Trump met en garde l’Iran: « S’ils font quelque chose, ils vont souffrir énormément »

« On va voir ce qui va se passer avec l’Iran »

Donald Trump a mis lundi une nouvelle fois en garde l’Iran, assurant qu’il ferait « une grosse erreur » s’il devait « faire quelque chose », alors que Washington accuse Téhéran de préparer des « attaques » contre les intérêts américains au Moyen-Orient.

(COMBO) This combination of pictures created on July 23, 2018 shows US President Donald Trump speaks during a cabinet meeting on July 18, 2018, at the White House in Washington, DC. AND In this file photo taken on May 2 2018, a handout picture provided by the Iranian presidency on shows President Hassan Rouhani giving a speech on Iranian TV in Tehran. – US President Donald Trump has launched a exceptionally raw attack on Iran, in a tone reminiscent of his war on words with North Korea last year — sparking questions about US strategy towards the the Islamic republic. The threatening tweet, sent late on July 22, 2018 and written in all capital letters, was quickly hailed Monday by Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, who praised the US leader’s « tough stand. » (Photos by Nicholas Kamm and HO / various sources / AFP) / === RESTRICTED TO EDITORIAL USE – MANDATORY CREDIT « AFP PHOTO / HO / IRANIAN PRESIDENCY » – NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS – DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS ===

« S’ils font quelque chose, ils vont souffrir énormément », a déclaré le président des Etats-Unis lors d’une rencontre avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban à la Maison Blanche.

« On va voir ce qui va se passer avec l’Iran », a-t-il poursuivi, prédisant encore « un gros problème » pour Téhéran « s’il arrive quelque chose ». « Ils ne vont pas être contents », a-t-il insisté.

L’administration Trump affirme depuis plus d’une semaine que les autorités iraniennes ou leurs alliés au Moyen-Orient préparent des « attaques imminentes » contre des intérêts américains. Elle a dépêché sur place un porte-avions, un navire de guerre, des bombardiers B-52 et une batterie de missiles Patriot.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a fait lundi une visite impromptue à Bruxelles pour partager des informations confidentielles à ce sujet avec ses homologues européens.

« Nous pensons que l’Iran doit emprunter la voie des discussions au lieu de celle des menaces. Ils ont fait un mauvais choix en se concentrant sur les menaces », a estimé l’émissaire américain pour l’Iran, Brian Hook.

Donald Trump s’est toutefois dit prêt la semaine dernière à dialoguer avec les dirigeants iraniens pour trouver un nouvel accord, après le retrait il y a un an des Etats-Unis du texte de 2015 sur le nucléaire.

Source: i24 News

Publicités