Preuves d’un village de l’ère du Second Temple trouvées près de la maison biblique d’Abraham

Les archéologues de l’Autorité israélienne des antiquités ont découvert des vestiges d’une colonie juive d’il y a 2 000 ans dans la ville de Beersheba, au sud d’Israël.

Le tesson de la lampe à huile rare représentant une menorah à neuf branches. (Source : Anat Rasiuk/ Israel Antiquities Authority.)

Les fouilles, menées en collaboration avec l’Université Ben-Gourion du Néguev, ont révélé des traces de la vie juive quotidienne dans la ville, notamment une partie d’une lampe à huile ornée d’une menorah à neuf branches – l’une des plus anciennes découvertes par les chercheurs – ainsi que des récipients en calcaire utilisés par les Juifs pour la pureté rituelle, une tour de garde et autres.

Ce site particulier – datant du Ier siècle de notre ère jusqu’à la révolte de Bar Kochba en 135 de notre ère – semble également présenter des vestiges de passages utilisés par les rebelles juifs.

Selon les excavateurs, le Dr Peter Fabian de l’Université Ben-Gurion dans le Néguev et le Dr Daniel Varga de l’Autorité des Antiquités d’Israël, « les vestiges de la colonie couvrent une superficie d’environ 2 dunams (environ un demi-acre) et comprennent plusieurs structures et installations, comme les fondations d’une grande tour de garde, les installations de cuisson, les anciennes décharges et un système souterrain qui fut probablement utilisé comme bain rituel juif (mikveh). Les signes d’une conflagration découverts dans certaines structures témoignent d’une crise vécue par la colonie, probablement celle de la première révolte juive vers 70 de notre ère. »

Le site est situé le long de la frontière sud de l’ancien royaume de Juda, le long d’une route qui menait de Tel Beer Sheva (qui a des traces de peuplement du VIIIe siècle avant notre ère) à la plaine côtière sud. Les chercheurs estiment que la tour de guet était d’environ 10 x 10 m – dont les fondations ont été découvertes lors des fouilles – ce qui montre la valeur stratégique du site le long de la route.

La découverte la plus excitante a été le tesson sur lequel l’image du menorah à neuf branches (candélabre) a été révélée.

« Il s’agit probablement de l’une des premières représentations artistiques d’une menorah à neuf branches découvertes jusqu’à présent « , ont déclaré Fabian et Varga. « Il est intéressant de noter que parmi les quelques lampes trouvées représentant une ménorah, celles-ci ne sont jamais à sept branches. Ceci était conforme à une règle du Talmud babylonien[écrite pendant l’exil babylonien au VIe siècle avant Jésus-Christ] selon laquelle seule la menora du Temple pouvait avoir sept branches et donc les lampes utilisées dans les contextes domestiques avaient généralement huit à onze branches.

Des douzaines de pièces de bronze découvertes sur le site appartiennent à l’époque de la domination provinciale romaine. Certains ont été frappés à Ashkelon et d’autres dans des villes de tout l’Empire romain.

Source: Breaking Israël News

Traduit par: SENTINELLE SAPS

Publicités

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s