Le plan de 100 ans de la Chine pour devenir la superpuissance mondiale

… Et, devinez quoi, ils sont plus qu’à mi-chemin.

« Certains ennemis peuvent être ignorés, d’autres doivent être détruits. »

Anonyme

« Chaque communiste doit comprendre la vérité.  Le pouvoir politique naît du canon d’une arme à feu. »

Mao Zedong, Problèmes de guerre et de stratégie (6 novembre 1938), œuvres choisies, vol. II, page 224

« Le camarade Mao, qu’il franchisse « une mer de vagues déferlantes » ou escaladait « un col de montagne imprenable comme du fer », a toujours suivi son cours sans faille, donnant ainsi un brillant exemple au Parti Communiste Chinois. »

Le président de la République Populaire de Chine, Xi Jinping

L’Amérique a de sérieux ennemis.  Un est la Chine, l’autre est l’Islam et les Américains ont besoin d’en savoir plus sur les deux.  La Chine a pour stratégie secrète de remplacer les États-Unis en tant que superpuissance mondiale et le réalisera pleinement d’ici à 2049, année de son 100e anniversaire de fondation.

Cet article fait partie d’une série sur l’éducation de la population à la menace que représente la Chine depuis 70 ans.  La survie même de notre République est menacée par l’influence du communisme à l’intérieur de notre pays.

Dans un récent article d’opinion publié dans Fox News et intitulé : « Tout le monde accepte enfin que la Chine ne puisse pas conquérir le monde », je me suis dit : « Eh bien, qu’est-ce qui a finalement donné à Fox son premier indice ? »  Xi Jinping a exposé sa vision élargie du rôle de la Chine dans l’économie mondiale, l’initiative « Ceinture et Route », destinée à encercler le monde des tentacules dorés de Pékin ; En même temps que ses revendications territoriales expansives, il a fait rapidement comprendre aux cœurs du parti fidèle d’accélérer.

Xi a demandé au reste du monde de repenser la sagesse de donner à la Chine les clés de la voiture mondiale.  Les milliards de dollars qu’elles ont amassés grâce au commerce américain leur ont permis d’acheter et de s’approprier le monde, et le Dragon a renforcé sa puissance militaire.  Ils disposent maintenant du deuxième budget le plus important au monde pour la défense.

La Chine continentale est la République Populaire de Chine (RPC), dirigée par les communistes.  La République de Chine (ROC) est la minuscule île de Taïwan située au large de la Chine continentale.  Tous deux se reconnaissent comme le parti au pouvoir en Chine.

La différence idéologique est qu’aujourd’hui l’un est résolument capitaliste et l’autre communiste.  Taïwan souhaite rester indépendant, mais, le président chinois Xi Jinping a renforcé la pression sur Taïwan.  Pékin, la capitale de la Chine continentale, a cherché à isoler diplomatiquement Taipei, la capitale de Taïwan.

Vous trouverez ci-dessous un aperçu de l’histoire de la Chine, des anciennes dynasties au communisme, et des efforts de la Chine continentale pour se moderniser et devenir la superpuissance mondiale d’ici 2049.

Des dynasties au communisme

Lorsque la dernière dynastie chinoise, la dynastie Qing, tomba en 1911-1912, elle marqua la fin de la longue histoire impériale de la nation.  La dynastie Qing s’est effondrée au cours de la seconde moitié du 19ième siècle et du début du 20ième siècle en raison d’une interaction complexe entre des facteurs internes et externes.

Les débuts officiels du Parti Communiste Chinois ont commencé avec le 1er Congrès tenu à Shanghai et à Jiaxing en juillet 1921.  Le communiste Mao Zedong était présent au premier congrès en tant qu’un des deux délégués d’un groupe communiste du Hunan.

Le Kuomintang (KMT) est le parti politique chinois qui a dirigé la Chine continentale de 1927 à 1948, puis, s’est installé à Taïwan après la guerre civile. Le nom se traduit par « Parti Populaire National de Chine » et était historiquement appelé les nationalistes chinois.  Le parti a été fondé le 25 août 1912 par Sun Yat-sen.  Il s’est reformé le 10 octobre 1919, à nouveau dirigé par Sun Yat-sen, et est devenu le parti au pouvoir en Chine.

Après la mort de Sun, le parti fut dominé de 1927 à 1975 par Tchang Kaï-chek, qui dirigea la République de Chine de 1928 à 1975, d’abord en Chine continentale jusqu’en 1949, puis, à Taïwan jusqu’à sa mort.

Le 1er octobre 1949, le dirigeant communiste chinois Mao Zedong a déclaré la création de la République populaire de Chine (RPC).  L’annonce a mis fin à la coûteuse guerre civile à grande échelle entre le Parti Communiste Chinois (PCC) et le parti nationaliste KMT, qui a éclaté immédiatement après la Seconde Guerre Mondiale et qui avait été précédée d’un « conflit intermittent » entre les deux parties depuis le début du conflit dans les années 1920.  La création de la RPC achève également le long processus de bouleversement gouvernemental en Chine amorcé par la révolution chinoise de 1911.  La « chute » de la Chine continentale au communisme en 1949 a conduit les États-Unis à suspendre leurs relations diplomatiques avec la RPC pendant des décennies.

Chiang a été reconnu par la plus grande partie du monde comme le chef du gouvernement légitime de la Chine jusqu’en 1971, au cours de laquelle l’Organisation des Nations Unies ont adopté la résolution 2758 qui ne reconnaissait que la Chine communiste continentale en tant que représentation chinoise légitime auprès de l’ONU.  Bien que le KMT (parti politique de Chiang) ait perdu la guerre civile avec le Parti communiste chinois en 1949, le KMT a pris le contrôle de Taïwan et reste un parti politique majeur de la République de Chine.

À Taïwan, le parti de Chiang a lentement renoncé à son caractère collectiviste, bien que la planification et le contrôle de l’État demeurent.  Heureusement pour Taïwan, le gouvernement a autorisé le fonctionnement relativement libre des petites entreprises qui ont permis leur succès économique.

Aujourd’hui, Taïwan est dirigée par leur première femme présidente, Tsai Ing-wen.

Président Richard M. Nixon

Après des années d’isolement diplomatique, la visite du Président Nixon en 1972 en Chine a constitué une ouverture stratégique et diplomatique qui a marqué le point culminant de la reprise par l’administration Nixon de relations harmonieuses entre les deux pays.  Lorsque les communistes ont pris le pouvoir en Chine continentale en 1949 et ont exilé les nationalistes sur l’île de Taïwan, les États-Unis se sont alliés à la République de Chine et l’ont reconnue comme le seul gouvernement de la Chine, et non la Chine communiste continentale.

Avant son élection à la présidence en 1968, l’ancien vice-président Richard Nixon a laissé entendre qu’il fallait nouer de nouvelles relations avec la République Populaire de Chine.  Au début de son premier mandat, Nixon, par l’intermédiaire de son conseiller à la sécurité nationale, Henry Kissinger, a envoyé de subtiles ouvertures laissant entrevoir des relations plus chaleureuses avec le gouvernement de la RPC.  Après une série de démarches de la part des deux pays, Kissinger a effectué des missions diplomatiques secrètes à Beijing en 1971, où il a rencontré le Premier Ministre Zhou Enlai.  Le 15 juillet 1971, le président a choqué le monde en annonçant à la télévision en direct qu’il se rendrait en République Populaire de Chine l’année suivante.

En 1972, le président américain Nixon s’est rendu en République Populaire de Chine (RPC) et a rencontré Mao Zedong, président du Comité central du parti communiste chinois, et Zhou Enlai, premier ministre de la RPC.  Les relations américano-chinoises ont été ouvertes.

Les États-Unis ont interdit le commerce avec la Chine jusqu’au début des années 1970.  Par la suite, le commerce a augmenté rapidement et, après la normalisation complète des relations diplomatiques et commerciales en 1979, les États-Unis sont devenus le deuxième importateur en importance de la Chine et, en 1986, le troisième partenaire de la Chine dans l’ensemble des échanges.  En 2018, notre énorme déficit commercial avec la Chine concernait principalement les secteurs de la technologie et de la fabrication.

Le grand bond en avant de Mao

La Chine communiste n’a aucun respect pour la vie.  Nous avons des communistes dans notre propre gouvernement fédéral, qui acceptent volontiers et encouragent le meurtre des enfants à naître, des nouveau-nés et des personnes âgées.  Mao Zedong, père de la révolution communiste chinoise, a tué beaucoup plus que Staline et Lénine.  La fameuse expérience d’ingénierie sociale de Mao, le Grand Bond en avant (pour la modernisation et la fabrication) a été la campagne qui a causé la mort de millions de personnes et a catapulté Mao Zedong dans la grande ligue des meurtres du 20ième siècle.

Dans le but de moderniser le pays et d’encourager la réforme agraire amorcée avec la formation de la République Populaire de Chine, le président Mao a lancé le mouvement menant au « Grand bond en avant ».  De plus en plus de personnes ont été détournées des champs vers les fours de leurs cours-arrières afin de réaliser le rêve de Mao d’être le plus important fournisseur d’acier au monde.  C’était une industrialisation rapide et une collectivisation des terres.

Le programme de Mao n’était pas seulement une tentative d’augmenter la présence chinoise dans le secteur manufacturier, mais aussi, de renforcer les idéaux communistes.  Les agriculteurs n’avaient aucune expérience de la production en usine et leurs qualités étaient si mauvaises qu’elles échouaient. Les cultures ont pourri dans les champs, car il n’y avait plus personne pour les récolter.  Les résultats ont été désastreux.

En fin de compte, en raison d’une combinaison de politiques économiques préjudiciables et de conditions météorologiques défavorables, environ 20 à 48 millions de personnes sont mortes de faim en Chine.

Deng Xiaoping

Après la mort de Mao, le dirigeant communiste Deng Xiaoping a dirigé la Chine continentale de la fin des années 1970 jusqu’en 1997.  Il était la figure la plus puissante de la République Populaire de Chine jusqu’à sa mort, en 1997.

Deng a restauré la stabilité intérieure et la croissance économique de la Chine après les désastreux excès de la révolution culturelle lancée par Mao Zedong. Son objectif déclaré était de préserver le communisme chinois en éliminant les restes d’éléments capitalistes et traditionnels de la société chinoise.

Sous sa direction, la Chine a acquis une économie en croissance rapide, un niveau de vie élevé, des libertés personnelles et culturelles considérablement élargies et des liens grandissants avec l’économie mondiale.  Deng a également laissé en place un gouvernement légèrement autoritaire qui est resté attaché au régime du parti unique du Parti Communiste chinois (PCC) même s’il s’appuyait sur des mécanismes de marché libre pour transformer la Chine en un pays développé.

Cependant, en mai 1989, exactement 70 ans après le mouvement du 4 mai, des millions de jeunes étudiants chinois se sont rassemblés à Beijing pour réclamer plus de démocratie et moins de répression, exactement ce que Deng Xiaoping avait préconisé.  Les étudiants étaient sensibles aux réformes de Deng, mais, les partisans durs de Deng exagéraient la menace posée par les étudiants.

Le 4 juin, les troupes et la police de sécurité chinoises ont pris d’assaut la place Tiananmen, tirant sans discernement sur la foule des manifestants.  Des milliers d’étudiants ont été tués et des dizaines de milliers ont été arrêtés.  La place Tiananmen n’aurait jamais dû se passer sous Deng Xiaoping.  Le communisme extrémiste a été restauré.

En 2012, Xi Jinping est devenu président de la Chine, ouvrant ainsi une ère d’affirmation de soi et d’autoritarisme, tout en consolidant la position de la Chine en tant que superpuissance qui, en 2049, dépassera l’Amérique en tant que leader mondial.

Le Marathon de Cent Années, de Michael Pillsbury, membre du Conseil des Relations Étrangères, vaut la peine d’être lu.  Vous pouvez y accéder via ce site. Faites défiler la liste jusqu’aux « États en guerre » et lisez les neuf principaux éléments de la stratégie chinoise qui constituent la base du marathon de cent ans de la Chine.

Conclusion

Le général Douglas MacArthur a déclaré : « Je suis préoccupé par la sécurité de notre grande nation ; Pas tellement à cause d’une menace extérieure, mais, à cause des forces insidieuses qui travaillent de l’intérieur. »  Il avait raison… les dangers au sein de notre gouvernement sont réels.

Staline considérait le président Mao comme un partenaire junior.  Il a même fait pression sur Mao pour qu’il aide la Corée du Nord communiste pendant la guerre de Corée.  La bataille du réservoir de Chosin a opposé 15,000 soldats terrestres alliées à 120,000 fantassins chinois.  Les soldats américains sont morts par milliers.

Les dix divisions chinoises, ainsi que les forces nord-coréennes, étaient en mission : Éliminer les marines, l’armée et tous les alliés.  MacArthur a ensuite demandé la permission de bombarder des bases de la Chine communiste au nord de Yalu et d’utiliser les forces nationalistes chinoises de Taïwan contre la République Populaire de Chine.  Craignant un élargissement de la guerre et une éventuelle entrée de l’Union Soviétique, Truman a catégoriquement refusé ces demandes.

La Chine est en train de façonner le monde sous un parapluie chinois et elle fera tout pour que cela se produise.  Ils recherchent la domination mondiale, alors que de nombreux responsables américains et universitaires chinois naïfs sont aveugles aux « véritables intentions » de la Chine.

MacArthur avait raison, et maintenant le Dragon est devenu un ennemi bien plus redoutable, un ennemi qui prend le contrôle mondial et réussira d’ici 2049 à moins que les Américains ne prennent conscience des projets internationaux de la Chine.

Source: News With Views

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Publicités