Pédophilie dans l’Eglise : le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin

L’archevêque de Lyon a été reconnu coupable de non-dénonciation d’atteintes sexuelles et condamné à six mois de prison avec sursis, le 7 mars. Le pape veut attendre le jugement en appel.

Le pape François s’exprime Place Saint-Pierre à Rome avant la traditionnelle prière de l’angelus, le 24 février 2019 Vincenzo PINTO (AFP)

Le cardinal Philippe Barbarin demeure finalement archevêque de Lyon. Le pape François, à qui il a présenté sa démission lundi 18 mars, à Rome, l’a refusée « en invoquant la présomption d’innocence », comme l’a précisé le prélat dans un communiqué publié par le site de son diocèse, mardi.

Prise dans l’attente que l’appel de la condamnation du primat des Gaules soit jugé, cette décision du pontife argentin risque d’accroître le désarroi des catholiques français face à une affaire qui dure depuis déjà trois ans et demi, et d’entretenir le doute sur la résolution de l’Eglise catholique à appliquer une politique de tolérance zéro contre les pédocriminels et les évêques qui les protègent.

Le cardinal Barbarin avait annoncé son intention de demander à être relevé de sa charge épiscopale après avoir été condamné à six mois d’emprisonnement avec sursis pour non-dénonciation d’atteintes sexuelles sur mineurs de quinze ans par le tribunal correctionnel de Lyon, le 7 mars. Il avait été renvoyé devant ce tribunal à la suite d’une plainte déposée par des membres de l’association La Parole libérée, fondée par des victimes du prêtre Bernard Preynat, mis en examen pour des agressions sexuelles commises dans les années 1970 et 1980 sur de jeunes scouts de Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône).

« L’erreur de trop »

La référence au respect de la présomption d’innocence signifie que le pape François a tenu compte de la décision du cardinal Barbarin de faire appel de sa condamnation, qui n’est donc pas encore définitive. Mardi soir, sur la chaîne KTO, le prélat français a confirmé que ses avocats avaient rédigé une note à l’attention du pape sur les perspectives de l’appel. « Je n’allais pas refuser de la remettre [au pape] », a-t-il glissé.

Dans cette affaire, le pontife argentin avait déjà exprimé sa volonté de laisser la procédure judiciaire aller à son terme. Interrogé sur une éventuelle démission de l’archevêque de Lyon par le quotidien La Croix en mai 2016, François avait répondu : « Non, ce serait un contresens, une imprudence. On verra après la conclusion du procès. Mais maintenant, ce serait se dire coupable. » A la tête d’une Eglise universelle, le pape doit aussi adopter une « politique » applicable dans tous les pays où elle est implantée, y compris là où les garanties d’indépendance de la justice sont limitées.

Mais en France, cet argument aura sans doute du mal à convaincre. Du côté des victimes, c’est évident. François Devaux, cofondateur de l’association La Parole libérée, a qualifié cette décision du pape comme « l’erreur de trop »« Je crois que cet homme-là [le pape] va réussir à tuer l’Eglise », a-il déclaré à l’AFP.

Mais aussi du côté des catholiques. Beaucoup d’entre eux voyaient dans cette démission annoncée la possibilité de tourner la page d’une affaire qui, depuis trois ans et demi, écrase tout autre sujet et amoindrit la capacité de l’Eglise catholique à s’exprimer. « Le drame serait que le pape nomme un administrateur sans accepter la démission de Mgr Barbarin jusqu’à l’appel », affirmait ainsi un haut responsable de l’épiscopat il y a une semaine.

Malaise au sein de la hiérarchie catholique

La décision du pape aura autant de mal à passer à Lyon, où la vie du diocèse est profondément perturbée par cette affaire.

« Parce que l’Eglise de Lyon souffre depuis trois ans, j’ai décidé de me mettre en retrait pour quelque temps et de laisser la conduite du diocèse au vicaire général modérateur, le père Yves Baumgarten », a d’ailleurs précisé le cardinal Barbarin dans son communiqué. Pour combien de temps ? « Je n’en sais rien, cela dépend si le procès en appel est très long ou ne dure que quelques mois », a-t-il précisé sur KTO, ouvrant la porte à un retour en cas de relaxe.

Face à cette solution d’attente, le malaise est palpable dans la hiérarchie catholique. « Je suis étonné, je ne m’attendais pas à ce scénario », a ainsi réagi le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, qui a simplement « pris acte » de la décision du pape François.

Pendant son procès, le cardinal Barbarin s’en est tenu à la ligne de défense adoptée depuis le début de l’affaire. Elle se résume en une phrase maintes fois déclinée : « J’ai fait ce que Rome m’a demandé. »Dans l’entretien à La Croix de mai 2016, le pape avait semblé avaliser l’action de Philippe Barbarin : « D’après les éléments dont je dispose, je crois qu’à Lyon le cardinal Barbarin a pris les mesures qui s’imposaient, qu’il a bien pris les choses en main », avait-t-il dit. Il avait d’ailleurs refusé à cette époque une première offre de démission du primat des Gaules.

Difficile à comprendre en France

Le prélat avait écrit en décembre 2014 à la Congrégation pour la doctrine de la foi, l’organe du Vatican chargé de traiter les affaires de pédocriminalité, pour demander des consignes dans cette affaire ancienne mais qui concernait un prêtre toujours en activité. La réponse lui était parvenue en février 2015, lui demandant de « prescrire les mesures disciplinaires adéquates, tout en évitant le scandale public ».

Difficile à comprendre en France, la décision de François risque enfin de brouiller un peu plus le discours du pontife. Pourtant prometteuse, la conférence sur la protection des mineurs, organisée à Rome du 21 au 24 février, avait finalement laissé une impression mitigée. D’abord parce qu’aucune décision concrète n’était sortie de la réunion de tous les présidents des conférences épiscopales du monde. Ensuite, parce que le discours final du pape avait semblé vouloir diluer la responsabilité de l’institution qu’il dirige dans les affaires de pédocriminalité.

Source: Le Monde