Liban : le président du Parlement accuse Israël de « convoiter ses eaux »

Lors d’une visite en Irak, Nabih Berry a ajouté que le Liban ne céderait « pas une goutte d’eau » à l’Etat hébreu.

Nabih Berry (à gauche), président du Parlement libanais, à son arrivée dimanche à l’aéroport de Bagdad. (Crédit photo : Nabih Berry/Facebook)

Nabih Berry, président du Parlement libanais, se trouve actuellement en visite officielle à Bagdad, en Irak. Ce dimanche, le responsable a rencontré le chef du gouvernement irakien, Adel Abdel Mahdi.

Lors de leur entretien, Nabih Berry a accusé Israël de « convoiter les eaux libanaises où se trouvent des ressources gazières », indiquant avoir assuré au secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo que le Liban ne céderait ‘pas une goutte d’eau’ à l’Etat hébreu, » a rapporté le site L’Orient-Le Jour.

« L’ennemi israélien convoite notre eau – mais nous n’en céderons pas une seule goutte, et c’est ce que j’ai affirmé au secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, » a-t-il ajouté. « Et comme nous avons pu vaincre Israël grâce à notre unité, nous pourrons le faire également contre le terrorisme et Daech. Sans cette unité nationale, la victoire aurait été plus difficile, voire impossible, » a-t-il expliqué.

En février dernier, le président du Parlement libanais avait déjà affirmé que l’exploration pétrolière et gazière d’Israël dans la Méditerranée violait les frontières maritimes du Liban.

Cette décision « est une attaque à l’encontre de la souveraineté libanaise et cible notre richesse pétrolière et nos eaux [territoriales], » avait-il ajouté.

En question, une zone triangulaire d’environ 860 km² de la Méditerranée où des réserves de gaz et de pétrole pourraient générer jusqu’à 600 milliards de dollars pendant les prochaines décennies.

Le triangle aboutit à Rosh Hanikra, une ville israélienne proche de la frontière libanaise, et s’étend jusque dans les eaux territoriales économiques de Chypre.

Le sujet a refait surface quand Chypre et Israël ont signé un accord pour leur frontière maritime en 2010, a indiqué le quotidien Globes, même s’il a été largement ignoré à l’époque.

Le droit international appelle les pays voisins se trouvant dans une telle situation à conclure un accord sur leurs frontières maritimes en faisant des compromis, ce qu’Israël et le Liban n’ont pas été en mesure de faire.

Source: Times of Israël

Publicités

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s