AP: la conférence sur la « sécurité au Moyen-Orient » est un « complot américain »

La conférence prévue à Varsovie vise à « amener les participants à adopter les points de vue américains », a estimé le ministère des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne.

Une photo prise le 6 décembre 2017 montre un Palestinien regardant une allocution prononcée par le président américain Donald Trump, où il annonce la reconnaissance américaine de Jérusalem comme la capitale d’Israël, dans un café à Jérusalem (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)

L’Autorité palestinienne a dénoncé jeudi la conférence sur la « sécurité au Moyen-Orient » organisée par les Etats-Unis en qualifiant ce forum prévu la semaine prochaine en Pologne de « complot américain »

Cette conférence doit réunir à Varsovie les 13 et 14 février des ministres de différents pays pour discuter des questions de sécurité au Moyen-Orient.

Les Palestiniens n’ont pas été invités à cette conférence alors qu’ils refusent tout dialogue avec les Etats-Unis depuis l’annonce en décembre 2017 par le président Donald Trump du transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem.

Parmi les participants attendus figurent le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo ainsi que Jared Kushner et Jason Greenblatt, proches conseillers du président Trump.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne présidée par Mahmoud Abbas, a estimé que cette conférence s’inscrivait dans le cadre d’un « complot américain dont l’objectif est d’amener les participants à adopter les points de vue américains en particulier sur la question palestinienne ».

Le communiqué a prévenu que le gouvernement palestinien ignorera toutes les conclusions de cette conférence.

Des enfants palestiniens regardent des graffitis représentant le président américain Donald Trump et des slogans contre le vice-président américain Mike Pence, inscrits sur la barrière de sécurité israélienne à Bethléem en Cisjordanie, le 7 décembre 2017. (Crédit : AFP / THOMAS COEX)

Pour les Palestiniens, Jérusalem-Est doit devenir la capitale de l’Etat auquel ils aspirent. Selon eux, les Etats-Unis ne peuvent plus servir de principal intermédiaire dans le processus de paix israélo-palestinien en raison de leurs positions pro-israéliennes.

L’administration Trump a reporté à plusieurs reprises la présentation d’un plan de paix entre Israël et les Palestiniens tout en affirmant son intention de le rendre public.

Le président Trump s’est félicité du transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem lors de son discours sur l’état de l’Union mardi.

« Les intentions malveillantes de cette administration ont été réaffirmées par le président américain Donald Trump lors de son discours sur l’état de l’Union durant lequel il a souligné la poursuite de sa politique absolument partiale en faveur d’Israël », a ajouté le ministère palestinien dans son communiqué diffusé par l’agence officielle palestinienne Wafa.

Source: Times of Israël

Publicités