USA: Avertissement alarmant d’un shérif rural à l’attention des citoyens

« Fermez vos portes, chargez vos armes et procurez-vous un chien qui peut japper et mordre. »

Est-ce un signe de ce qui va arriver pour le reste de la nation ?  Dans le comté de Martin, dans le Kentucky, c’est très difficile en ce moment.  Grâce aux coupes budgétaires sévères, il n’y a plus que deux officiers de police payés couvrant une zone profondément appauvrie de 231 milles carrés située au cœur de la crise des opioïdes qui sévit aux États-Unis.  Il va sans dire que le shérif du comté de Martin, John Kirk, se sent largement dépassé par les voleurs, les prédateurs sexuels et les trafiquants de drogue qu’il doit affronter quotidiennement.  Il a récemment lancé un avertissement très inquiétant aux citoyens de son comté.

« Avant de procéder à une vague de compressions budgétaires dans son département, le shérif du comté de Martin, John Kirk, avait lancé un sombre avertissement aux habitants de cette communauté difficile des Appalaches. »

« Les forces de l’ordre, comme nous le savons depuis quatre ans, n’existeront plus », a-t-il publié sur Facebook le mois dernier.  « Nous sommes cassés…  Verrouillez vos portes, chargez vos armes à feu et procurez-vous un chien qui peut japper et mordre.  Si le bureau du shérif ne peut pas vous protéger, qui le fera ? »

Alors, pourquoi le comté de Martin ne pourrait-il pas se permettre d’avoir plus de policiers ?

Eh bien, comme tant d’autres communautés locales à travers l’Amérique à l’heure actuelle, elles sont très endettées et complètement cassées financièrement…

« Le comté a accumulé une dette de 1,4 million de dollars, une surprise pour nombre de ses nouveaux responsables. »

« Je ne dors pas bien », a déclaré Susan Hale, nouvelle trésorière du comté, qui examine actuellement les factures laissées par le gouvernement précédent : $230.000 pour une prison régionale abritant ses détenus, $140.000 pour une association d’état fournissant une assurance responsabilité, ainsi que des factures pour des articles banals tels que des fournitures de bureau et du papier toilette.

Alors que les conditions économiques continuent de se détériorer, nous entendrons beaucoup plus d’histoires de ce genre dans tout le pays.

Et, la vérité est que la situation sera bien pire dans nos grandes villes que dans nos zones rurales.

Jetez un coup d’œil à Chicago.  Aujourd’hui, c’est une zone de guerre et la pauvreté croissante dans la ville a alimenté la croissance rapide des gangs criminels.

Selon une étude menée à l’Université de l’Illinois, à Chicago, environ la moitié de la ville était considérée comme un « revenu moyen » en 1970, mais ce chiffre est maintenant tombé à seulement 16%…

« Les cartes de l’UIC montrent que la moitié de la ville avait un revenu moyen en 1970, y compris de larges bandes de chaque côté de la ville.  Aujourd’hui, seulement 16% des 797 secteurs de recensement de la ville sont considérés comme ayant un revenu moyen.  Ces zones à revenu intermédiaire sont principalement confinées aux coins de la ville et aux zones de délimitation qui séparent les zones de richesse et de pauvreté. »

Ces chiffres sont absolument renversants.

À l’heure actuelle, la ville de Chicago compte environ 12.000 agents de la force publique et plus de 100.000 membres de gangs.

Cela signifie que les membres des gangs sont presque 10 fois plus nombreux que les policiers.

Les choses ne sont pas aussi mauvaises dans les autres grandes villes, mais des problèmes se préparent.  Par exemple, le taux de meurtres à New York a augmenté de 37% depuis le début de l’année et de plus en plus de membres de gangs s’installent chaque jour.

Philadelphie a également vu le taux de meurtres augmenter substantiellement, et c’est ce que Jim Quinn a commenté dans son dernier article…

« Les faits sont toujours dérangeants pour les démocrates de l’État Providence, mais, l’ignorance de leurs électeurs est ce qui les maintient au pouvoir.  Le récit de plus en plus sûr de Philadelphie est effacé par les 351 meurtres commis en 2018, en hausse de 43% depuis 2013, et au plus haut niveau depuis 2007. »

« Le nombre d’agressions à l’aide d’une arme à feu s’est élevé à 2,327, en hausse de 13% par rapport à 2014.  Plus de 14.000 crimes violents et 63.000 vols qualifiés ont été commis en 2018.  La grande majorité de ces crimes ont été perpétrés à Philadelphie Ouest et Nord, alors que les actualités locales entraînant plusieurs meurtres et fusillades, tous les soirs (moyenne de 4 fusillades par jour). »

Si les choses vont déjà mal, à quoi vont ressembler les choses lorsque la situation économique ira vraiment mal ?

Nous vivons à une époque où les Américains deviennent de plus en plus pessimistes.  Et, même si les conditions économiques ont été relativement stables au cours des dernières années, le taux de mortalité national combiné relié à l’alcool, aux drogues et au suicide augmente régulièrement…

« Les sentiments de désespoir sont accablants aux États-Unis.  À tel point que les gens se tournent vers l’alcool, la drogue et le suicide pour atténuer leurs souffrances.  L’esclavage du gouvernement et sa mainmise sur l’économie rendent la vie encore plus difficile pour ceux qui ont déjà du mal à s’en sortir.  Et cela se voit dans les nouveaux nombres de morts publiés. »

« Le taux national de décès dus à l’alcool, à la drogue et au suicide est passé de 43,9 à 46,6 décès pour 100.000 habitants en 2017, soit une augmentation de 6%, a rapporté mardi le Trust for America’s Health et le Well Being Trust.  Il s’agit d’une augmentation plus lente que celle des deux années précédentes, mais supérieure à l’augmentation annuelle moyenne de 4% enregistrée depuis 1999, a rapporté USA Today. »

La principale raison pour laquelle les gens se tournent vers l’alcool, la drogue et le suicide pour faire face à la souffrance de leur vie est qu’ils n’ont plus aucun espoir.  Et, comme ce pays continue de s’effondrer littéralement autour de nous, malheureusement, de plus en plus d’Américains risquent de céder à l’anxiété, à la dépression et au désespoir.

Si nous voulons redresser le pays, nous devons agir maintenant.

L’immigration clandestine est un des principaux facteurs de la croissance explosive de la violence reliée aux gangs en Amérique, et un nouveau rapport paru dans le Washington Times nous indique que le nombre de personnes qui tentent de franchir nos frontières illégalement bat actuellement un record.

« L’immigration illégale continue de battre des records à la frontière sud-ouest, et ceci n’est pas une bonne nouvelle. »

« Le nombre de familles qui tentaient de se faufiler aux États-Unis a grimpé de 50% en un mois seulement, établissant un record absolu avec plus de 36.000 membres de famille appréhendés, ont annoncé mardi des responsables de la Sécurité intérieure. »

« Le gouvernement a également rencontré quelque 70 groupes d’au moins 100 migrants au cours des cinq premiers mois de l’exercice, fracassant ainsi des records et posant de nouveaux défis aux agents de la patrouille des frontières. »

Les mauvais choix entraînent de mauvaises conséquences et nous faisons de très mauvais choix depuis très longtemps.

Si nous ne pouvons pas changer de cap en tant que nation, vous voudrez peut-être suivre les conseils du shérif Kirk et « verrouillez vos portes, chargez vos armes et procurez-vous un chien qui peut japper et mordre »

Source: End Of The American Dream 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG