Inde-Pakistan : L’armée indienne déploie ses sous-marins nucléaires

L’armée indienne confirme le déploiement de sous-marins nucléaires dans un contexte de tensions croissantes avec le Pakistan.

Les tensions entre les deux puissances nucléaires asiatiques se sont exacerbées le mois dernier, après une incursion au Cachemire dans le territoire pakistanais par des avions de guerre de l’armée de l’air indienne pour frapper les militants djihadistes, ce qui a entraîné des escarmouches dans les airs et des tirs d’armes légères et d’artillerie sur la frontière fragile de la Ligne de contrôle.

Les principales unités de combat de la marine indienne, y compris le groupement tactique dirigé par le porte-avions INS Vikramaditya, les sous-marins nucléaires « et des dizaines d’autres navires, sous-marins et avions », ont été rapidement déplacées des exercices au déploiement opérationnel alors que les tensions entre New Delhi et Islamabad s’aggravaient, a déclaré dimanche le ministère de la Défense de l’Inde dans un communiqué.

« Un message clair et résolu concernant la position opérationnelle de la marine indienne pour prévenir, décourager et vaincre toute mésaventure du Pakistan dans le domaine maritime a également été publié lors de la conférence de presse des trois services » le 28 février, a ajouté la déclaration.

Le ministère de la Défense n’a pas précisé quels « sous-marins nucléaires » ont été déployés, bien que la marine indienne dispose actuellement de deux types de sous-marins à propulsion nucléaire, dont un seul sous-marin d’attaque de classe Chakra, le Akula II loué à la Russie et le INS Arihant, un sous-marin balistique de fabrication indienne capable de lancer jusqu’à 12 missiles nucléaires. La Marine compte également quelque 14 sous-marins diesel-électriques.

Les navires de guerre indiens ont été redéployés dans le cadre de l’exercice de préparation aux opérations au niveau du théâtre TROPEX 19, une série annuelle d’exercices interarmées auxquels participent la Marine, la Garde côtière, les Forces aériennes et l’Armée, alors que les tensions avec le Pakistan ont augmenté après l’attaque du 14 février contre un convoi militaire indien au Cachemire.

Plus tôt dimanche, des sources s’adressant à Reuters auraient déclaré que l’Inde et le Pakistan avaient menacé de se lancer des missiles nucléaires pendant la crise et que seule l’intervention de responsables américains avait contribué à désamorcer ce qui aurait pu bien se transformer en un conflit beaucoup plus meurtrier.

Début mars, la marine pakistanaise a diffusé une vidéo de ce qu’elle prétendait être un sous-marin indien qui tentait d’entrer dans les eaux pakistanaises alors que les tensions entre les deux pays s’exacerbaient.

Les tensions entre l’Inde et le Pakistan se sont exacerbées à la mi-février, après qu’un groupe terroriste basé au Pakistan, qui serait affilié à Al-Qaida, eut perpétré un attentat à la voiture piégée meurtrier contre les forces de sécurité indiennes au Cachemire, tuant au moins 40 personnes.

L’armée indienne a réagi en lançant des frappes aériennes contre un camp d’entraînement terroriste présumé du côté pakistanais de la frontière le mardi 26 février.

Le lendemain, l’armée de l’air pakistanaise a envoyé des chasseurs pour contrer une deuxième incursion de l’Inde dans l’espace aérien pakistanais, ce qui a entraîné un combat aérien et la perte d’au moins d’un MiG-21 indien et d’un F-16 pakistanais.

Les tensions continuent de couver, des rapports réguliers faisant état de violations de l’espace aérien, d’exercices militaires tenus dans la zone sensible de la frontière et d’allégations de violations du cessez-le-feu au milieu des tirs d’armes légères et d’artillerie le long de la ligne de contrôle au Cachemire.

Source Sputnik News

Publicités