Les Palestiniens demandent à l’UE de défendre la solution à deux Etats

« Nous serions très heureux de montrer qu’il y a plus d’un joueur sur le terrain »

Riyad Mansour

Les Palestiniens ont demandé à l’Union européenne de défendre la solution à deux Etats pour résoudre leur conflit avec Israël, dont l’évocation ne devrait pas figurer dans le plan de paix américain attendu en juin, selon leur ambassadeur à l’ONU.

Le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Maliki, au centre, s’adresse aux journalistes tandis que l’ambassadeur palestinien auprès des Nations Unies Riyad Mansour, à gauche, et le responsable palestinien Omar Awdallah regardent après une réunion à New York, mercredi 2 septembre.

« Nous en avons parlé » aux Européens lors de récentes réunions à Bruxelles et « ils doivent agir », a précisé mardi Riyad Mansour lors d’une rencontre avec des journalistes. Les Palestiniens ont demandé à l’UE une conférence internationale pour réaffirmer le consensus international en faveur d’une solution prévoyant la création d’un Etat palestinien aux côtés d’Israël, a-t-il ajouté.

« Nous serions très heureux de montrer qu’il y a plus d’un joueur sur le terrain pour essayer de définir comment nous devons avancer », a précisé le diplomate alors que les Palestiniens ne reconnaissent plus les Etats-Unis comme un médiateur impartial.

Les Palestiniens réclament aussi depuis longtemps aux pays européens – notamment la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, l’Irlande, la Belgique et le Luxembourg – de reconnaître la Palestine comme un Etat.

Plusieurs résolutions de l’ONU évoquent la solution de deux Etats en précisant qu’elle doit être agréée par les deux parties.

Début mai, le gendre du président des Etats-Unis, Jared Kushner, chargé depuis deux ans par Donald Trump de proposer un plan de paix pour le Proche-Orient, a affirmé qu’il ne devrait pas faire référence aux « deux Etats » prônés par la communauté internationale.

« Si vous dites +deux Etats+, ça veut dire une chose pour les Israéliens, ça veut dire une autre chose pour les Palestiniens ». « Alors on a dit, vous savez, on a qu’à ne pas le dire », a-t-il ajouté sans autre précision.

Selon Riyad Mansour, le futur plan américain vise à être un « prétexte » permettant au Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou d’annexer davantage de territoires palestiniens.

« Si c’est ce qu’ils veulent nous imposer – la réalité d’un Etat -, les Palestiniens vont accélérer leur capacité reproductive et augmenter le nombre de Palestiniens confrontés à l’apartheid », a-t-il averti.

Source: i24 News