Conférence de presse de Macron : « Finalement, on va faire comme j’avais dit… »

Je ne suis pas friand de Natacha Polony, car elle a des positions auxquelles je ne suis pas d’accord du tout, cependant cette édito reste très lucide sur le personnage de Macron. C’est pour cela que je le partage avec vous.

SENTINELLE SAPS

Le chef de l’Etat n’a toujours pas compris ce qui s’est joué depuis le mois de novembre. Sa conférence de presse l’a montré : il croit encore avoir affaire à un mouvement social que l’on peut calmer par quelques mesures catégorielles.

Emmanuel Macron, lors de la conférence de presse à l’Élysée, jeudi 25 avril 2019.
THOMAS PADILLA/MAXPPP

Pouvait-il y avoir la moindre surprise ? Telle est la question qu’on se pose quand on tente avec le recul de tirer le bilan d’une conférence de presse qui devait signer l’« acte II du quinquennat », selon la formule soufflée par les communicants élyséens aux journalistes avides de récits pré-écrits. Non, il n’y eut pas la moindre surprise, pas de lapin sorti du chapeau, pas de coup d’éclat laissant les foules pantoises et admiratives. Il n’y eut que quelques mesures, dont certaines étaient nécessaires, d’autres de bon sens, mais beaucoup aussi parfaitement insignifiantes, la plupart, surtout, relevant de la poursuite ou de la confirmation de ce qui avait été décidé dès le début du quinquennat.

Avant d’accabler le Président, il faut se souvenir des raisons qui l’ont obligé à se prêter à cet exercice qu’il avait refusé jusqu’à présent. Si Emmanuel Macron s’est trouvé contraint de présenter des annonces à des journalistes sous les ors de l’Elysée, c’est parce qu’il avait été confronté au mois de décembre à un mouvement en forme de lame de fond, qui avait bien failli le noyer. D’où le grand débat, comme une bouée de sauvetage. D’où cette conférence de presse, censée ramasser les propositions des Français remontées du grand débat pour leur donner une cohérence.

GESTE GAULLIENNE VERSION OSS 117 

Sur la forme, le Président avait choisi, non pas la posture debout, derrière un pupitre, que ses prédécesseurs avaient empruntée aux présidents américains, parce qu’il faut bien être « moderne », mais la posture assise, derrière un bureau, comme cela se faisait aux débuts de la Vème République. Emmanuel Macron incarne ce curieux mélange entre le fantasme de la start up nation et la France du général de Gaulle, version OSS 117 ; il lui fallait donc un peu de la geste gaullienne pour faire oublier qu’il s’asseyait sur l’esprit de la Vème République en évitant soigneusement de revenir aux urnes après une crise majeure.

Sur le fond, les commentateurs n’ont pas manqué de remarquer les formules ciselées, dans lesquelles ils ont vu un « changement de style », le fameux « tournant », l’« acte II ». De l’humain, de l’« art d’être français », de l’émotion… Le Président a muri, le Président a compris. Cet exercice de contrition est devenu un passage obligé pour des présidents sans vision, incapables de remettre entre les mains des Français la décision de les suivre ou d’acter la fin de leur légitimité. Selon l’expression consacrée, « imagine-t-on le général de Gaulle » confiant, la larme à l’œil, qu’il a beaucoup appris sur la vie des plus humbles et qu’il regrette ses postures ?

Changement de style ? Non, mais changement de rhétorique. Il faut désormais « résister » à la mondialisation. Le même qui nous expliquait pendant sa campagne qu’il fallait que la France s’adapte au monde tel qu’il va nous engage à présent à entrer en résistance. Avec quels outils ? Avec ses réformes, bien sûr. Les mêmes qui devaient nous permettre de nous fondre dans l’air du temps, de « rattraper notre retard » sur la modernité dérégulatrice. Ceux qui y verraient une entourloupe ont mauvais esprit. La réforme des retraites, celle de l’assurance chômage, c’est pour résister ! Pour un peu, il nous expliquerait que c’est le programme du Conseil National de la Résistance…

Emmanuel Macron n’a toujours pas compris ce qui s’est joué depuis le mois de novembre. Il croit toujours avoir affaire à un mouvement social que l’on peut calmer par quelques mesures catégorielles. Un peu de baisses d’impôts, une ré-indexation des retraites, une dose d’aide aux familles monoparentales. C’est formidable, et les intéressés pourront le remercier. Mais cela ne répond en rien à la question posée. D’abord parce que le discours présidentiel se résume à un monumental « cause toujours ». Vous avez débattu, vous avez joué le jeu et émis des propositions, mais finalement, on va faire comme j’avais dit… Le vote blanc, le RIC ? Non, ça restera dans les tiroirs, mais en échange, on va faire cette réforme institutionnelle que l’affaire Benalla a ajournée. Un tiers de députés en moins, histoire d’affaiblir encore un peu le Parlement et de déséquilibrer davantage les institutions.

UN MOUVEMENT POLITIQUE

Le mouvement des Gilets jaunes, malgré ses dérives, malgré ses limites, n’est pas un mouvement social mais un mouvement politique, comme les prémices d’une révolution. Une révolution avortée mais en concentré, avec 1789, les cahiers de doléance, mais aussi les sans-culottes et l’emballement de la violence. Voilà bien ce qui a tant effrayé les tenants du système économique et politique. Ce qui a surgi était avant tout une aspiration gigantesque à être entendus, et davantage encore considérés. A être pleinement citoyens, c’est-à-dire maîtres de leur destin. « Ils s’arrogent le monopole du peuple », ont dit certains. Non. Mais ces gens de tous horizons, de tous bords politiques et de milieux divers, qui étaient sur les premiers ronds-points ou qui soutenaient – 80% des Français fin novembre et début décembre – voulaient rappeler qu’ils étaient une part du peuple, et que le peuple est souverain, que les représentants doivent représenter le peuple et non se substituer à lui pour décider à sa place.

Emmanuel Macron a-t-il compris cela ? Non. Il s’est appuyé sur les doctes voix qui martèlent que seule la démocratie représentative est véritablement démocratique, sans comprendre que ce mouvement ne rejetait pas la démocratie représentative mais son dévoiement au profit d’élites repliées sur elles-mêmes et persuadées d’être seules détentrices de la raison et de la responsabilité, seules à savoir quelle est la bonne gouvernance, créatrice de richesses.

La fin de l’empire soviétique a vu les affidés du communisme se radicaliser jusqu’à nier le réel, expliquant que si le réel était cauchemardesque, c’est parce qu’on n’était pas allé assez loin dans le communisme. La logique néolibérale est rigoureusement la même. Nous allons droit dans le mur ? Accélérons !

MONUMENTAL CONTRESENS

Emmanuel Macron n’a pas tort sur tout. Personne n’a jamais tout faux. On peut même être certain qu’il croit mener la politique qui va faire réussir la France. Mais réussir à quoi ? A entrer dans un mouvement de concentration de l’économie dans laquelle la richesse va à la richesse, les capitaux aux capitaux. Concentration dans les métropoles, concentration autour des grands groupes, et pas de ruissellement, mais d’immenses déserts. Et puis on compense. Puisque les citoyens, ceux qui ont arboré un gilet jaune et ceux qui ont soutenu, les 80 %, réclamaient plus de services publics, on va leur mettre une « maison des services » dans chaque canton. Un fonctionnaire qui les aidera à remplir leur déclaration d’impôts ou à toucher les aides de la CAF. Monumental contresens. Ce que les citoyens entendent par Etat et service public, ce ne sont pas quelques fonctionnaires dans un bureau pour remplir la paperasse, ce sont des routes, des hôpitaux, des lignes de train, des écoles, bref, de l’aménagement du territoire. Le signe que la République est présente pour tous les citoyens. Le signe, aussi, que l’Etat régule et protège, qu’il maintient la vie économique dans chaque territoire et ne se contente pas de garantir le RSA partout où les usines ont fermé, où les paysans se sont pendus.

« Les Gilets jaunes », aujourd’hui, ça ne veut plus rien dire. Il ne s’agit pas de répondre à un mouvement diffus, pas même d’y mettre fin. Concentrer le discours sur eux, c’est faire croire que la crise politique et culturelle que traverse la France ne toucherait qu’une partie infime de la population. L’enjeu est beaucoup plus vaste. Il est d’empêcher que la prochaine secousse ne soit plus violente encore. Il est d’organiser les moyens de l’Etat pour que chaque citoyen se sente pleinement appartenir à la communauté nationale. Il est de faire en sorte que les haines ne s’approfondissent pas entre ceux, d’un côté, qui ruminent leur rancœur contre les « élites », et ceux, de l’autre, qui s’imaginent que des diplômes ou un statut social leur donnent une légitimité pour décider sans le reste du peuple, et même contre lui, ce qui est bon pour le pays. C’est tout l’enjeu de la démocratie. Ne pas le poser en ces termes, essayer d’esquiver en accusant les mauvais coucheurs de dérive populiste, c’est faire un immense cadeau à tous les véritables extrémistes, c’est leur offrir sur un plateau la colère et le désespoir du peuple.

Natacha Polony

Source: Marianne