Les actes antisémites en hausse de 74% en France en 2018 (Castaner)

Les actes antisémites ont bondi de 74% en France en 2018, a déploré lundi le ministre français de l’Intérieur Christophe Castaner après plusieurs récents actes antijuifs à Paris et en banlieue de la capitale.

Christophe Castaner le 15 janvier 2019 à l’Assemblée nationale
STEPHANE DE SAKUTIN (AFP/Archives)

« L’antisémitisme se répand comme un poison », a déclaré Christophe Castaner à Sainte-Geneviève-des-Bois, au sud de Paris, où un arbre planté en mémoire d’Ilan Halimi, jeune Juif tué en 2006, a été vandalisé. Les actes antisémites sont passés de 311 en 2017 à 541 l’an passé, a précisé le ministère de l’Intérieur.

Les actes antisémites sont passés de 311 en 2017 à 541 l’an passé, a précisé le ministère de l’Intérieur à l’AFP.

Qualifiant cet acte « d’attaque contre l’espérance », il a affirmé que le gouvernement ne laisserait « rien passer ».

« En attaquant un culte, en attaquant la mémoire d’Ilan Halimi, c’est la République qu’on attaque », a affirmé le ministre très ému, qui a également évoqué les « attaques dont ont fait l’objet les églises catholiques ».

« Face aux vents mauvais de l’antisémitisme, la République fera bloc. C’est son honneur, c’est son devoir », a twitté de son côté le secrétaire d’Etat à l’Intérieur Laurent Nuñez.

L’arbre planté à la mémoire d’Ilan Halimi, et portant sa photo, a été scié à la base. Deux agents municipaux, venus préparer le site pour une cérémonie annuelle mercredi, ont « découvert deux jeunes arbres, l’un entièrement coupé, l’autre en partie scié », avait expliqué plutôt dans la journée la municipalité, qui a porté plainte.

Le premier arbre avait été planté en 2006, l’année de la mort du jeune homme, séquestré et torturé dans la banlieue parisienne, le deuxième pour le dixième anniversaire de sa mort.

Enlevé le 21 janvier 2006 par des délinquants autoproclamés le « gang des barbares », Ilan Halimi, 23 ans, avait été découvert agonisant après trois semaines de tortures près de la gare de Sainte-Geneviève-des-Bois le 13 février. Il était mort lors de son transfert à l’hôpital.

La justice française a par ailleurs été saisie lundi après la découverte de plusieurs inscriptions antisémites datant du week-end sur plusieurs sites parisiens, dont des croix gammées sur le portrait de Simone Veil, figure de la vie politique française et européenne, déportée à 15 ans dans le camp d’Auschwitz, et décédée en juin 2017.

Source: i24 News

Publicités