours excessif à la force par les forces de sécurité sont totalement inacceptables et ne résoudront certainement pas la crise ». « Le peuple vénézuélien a le droit de manifester pacifiquement, de choisir librement ses dirigeants et de décider de son avenir », a poursuivi l’Union.

La déclaration n’inclut pas non plus l’appel répété par le passé de l’UE au dialogue entre le gouvernement et l’opposition et se limite à exprimer sa volonté de « soutenir le rétablissement de la démocratie et de l’Etat de droit au Venezuela par un processus politique pacifique et crédible ».

Soutien sans faille de Cuba à Maduro

Sans surprise, le gouvernement cubain a exprimé mercredi son « ferme soutien » au président Maduro.

« Notre soutien et notre solidarité au président Nicolas Maduro devant les tentatives impérialistes pour discréditer et déstabiliser la Révolution bolivarienne », a écrit sur Twitter le président cubain Miguel Diaz-Canel. Peu avant, le ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez avait également déclaré son « ferme soutien » à l’allié vénézuélien, qualifiant la proclamation de Juan Guaido de « tentative de coup d’Etat ».

Mélenchon parle de « coup d’Etat »

Plus proche de nous, en France, le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, ne pouvait pas ne pas réagir à cette tentative de prise de pouvoir, qu’il n’hésite pas à qualifier de coup d’Etat :

Le député Eric Coquerel, de son côté, accuse même directement les Etats-Unis d’en être à l’origine :

Juan Guaido a sa certification sur Instagram

Contrairement à ce qu’un journaliste vénézuélien avait relevé dans un premier, Instagram n’as pas retiré le badge de certification à Nicolas Maduro pour le donner à Juan Guaido. Puisqu’en réalité, comme le note le HuffPost, le compte Instagram du président vénézuélien n’a jamais été certifié, à l’inverse de celui de son opposant politique.

La Russie ironise

La ministre russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a estimé de son côté que « les événements qui se déroulent actuellement au Venezuela montrent bien l’attitude de l’Occident vis-à-vis des standards du droit international ».

Source : Nouvelobs via Dreuz.info

Publicités

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s