Venezuela : une panne d’électricité gigantesque plonge le pays dans le chaos

La panne d’électricité qui sévit depuis trois jours au Venezuela accentue les effets de la crise économique et politique qui ravage le pays. Sa population, en proie à une paupérisation critique, n’a d’autre choix que de s’expatrier.

La crise économique et politique s’intensifie au Venezuela. Le pays au bord de la mer des Caraïbes, en Amérique du Sud, est littéralement paralysé par une panne d’électricité géante, qui dure de façon intermittente dans la quasi-totalité du territoire. Et ce depuis trois jours, y compris à Caracas, la capitale. 

Conséquences : le téléphone ne fonctionne plus sur 95% du territoire, les transports en commun comme le métro sont arrêtés, les hôpitaux sont dans une situation d’urgence indescriptible, qui aurait fait une quinzaine de victimes ces derniers jours, selon les ONG présentes. 

Le Président en titre Nicolás Maduro a dénoncé dimanche 10 mars, ce qu’il appelle « la guerre de l’électricité menée par les impérialistes américains contre le Venezuela« . Depuis plusieurs semaines, il est vrai que les États-Unis cherchent à se débarrasser du chef d’État au profit de Juan Guaidó, le chef de l’Assemblée nationale, qui s’est auto-proclamé président du pays. 

La production et la vente de pétrole en chute libre

En réalité, cette gigantesque panne a plusieurs causes. D’abord, l’état délabré du grand barrage qui produit la plus grande part de l’électricité du pays. Des pannes récurrentes que le régime en place n’a jamais pu faire cesser. Habituellement, celles-ci sont compensées par des centrales à pétrole, mais il n’y a plus de carburant disponible. 

Une situation surprenante pour le pays qui possède les plus grandes réserves du pétrole du monde. Mais l’incurie, l’incompétence, la corruption du régime a fait s’effondrer la production qui n’est plus que de 30% par rapport à son niveau de 2001. Et les sanctions commerciales n’ont rien arrangé, au contraire, auparavant le pays vendait pour une dizaine de milliards d’euros de pétrole aux États-Unis. Cependant, Donald Trump a décidé de ne plus acheter tant que Maduro restait au pouvoir, et il a également interdit la vente de produits chimiques au Venezuela, en particulier le naphta nécessaire au raffinage du pétrole. 

Entre 5.000 et 18.000 personnes fuient chaque jour

La panne a tout interrompu dans le pays. Les congélateurs par exemple, alors que les ménages avaient fait des provisions pour se prémunir contre les pénuries, les retraits d’argent, alors que personne ne garde chez soi de liquide, à cause d’une inflation délirante de plusieurs pourcents par jour. Tous les commerces sont fermés, toute l’activité économique du pays est interrompue. 

Aujourd’hui même, le président de l’Assemblée nationale, chef de l’État auto-proclamé, voulait déclarer l’état d’urgence afin de permettre à l’aide alimentaire et médicale d’entrer dans le pays, alors qu’elle est actuellement bloquée à la frontière. Il y a 250 tonnes de vivres et de médicaments, envoyés principalement par les USA, qui sont bloqués aux frontières avec la Colombie et le Brésil. 

Pour faire évoluer la situation, l’élément décisif sera l’attitude de l’armée, qui peut faire basculer le régime actuel au profit de son challenger. Mais jusqu’ici, il tient avec l’héritier du régime chaviste, Nicolás Maduro. Les Vénézuéliens n’ont donc pas d’autres choix que de subir l’agonie dévastatrice de ce régime

Ceux qui le peuvent fuient. Plus de 10% de la population a déjà quitté le pays pour des États voisins, comme les États-Unis ou même l’Espagne. Selon l’ONU entre 5.000 et 18.000 quittent le pays chaque jour. 

Source: RTL

Publicités

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.