L’Elysée a bidonné une vidéo pour blanchir Benalla

En pleine croisade de l’exécutif contre les fake news et l’anonymat sur les réseaux sociaux, Le Monde a révélé que l’Élysée avait diffusé un montage vidéo trompeur sur Twitter pour tenter d’excuser la violente intervention d’Alexandre Benalla le 1er mai 2018.

Des images obtenues illégalement, un montage vidéo, des faux comptes Twitter… D’après Le Monde, l’Élysée s’est livré à une manœuvre sophistiquée pour blanchir Alexandre Benalla.

Tout commence par Ismaël Emelien, conseiller spécial du Président chargé de la communication de crise, qui a l’idée d’utiliser des images et de les faire diffuser par des comptes militants, écrit le média. Après les avoir trouvées, il les transfère dans la matinée du 19 juillet au responsable du «pôle e-influence» d’En Marche!, Pierre Le Texier. Ce dernier les publie via des comptes Twitter, dont un anonyme, @frenchpolitic, avant d’utiliser un autre faux compte pour la relayer.

En un seul tweet, il publie deux vidéos simultanément. La première est issue d’une vidéosurveillance de la place de la Contrescarpe qui met en valeur les violences du couple sur lequel intervient Alexandre Benalla. La seconde, tournée «visiblement» par une journaliste de Madame Figaro et transmise à M.Emelien par Benalla, montre «un homme, très agité, poursuivre un policier, chaise à la main» à 200 mètres environ de la place de la Contrescarpe, dans la soirée du 1er mai, «soit bien après l’altercation entre Alexandre Benalla et le couple», détaille le journal.

«Alexandre Benalla fournit les premières images. Elles proviennent du système de vidéosurveillance de la préfecture de police de Paris (PP), et il les a obtenues quelques heures plus tôt sur un DVD-Rom», écrit Le Monde, soulignant que les images ont été obtenues illégalement.

À son tour, Pierre Le Texier ajoute dans le tweet une légende en deux phrases laconiques: «OK, même si ce n’était pas à #Alexandre Benalla de le faire, ne faisons pas passer cet étudiant pour un garçon bien sous tout rapport. C’était un individu violent qui était sciemment venu place de la contre-escarpe pour casser du flic.»

Le 19 juillet, à 12h59, @frenchpolitic met en ligne ce tweet contenant les deux vidéos, partagé ensuite par un autre compte de Pierre Le Texier, celui d’un certain «Alain GrandBernard». Ce tweet a été finalement supprimé quelques heures plus tard à la demande d’Ismaël Emelien.

Ismaël Emelien a démissionné de l’Élysée le 11 février.

Il convient de rappeler que les autorités françaises mènent depuis longtemps une vaste campagne contre la propagation des intox. En février, le gouvernement a présenté son plan d’action contre la haine et le harcèlement en ligne, dont l’une des principales mesures est la fin de l’anonymat pour certains usages sur Internet.

Source: Le Monde

Publicités