Ukraine: objectif d’adhésion à l’UE et l’Otan dans sa Constitution

L’Ukraine a inscrit aujourd’hui dans sa Constitution son aspiration à adhérer un jour à l’Union européenne et l’Otan, un vote jugé “historique” par le président Petro Porochenko et qui intervient à moins de deux mois de la présidentielle.

Parlement ukrainien

Le Parlement a adopté en dernière lecture ce projet de loi en présence du chef de l’Etat pro-occidental Petro Porochenko, qui avait soumis ce texte aux députés, et des membres de son gouvernement. Sur 450 députés, 334 ont voté pour ce texte, alors qu’un minimum de 300 est nécessaire pour tout changement de la Constitution. “C’est une journée historique!”, avait déclaré Porochenko avant le vote. Le texte ajoute à la Constitution des mentions sur “l’orientation stratégique de l’Ukraine vers l’adhésion à part entière à l’UE et l’Otan”, obligeant les pouvoirs exécutifs et législatif à oeuvrer dans ce sens. Il marque “l’irréversibilité de notre choix européen”, s’est félicité après le vote le président du Parlement, Andriï Paroubiï. “L’Ukraine sera dans l’UE et dans l’Otan!”, a-t-il promis.

Pour certains observateurs, son objectif est d’entraver toute velléité de changement de cap géopolitique de Kiev en cas de victoire d’un candidat mieux disposé envers la Russie. D’autres la voient comme une opération de communication du chef de l’Etat, loin d’être assuré de remporter la présidentielle du 31 mars. Les relations entre l’Ukraine et la Russie sont au plus bas depuis l’annexion par Moscou il y a cinq ans de la péninsule de Crimée, suivie par une guerre avec des séparatistes pro-russes qui a fait près de 13000 morts et continue de couver dans l’est du pays. Kiev et l’Occident accusent Moscou de soutenir militairement les séparatistes ce que la Russie nie farouchement, en dépit de nombreux témoignages.

Après son indépendance de l’URSS en 1991, l’Ukraine a d’abord adopté un statut “non-aligné”, la Russie étant farouchement opposée à toute expansion de l’Otan à l’est, avant de l’abandonner fin 2014 au début de la crise avec Moscou. La Russie n’a eu de cesse de dénoncer le rapprochement de l’Otan de ses frontières, malgré les promesses de non-élargissement formulées, selon Moscou, lors de l’effondrement du bloc de l’Est.

Source: Le Figaro

Publicités

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s