Gardes à vue et perquisitions pour avoir décroché le portrait d’Emmanuel Macron

Déjà cinq perquisitions, trois gardes à vue et un procès à venir.

Ce zèle des autorités policières et judiciaires fait suite à quatorze opérations de décrochages du portrait d’Emmanuel Macron dans des mairies depuis le 21 février. Ces actions non violentes intitulées « Sortons Macron » visent à dénoncer l’inaction du gouvernement face au dérèglement climatique et l’urgence sociale, en laissant symboliquement des murs de mairies vides de portrait présidentiel. Le gouvernement n’a guère apprécié : les ministres Bruno Le Maire, Franck Riester et Sébastien Lecornu se sont empressés de condamner ces actions, dénonçant notamment « une atteinte symbolique à nos institutions démocratiques » [1].

« Si nous devons nous faire arrêter et juger pour que les choses changent, nous sommes prêts »

À Lyon, un premier activiste a été convoqué pour une audition dès le 22 février, puis placé en garde à vue, tandis que son domicile et un lieu militant, l’AlternatiBar de Lyon, ont été perquisitionnés. « Si ce sont les portraits que la police recherche, il n’y a pas d’inqu

iétude à avoir : ils ne tarderont pas à réapparaître puisque les actions visent à « sortir » Macron pour lui montrer la réalité du dérèglement climatique et la colère sociale », souligne l’association ANV-COP21 à l’initiative de ces actions. Une autre militante lyonnaise, Fanny Delahalle, a passé 9h en garde à vue et vu son domicile perquisitionné, suite à la plainte déposée par le maire du 2e arrondissement. Elle est convoquée au tribunal de grande instance le 2 septembre 2019 pour « vol en réunion », et encourt 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende.

A Mulhouse, Michaël Horn, a lui été placé 26 heures en garde à vue les 1er et 2 mars. « Il a été arrêté et menotté à son domicile, emmené à son lieu de travail puis au commissariat de Wittelsheim » précise ANV COP21.

Les deux perquisitions de la police, au domicile et sur le lieu de travail de Michaël Horn visaient à retrouver le portrait décroché de la mairie de Wittelsheim le 1er mars. « Depuis les premières actions, nous voyons la répression se renforcer, mais nous ne nous laisserons pas intimider », affirme Sylvine Bouffaron, membre d’ANV-COP21. « On ne le fait pas par plaisir, mais si nous devons nous faire arrêter et juger pour que les choses changent, nous sommes prêts. Le vrai crime serait de se contenter de discours. » Le mouvement annonce d’autres décrochages de portraits dans les jours qui viennent.

Source: Basta Mag

Publicités

There is one comment

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.