Trois journalistes convoqués par la DGSI pour avoir révélé l’utilisation massive d’armes françaises au Yémen

Une fuite a permis à de documents militaires français confidentiels d’être publiés sur le site d’investigation Disclose, et a mis en lumière l’utilisation généralisée d’armes françaises dans le conflit au Yémen.

Ces documents qui ont fait l’objet de fuites montrent clairement que le matériel militaire français fourni à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis (EAU) est largement utilisé dans le conflit au Yémen.

Des armes occidentales fournies à l’Arabie saoudite et à la coalition dirigée par les Émirats arabes unis sont utilisées contre les terroristes houtis financés par l’Iran au Yémen.

Une enquête récente d’Amnesty International analysant des informations sur la bataille d’Hodeidah a révélé que des chars Leclerc de fabrication française qui avaient été transférés aux Émirats arabes unis faisaient partie de l’équipement militaire utilisé dans le conflit.

Selon des informations, les Émirats arabes unis ont détourné du matériel militaire similaire, tel que des véhicules, vers des milices soutenues par les Émirats arabes unis.

Amnesty International a vérifié l’utilisation de camions de type CAESAR fournis par des Français à la frontière entre l’Arabie saoudite et le Yémen.

Trois journalistes français, membres du groupe d’investigation #Disclose, sont convoqués ce 14 mai à la DGSI pour avoir révélé, le 15 avril dernier sur leur site, que des armes françaises étaient « massivement utilisées » dans la guerre au Yémen.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Publicités