Officiels chinois : Le christianisme est un  » mal énorme  » pour la société

Les responsables chinois avertissent les Chinois que le christianisme influence la société et sape le gouvernement. Ils mettent en garde contre le fait que le christianisme est extrêmement néfaste pour leur société.

Xu Xiaohong, chef du Comité national du Mouvement patriotique des trois Églises protestantes de Chine, a déclaré qu’il y avait de nombreux problèmes avec le christianisme dans le pays, y compris l' »infiltration » de l’étranger et les « lieux de rencontre privés ».

La constitution chinoise garantit la liberté religieuse, mais depuis que le président Xi Jinping est entré en fonction il y a six ans, le gouvernement a resserré les restrictions sur le christianisme et il a réprimé les églises clandestines.

La Chine a suivi une politique qu’elle appelle la « sinicisation » de la religion, en essayant d’éradiquer les influences étrangères et de faire respecter l’obéissance au Parti communiste.

Une agence de communication du gouvernement local en Chine a organisé un séminaire pour discuter avec les membres du Parti communiste du « tort énorme » que la croissance du christianisme fait à la nation athée.

L’inquiétude du gouvernement chinois est venue au fur et à mesure que la Chine a connu une croissance explosive du nombre de chrétiens au cours des dernières décennies depuis la révolution culturelle. Des estimations ont même suggéré que la Chine est sur la bonne voie pour avoir la plus grande population chrétienne du monde d’ici 2030.

Ils fréquentent des églises sanctionnées par l’État ou des églises clandestines illégales qui ne sont pas enregistrées auprès du gouvernement.

Dans toute la Chine, les autorités ont fermé un certain nombre d’églises importantes et arrêté des chrétiens pour avoir pratiqué le culte sans l’approbation du gouvernement.

Depuis plus de 10 ans, la Chine emprisonne le pasteur américain David Lin, qui a maintenu son innocence pour « fraude contractuelle ».

Récemment, les autorités ont fermé une église de Pékin qui comptait 1 000 membres et ont exigé des fidèles qu’ils signent une déclaration dans laquelle ils s’engagent à ne plus fréquenter l’église.

La Commission américaine sur la liberté religieuse internationale a critiqué la Chine dans son rapport annuel de 2019, réaffirmant le fait que la Chine est l’un des pays qui violent le plus la liberté religieuse dans le monde.

L’ambassadeur itinérant des États-Unis pour la liberté religieuse internationale, Sam Brownback, a récemment averti à Hong Kong que le gouvernement chinois est « en guerre contre la foi ».

« C’est une guerre qu’ils ne gagneront pas », a déclaré Brownback. « Le Parti communiste chinois doit entendre le cri de son peuple pour la liberté religieuse. »

Source: Signs of the Last Days

Traduit par: SENTINELLE SAPS