Aux Etats-Unis, l’épidémie grimpe en flèche

Le pays fait face à une épidémie qui frappe près de la moitié des Etats et progresse très rapidement, avec 626 cas répertoriés la semaine dernière. Les communautés religieuses refusant la vaccination sont particulièrement touchées. La ville de New York se mobilise contre la maladie.

Déclarée éradiquée en 2000, la rougeole est le nouveau cauchemar des autorités de santé américaines. Depuis la fin 2018, le pays fait face à une épidémie qui progresse de façon très rapide, et est en passe de devenir la plus grave depuis un quart de siècle. Le nombre de cas, qui avoisinait les 150 il y a deux mois, a atteint les 626 la semaine dernière, touchant près de la moitié des Etats, selon le centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Une grande partie des cas concerne des enfants, y compris des bébés trop jeunes pour être vaccinés, mais des adultes ont aussi été touchés. Aux Etats-Unis comme en Europe, une minorité de parents s’oppose aux vaccins, craignant à tort qu’ils provoquent l’autisme, ou pour des raisons religieuses. Bien que la vaccination soit obligatoire dans le pays, la quasi-totalité des Etats autorise les familles à la refuser pour des raisons religieuses, mais celles-ci doivent généralement suivre une procédure particulière pour obtenir une dérogation. Une douzaine d’Etats accepte également un refus pour des raisons « philosophiques », plus floues. La gravité de l’épidémie a poussé l’académie de pédiatrie américaine à faire de l’élimination  de ces exemptions, dont le champ s’est élargi depuis dix ans, sa priorité cette année.

La maladie réintroduite

La maladie semble avoir été réintroduite par des personnes non vaccinées ayant voyagé à l’étranger dans des pays où la maladie sévit, comme Israël, l’Ukraine, ou les Philippines. « 82 personnes ont rapporté la rougeole d’autres pays en 2018, un record depuis que l’éradication de la rougeole en 2000 », explique le centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) Plus de la moitié des cas ont été identifiés au sein des communautés juives orthodoxes de Brooklyn et du Queens, à New York, où certaines familles tendent à refuser la vaccination pour des raisons religieuses. « Ces épidémies ont été associées à des voyageurs qui ont rapporté la rougeole d’Israël, où frappe actuellement une importante épidémie », indique le CDC . Les autorités de la ville de New York craignaient un  nouveau pic de contagion autour du week-end de Pâques, du fait d’importants rassemblements familiaux ou de voyages à l’étranger. « Du fait de la période d’incubation particulièrement longue, nous savons que cette épidémie va s’aggraver »,  a indiqué la Dr Oxiris Barbot, la commissaire à la santé de la ville.

Une amende de 1.000 dollars

La ville de New York a pris des mesures d’urgence il y a quelques,imposant la vaccination et, dans certains quartiers, une amende de 1.000 dollars pour les récalcitrants. Elle a même envisagé de fermer temporairement les yashivas, les écoles juives, qui accepteraient des enfants non vaccinés. Trois familles qui n’avaient pas vacciné leurs enfants ont été convoquées la semaine dernière, tandis qu’un juge a refusé le recours de familles s’opposant aux mesures d’urgence.

Les autorités religieuses se sont aussi mobilisées.  L’Orthodox Union et le  conseil du rabbinat américain ont organisé des campagnes d’information pour souligner l’importance des vaccins, et enjoint les parents de faire vacciner leurs enfants.

Source: Les Echos