Israël: recommandations d’inculpation de Netanyahou pour corruption, fraude et abus de confiance

Le procureur général israélien Avichai Mandelblit a annoncé jeudi son intention d’inculper le Premier ministre Benyamin Netanyahou pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires qui le visent.

Bien qu’anticipée depuis plusieurs semaines, la décision d’Avichai Mandelblit, 40 jours avant les législatives anticipées du 9 avril, est susceptible de changer la donne électorale et menace le long règne de Netanyahou qui, à 69 ans et après bientôt 13 ans de pouvoir, brigue un cinquième mandat.

Le parti Likoud de Netanyahou a réagi à cette annonce en dénonçant une « persécution politique » tandis que le parti travailliste de droite Avoda (opposition) a réclamé la démission du Premier ministre.

Le Likoud a lancé immédiatement après l’intervention de Mandelblit une campagne intense sur les réseaux sociaux avec la diffusion d’une vidéo soutenant que le procureur général avait cédé aux « pressions de la gauche ».

La Cour suprême israélienne avait rejeté plus tôt la requête du Likoud en dernier recours contre la publication de la décision du Procureur général à l’encontre de Netanyahou.

Dans « l’affaire 1000 » il est suspecté d’avoir reçu des cadeaux de milliardaires, dont l’australien James Packer et un producteur à Hollywood, Arnon Milchan.

La valeur totale de ces cadeaux a été chiffrée par les médias à des dizaines de milliers de dollars. Dans « l’affaire 2000« , le Premier ministre aurait essayé de conclure un accord secret avec le propriétaire du Yedioth Ahronoth pour une couverture favorable de la part du quotidien israélien. Pour ces deux dossiers, Netanyahou pourrait être inculpé pour fraude et abus de confiance.

Par ailleurs, dans « l’affaire 4000″, Mandelblit a l’intention d’inculper Netanyahou pour corruption, fraude et abus de confiance. Il est soupçonné d’avoir tenté de s’assurer une couverture favorable de la part du site d’informations Walla, en contrepartie de faveurs gouvernementales qui pourraient avoir rapporté des centaines de millions de dollars à Bezeq, principal groupe de télécommunications israélien.

Shaul Elovitch, alors patron de Bezeq, l’était également de Walla. Il est lui aussi mis en cause.

Netanyahou a notamment reçu jeudi le soutien du président américain Donald Trump, à l’issue d’un sommet à Hanoï avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

« Ce que je peux dire, c’est qu’il a fait un excellent travail en tant que Premier ministre », a dit M. Trump.

Source: i24 News

« Les accusations portées contre moi sont fausses et destinées à me faire tomber »

Netanyahou

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a réagi jeudi soir à la décision du procureur général de son intention de l’inculper pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires, déclarant notamment que ces accusations étaient « infondées » et qu’il le prouverait.

Après avoir remercié les dirigeants internationaux dont Donald Trump pour « ses paroles et son soutien ferme et extraordinaire envers Israël », Netanyahou a affirmé que les accusations retenues contre lui provenaient d’une « pression énorme de la part de la presse et de la gauche avant les élections. »

« Grâce à la politique que je mène avec mes collègues si dévoués du Likoud, nous avons transformé Israël en une force mondiale montante, tout en développant notre puissance militaire, » a-t-il rappelé.

Pour sa défense, Netanyahou, qui s’est présenté comme la cible d’une campagne de calomnies, a souligné le fait que les accusations portées contre lui sont le fruit d’une gauche qui n’agit que dans le but de le faire tomber avant le scrutin si attendu du 9 avril prochain.

« La gauche sait bien qu’elle ne peut pas nous vaincre et elle mène une chasse dans le but de faire tomber la droite et de mettre au pouvoir Gantz et Lapid, ils ont fait des pressions inhumaines mais je vais tout démonter, toutes les affaires, une par une et prouver que tout cela n’est que mensonge, »a-t-il précisé dans une déclaration télévisée.

« Je peux vous assurer que tout va s’écrouler tel un château de cartes, » a-t-il ajouté.

« Je suis l’homme le plus honni de la presse mais j’ai l’intention de continuer à vous servir en tant que Premier ministre pendant de longues années, cela ne dépend que de vous, » a-t-il encore averti.

Le chef du Parti de la résilience israélienne, Benny Gantz, passe à l’offensive le 19 février 2019 dans la ville côtière israélienne de Tel Aviv avant les élections générales du 9 avril,
JACK GUEZ (AFP)

Benny Gantz, à la tête du parti « Bleu-Blanc » avec Yair Lapid, a également réagi suite à la décision du procureur et à l’allocution de Benyamin Netanyahou, en l’appelant notamment à « démissionner ».

« Le Netanyahou que j’ai connu n’aurait pas offert au pays un Premier ministre à mi-temps, qui doit partager son temps entre les tribunaux et la politique, Israël mérite mieux que cela, » a-t-il déclaré.

« Cet état nous appartient à tous mais la voie que vous suivez ne correspond pas à la dignité du peuple, vous choisissez d’abord votre dignité à vous et c’est un mauvais choix, alors faites preuve de responsabilité et démissionnez de vos fonctions, » a lancé Gantz au Premier ministre.

Benny Gantz a par ailleurs été accusé mercredi d' »inconduite sexuelle », il y a une quarantaine d’années, alors qu’il était au lycée.

L’accusatrice, Navarone ​​Jacobs, a notamment écrit sur sa page Facebook qu’elle avait été « sexuellement agressée » par Gantz à l’âge de 14 ans alors qu’ils étudiaient dans un établissement à Hakfar Hayarok, dans le centre d’Israël.

Source: i24 News

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s