1 400 artistes affichent leur soutien aux Gilets jaunes, blâmant les médias et le gouvernement

«Des artistes, créateurs et créatrices» dénoncent la politique gouvernementale dans une tribune au vitriol. Ils estiment ne pas être «dupes» de l’exécutif, notamment «des ficelles usées à outrance pour discréditer les Gilets Jaunes».

«Les Gilets Jaunes, c’est nous». Près de 1 400 «artistes, créateurs et créatrices», dont des stars, réunis dans le collectif «Yellow Submarine», ont signé une tribune en faveur des Gilets jaunes, publiée le 4 mai sur leur plateforme. Les auteurs du texte affichent leur soutien au mouvement social, le jour même du 25e acte de la mobilisation. Ils dénoncent également l’attitude et la politique du gouvernement. Parmi eux : Juliette Binoche, Emmanuelle Béart, Jeanne BalibarLuis Rego, Yvan Le Bolloc’h, Bruno Gaccio, Laurent Cantet, Sam Karmann ou encore Jean-Luc Moreau.

Intitulé «Nous ne sommes pas dupes», le texte argumente, expliquant que les Gilets jaunes réclament «des choses essentielles [telles qu’] une démocratie plus directe, une plus grande justice sociale et fiscale [ou] des mesures radicales face à l’état d’urgence écologique». Les célébrités accusent, notamment les «médias grand public» : «Nous voyons bien les ficelles usées à outrance pour discréditer les Gilets Jaunes, décrits comme des anti-écologistes, extrémistes, racistes, casseurs… La manœuvre ne prend pas, ce récit ne colle pas à la réalité même si médias grand public et porte-paroles du gouvernement voudraient bien nous y faire croire.»

Le nombre de blessé.e.s, de vies brisées, d’arrestations et de condamnations dépasse l’entendement

Ils condamnent également les violences à l’encontre des manifestants. «Le nombre de blessé.e.s, de vies brisées, d’arrestations et de condamnations dépasse l’entendement. Comment peut-on encore exercer notre droit de manifester face à une telle répression ?», se questionnent-ils. Ils se scandalisent d’ailleurs d’un «arsenal législatif dit « anti-casseur » qui bafoue nos libertés fondamentales».

Ils poursuivent en considérant que «la violence la plus menaçante est économique et sociale», et apportent une contribution supplémentaire à ceux qui collent à Emmanuel Macron l’étiquette de président des riches : «[La violence,] c’est celle de ce gouvernement qui défend les intérêts de quelques-uns aux détriments de tous et toutes.»

«Dessiner un monde meilleur»

Se proclamant écologiste, le collectif estime que «la convergence des luttes sociales et environnementales est en route».

«Nous écrivain.ne.s, musicien.ne.s, réalisateur.rice.s, éditeur.rice.s, sculpteur.rice.s, photographes, technicien.ne.s du son et de l’image, scénaristes, chorégraphes, dessinateur.rice.s, peintres, circassien.ne.s, comédien.ne.s, producteur.rice.s, danseur.se.s, créateur.rice.s en tous genres, sommes révolté.e.s par la répression, la manipulation et l’irresponsabilité de ce gouvernement à un moment si charnière de notre histoire», concluent-ils, appelant les citoyens à «dessiner un monde meilleur».

Cette tribune semble faire écho, par opposition, à celle d’autres stars qui, le 9 décembre, avaient demandé aux Gilets jaunes «de s’arrêter». Parmi elles, Bernard Henri-Lévy, Cyril Hanouna, Thierry Lhermitte ou Stéphane Bern avaient alors choisi de se dresser contre le mouvement de protestation des Gilets jaunes.

Source: RT France

Publicités