Inde: le plan d’extermination est bien en marche

Souvent présentée comme la plus grande démocratie du monde en raison de son nombre d’électeurs, l’Inde est sur le point de basculer d’une république laïque à une nation uniquement hindoue.

Une veuve dont le mari a été tué par des extrémistes hindous dans le Nord de l’Inde

L’un des principaux dirigeants du RSS, un groupe paramilitaire nationaliste hindou, a ainsi déclaré dans les médias nationaux en 2014: 

«Notre but est de faire de l’Inde une nation hindoue d’ici 2021. Les musulmans et les chrétiens n’ont aucun droit de rester ici. Ainsi, ils devront se convertir à l’hindouisme ou partir.»

Futur vague de réfugiés?

Alors qu’en est-il de ce plan ? Est-il encore en marche? Portes Ouvertes a posé la question à  un conférencier qui habite en Inde et qui soutient les minorités chrétiennes persécutées. Celui-ci a répondu: 

«Oui, ce plan est en train d’être mis en place. Sinon il n’y aurait pas tant de violence contre les minorités.

Si le BJP, le parti du premier ministre de l’Inde, passe encore lors des prochaines élections, il sera extrêmement difficile pour les chrétiens de vivre en Inde après 2021. Ils vivront dans la crainte d’une attaque à tout moment. Certains chrétiens commencent à penser à éventuellement quitter le pays si cela continue.»

Au cours de l’année 2018, au moins 12 500 chrétiens et environ 100 églises ont été attaquées. De nombreux autres drames ne sont pas documentés, de sorte que les chiffres réels pourraient être beaucoup plus élevés.

Des lois nuisibles à la liberté religieuse

Parlons d’un autre problème qui malmène les minorités religieuses: les lois anti-conversions. 8 États ont adopté des lois anti-conversion! Ces lois sont un véritable moyen de pression sur les chrétiens. Elles ont pour objectif de freiner la croissance des conversions dans le pays.

En effet, beaucoup de chrétiens d’arrière-plan hindou ont décidé de suivre le Dieu de la Bible, après avoir été guéri miraculeusement. Certains sont mêmes prêts à se laisser tuer plutôt que de renier leur foi.

Source et audio : Portes Ouvertes