Pie XIII et le Vatican

Comment le Pape Pie XII et le Vatican ont aidé Adolf Hitler et les Nazis à réaliser leur objectif de la « solution finale » pour les juifs d’Europe.

Envoyé vétéran en Allemagne, Eugenio Pacelli a aidé le Vatican à conclure l’accord de concordat avec Berlin en 1933 ce qui a aidé Adolf Hitler à détruire la résistance de nombreux évêques allemands et du parti du centre catholique.  Tout au long de la Seconde Guerre Mondiale, le Vatican s’est abstenu de condamner la persécution des Juifs par les Nazis, bien que le Pape Pie XII ait parfois tenté d’aider les souterrains antinazis et fourni des renseignements aux alliés.  Mais, lorsque les Nazis ont rassemblé les Juifs de Rome, en 1943, puis à nouveau lorsqu’ils ont déporté les Juifs de Hongrie, en 1944, le Vatican est resté silencieux.

Les dossiers du Vatican, enterrés depuis longtemps, révèlent un nouvel acte d’accusation choquant contre le Pape Pie XII de la Deuxième Guerre Mondiale : En quête du pouvoir absolu, il a aidé Adolf Hitler à détruire l’opposition politique catholique allemande, a trahi les Juifs d’Europe et a scellé un pacte profondément cynique avec le diable du 20ième siècle.

Le Pape Pie XII, de son vrai nom Eugenio Pacelli, fut le pape de l’Église Catholique Romaine du 2 mars 1939 jusqu’à sa mort en octobre 1958.  Il a gouverné à partir du Vatican en toute autonomie.  Lorsque les cardinaux devaient le joindre par téléphone, Pacelli leur demandait de lui parler à genoux, par téléphone.  C’est le type de pape qu’il était.

« On épiait nos pas, pour nous empêcher d’aller sur nos places ; Notre fin s’approchait, nos jours étaient accomplis.  Notre fin est arrivée !  Nos persécuteurs étaient plus légers que les aigles du ciel ;  Ils nous ont poursuivis sur les montagnes.  Ils nous ont dressé des embûches dans le désert. »  (Lamentations 4:18-19)

En 1933, le cardinal Pacelli, pas encore pape, signera avec Adolf Hitler un concordat au nom du Vatican, qui fait encore aujourd’hui l’objet de nombreux débats.  Le Concordat du Reich était un document radical qui accomplirait beaucoup de choses à la fois pour le Vatican et pour l’Allemagne nazie.  Et, il servirait également de balai qui aurait pour effet de ramener 12 millions d’âmes dans les camps de concentration nazis, dont 6 millions de Juifs.

L’histoire que vous êtes sur le point de lire est choquante, non seulement à cause de son sujet, mais parce que son auteur, John Cornwell, est un catholique qui a entrepris d’écrire une défense du Pape Pie XII concernant les crimes commis par le pape et le Vatican.  Non seulement Cornwell, Catholique Romain, n’a trouvé aucune preuve permettant d’exonérer le Pape Pie XII, mais il a retrouvé d’un document à l’autre montrant que les véritables actes du Pape Pie XI aux côtés des Nazis au cours de la Seconde Guerre Mondiale étaient bien plus graves qu’on ne le soupçonnait au départ.

Les extraits suivants sont extraits du livre de Cornwell « Le Pape d’Hitler », avec un lien à la fin de l’article pour vous permettre de cliquer et de lire, comme dirait Paul Harvey, le « reste de l’histoire ».  Nous espérons que vous le ferez.

Extrait de Le Pape d’Hitler : L’histoire secrète du Pape Pie XII, par John Cornwell.

DE VANITY FAIR : J’ai toujours été convaincu de l’innocence du Pape Pie XII, j’ai donc décidé d’écrire une nouvelle défense de sa réputation auprès de la jeune génération.  Je croyais que la sainteté évidente de Pacelli était la preuve de sa bonne foi.  Comment un saint pape aurait-il pu trahir les Juifs ?  Mais, était-il possible de trouver une nouvelle approche concluante de la question ?  Les arguments portaient jusqu’à présent principalement sur sa conduite en temps de guerre ; Cependant, la carrière de Pacelli au Vatican avait commencé 40 ans plus tôt.  Il me semblait qu’une enquête en bonne et due forme sur le dossier de Pacelli exigerait une chronique plus longue que toutes les tentatives passées.

J’ai donc demandé l’accès à des documents d’archives au Vatican, rassurant ceux qui étaient en charge de documents cruciaux que j’étais du côté de mon sujet.  Six ans plus tôt, dans un livre intitulé Un voleur dans la nuit, j’avais défendu le Vatican contre des accusations selon lesquelles le Pape Jean-Paul I aurait été assassiné par ses propres aides.

Deux responsables du Vatican m’ont donné l’accès à des documents secrets : Les dépositions sous serment rassemblées il y a 30 ans pour appuyer le processus de canonisation de Pacelli et les archives du Secrétariat d’Etat du Vatican, le Ministère des Affaires Étrangères du Saint-Siège.  Je me suis également inspiré de sources allemandes concernant les activités de Pacelli en Allemagne dans les années 1920 et 1930, y compris ses relations avec Adolf Hitler en 1933.  Pendant des mois, j’ai saccagé les dossiers de Pacelli, datant de 1912, dans un cachot sans fenêtre sous la tour Borgia, au Vatican.  Plus tard, j’ai passé plusieurs semaines dans un bureau poussiéreux du quartier général des jésuites, près de la place Saint-Pierre à Rome, parcourant plus de mille pages de témoignages retranscrits sous serment par ceux qui ont connu Pacelli de son vivant, y compris ses critiques.

Au milieu de 1997, j’étais sous un choc moral.

Les documents que j’avais rassemblés ne constituaient pas une exonération, mais, un acte d’accusation plus scandaleux que celui de Hochhuth.  La preuve était explosive.  Cela montrait pour la première fois que Pacelli était manifestement anti-juif, comme le prouvait ses propres paroles.  Il révéla qu’il avait aidé Hitler à prendre le pouvoir et, en même temps, a miné la résistance potentielle des catholiques en Allemagne.  Cela montrait qu’il avait implicitement renié et banalisé l’Holocauste, malgré une connaissance fiable de son étendue réelle.  Et, pire encore, il était un hypocrite, car, après la guerre, il avait eu l’impression déraisonnable de s’être exprimé avec audace contre les persécutions des Juifs par les nazis.

Hitler, qui avait connu son premier grand succès aux élections de septembre 1930, était déterminé à rechercher avec le Vatican un traité similaire à celui conclu par Mussolini, qui conduirait à la dissolution du parti du centre allemand.  Dans son testament politique, Mein Kampf, il s’était rappelé que sa peur du catholicisme était revenue pendant ses jours vagabonds à Vienne.  Le fait que les catholiques allemands, unis politiquement par le Parti du Centre, aient vaincu le Kulturkampf de Bismarck, la « lutte de la culture » contre l’Église Catholique dans les années 1870, l’inquiétait constamment.  Il était convaincu que son mouvement ne pourrait réussir que si le catholicisme politique et ses réseaux démocratiques étaient éliminés.

La crainte d’Hitler à l’égard de l’Église Catholique était bien ancrée.  Au début des années 1930, le parti du centre allemand, les évêques catholiques allemands et les médias catholiques s’étaient montrés plutôt fermes dans leur rejet du national socialisme.  Ils ont refusé les sacrements et les sépultures de l’église aux nazis et les journalistes catholiques ont détourné le quotidien national socialiste de 400 journaux catholiques allemands.  La hiérarchie a chargé les prêtres de combattre le socialisme national au niveau local chaque fois qu’il attaquait le Christianisme.  L’hebdomadaire munichois Der Gerade Weg (Le Droit Chemin) a déclaré à ses lecteurs : « Adolf Hitler prêche la loi du mensonge.  Vous qui avez été victime des déceptions d’un obsédé par le despotisme, réveillez-vous ! »

Le front véhément de l’Église Catholique en Allemagne contre Adolf Hitler ne concordait toutefois pas avec la vue de l’intérieur du Vatican, une vision qui était maintenant façonnée et promue par Eugenio Pacelli.

Après son arrivée au pouvoir, en janvier 1933, Adolf Hitler a fait de la négociation du concordat avec Pacelli une priorité.  Les négociations se sont déroulées sur six mois avec une navette constante diplomatique entre le Vatican et Berlin.  Adolf Hitler a consacré plus de temps à ce traité qu’à tout autre élément de la diplomatie étrangère au cours de sa dictature.

Le Concordat du Reich accorda à Pacelli le droit d’imposer le nouveau code de droit canonique aux catholiques d’Allemagne et promit un certain nombre de mesures favorables à l’éducation catholique, notamment de nouvelles écoles.  En échange, Pacelli a collaboré au retrait des catholiques des activités politiques et sociales.  Les négociations ont été conduites en secret par Pacelli, Kaas et le vice-chancelier d’Adolf Hitler, Franz von Papen, à la tête des évêques allemands et des fidèles.  L’Église Catholique d’Allemagne n’a eu aucune influence sur l’établissement des conditions.  Adolf Hitler a finalement insisté sur le fait que sa signature au concordat dépendrait du vote du parti du centre pour la loi habilitante, la loi qui devait lui donner des pouvoirs dictatoriaux.  C’était Kaas, président du parti mais complètement sous l’emprise de Pacelli, qui a forcé les délégués à accepter.  Adolf Hitler a ensuite insisté sur la dissolution « volontaire » du Parti du Centre, dernière force véritablement parlementaire en Allemagne.  Encore une fois, Pacelli a été le principal moteur de cette capitulation catholique tragique. Le fait que le parti se soit volontairement dissout, au lieu de se battre, a eu un effet psychologique profond, privant l’Allemagne du dernier foyer démocratique de non-conformité et de résistance potentielles.  Dans le vide politique créé par sa capitulation, des catholiques par millions rejoignent le parti nazi, persuadé qu’il bénéficie du soutien du pape.  Les évêques allemands ont capitulé devant la politique de centralisation de Pacelli et les démocrates catholiques allemands se sont retrouvés sans dirigeants politiques.

Après la signature du Concordat du Reich, Pacelli a déclaré qu’il s’agissait d’un triomphe sans précédent pour le Saint-Siège.  Dans un article de L’Osservatore Romano, journal contrôlé par le Vatican, il a annoncé que le traité indiquait la reconnaissance et l’acceptation totales de la loi de l’Église par l’État allemand.

Mais, Adolf Hitler était le vrai vainqueur et les Juifs furent les premières victimes du concordat.  Le 14 juillet 1933, après le paraphe du traité, le procès-verbal du gouvernement enregistre que le concordat a créé un climat de confiance qui serait « particulièrement important dans la lutte urgente contre le judaïsme international ».  L’Église avait publiquement donné sa bénédiction, chez elle et à l’étranger, à la politique du national socialisme, y compris à sa position antisémite.  Dans le même temps, aux termes du concordat, la critique catholique d’actes considérés comme politiques par les Nazis pouvait désormais être considérée comme une « ingérence étrangère ».

La grande Église Catholique Allemande, à l’insistance de Rome, est devenue silencieuse.

À l’avenir, toutes les plaintes contre les Nazis seraient acheminées via Pacelli.  Il y a eu quelques exceptions notables, par exemple les sermons prêchés en 1933 par le cardinal Michael von Faulhaber, archevêque de Munich, dans lesquels il dénonçait les Nazis pour avoir rejeté l’Ancien Testament en tant que texte juif.

Le concordat a immédiatement attiré l’église allemande dans une complicité avec les Nazis.  Alors même que Pacelli bénéficiait d’avantages spéciaux dans le concordat pour l’éducation catholique allemande, Adolf Hitler piétinait les droits des Juifs à l’éducation dans tout le pays.  Au même moment, des prêtres catholiques étaient entraînés dans une collaboration nazie avec la bureaucratie d’attestation, qui établissait l’ascendance juive.  Pacelli, malgré l’immense pouvoir centralisé qu’il exerçait désormais par le biais du Code de droit canonique, n’a rien dit.  Le mécanisme d’attestation mènerait inexorablement à la sélection de millions de personnes destinées aux camps de la mort.

Alors que l’antisémitisme nazi montait en Allemagne, dans les années 1930, Pacelli n’a pas voulu se plaindre, même au nom des juifs devenus catholiques, reconnaissant que le problème relevait de la politique intérieure de l’Allemagne. Finalement, en janvier 1937, trois cardinaux allemands et deux évêques influents arrivèrent au Vatican pour plaider en faveur d’une protestation vigoureuse contre les persécutions nazies de l’Église Catholique, qui avait été privée de toute forme d’activité autre que les services religieux.  Le Pape Pie XI a finalement décidé de publier une encyclique, une lettre adressée à tous les fidèles catholiques du monde.  Écrit sous la direction de Pacelli, il s’appelait Mit Brennender Sorge (avec une profonde anxiété) et c’était une déclaration franche du sort de l’église en Allemagne.

Mais, il n’y a pas eu de condamnation explicite de l’antisémitisme, même vis-à-vis des Juifs convertis au catholicisme.  Pire encore, le sous-texte contre le nazisme (le national-socialisme et Adolf Hitler n’étaient pas mentionnés nommément) était émoussé par la publication ; Cinq jours plus tard, il y eut une encyclique encore plus condamnante du Pape Pie XI contre le communisme.

Le 10 février 1939, le Pape Pie XI mourut à l’âge de 81 ans.  Pacelli, alors âgé de 63 ans, fut élu pape par le Collège des cardinaux en seulement trois scrutins, le 2 mars.  Il fut couronné le 12 mars, la veille de la marche d’Adolf Hitler dans Prague.  Entre son élection et son couronnement, il a eu une réunion cruciale avec les cardinaux allemands.  Soucieux d’affirmer publiquement Adolf Hitler, il leur montra une lettre de vœux qui commençait : « À l’illustre Herr Adolf Hitler ».  Devait-il, leur demanda-t-il, appeler le Führer « Le plus illustre » ?  Il décida que cela pourrait aller trop loin.  Il a dit aux cardinaux que le Pape Pie XI avait déclaré que garder un nonce pontifical à Berlin « était contraire à notre honneur ».  Mais, son prédécesseur, a-t-il dit, s’était trompé.  Il allait entretenir des relations diplomatiques normales avec Hitler.  Le mois suivant, à la demande expresse de Pacelli, l’archevêque de Berlin, Mgr Cesare Orsenigo, a organisé un gala en l’honneur du cinquantième anniversaire d’Adolf Hitler.  Les anniversaires des évêques d’Allemagne au Führer deviendraient une tradition annuelle jusqu’à la fin de la guerre.

Le couronnement de Pacelli fut le plus triomphaliste des cent dernières années. Son style de papauté, malgré toute son humilité personnelle, était sans précédent pompeux.  Il a toujours mangé seul.  Les bureaucrates du Vatican ont été obligés de prendre ses appels téléphoniques à genoux.  Lorsqu’il s’est promené dans l’après-midi, les jardiniers ont dû se cacher dans les buissons.  Les hauts fonctionnaires n’étaient pas autorisés à lui poser des questions ou à présenter un point de vue.

Alors que l’Europe plongeait dans la guerre, Pacelli se donnait le rôle de juge des juges.  Mais il continua de chercher à apaiser Hitler en tentant de persuader les Polonais de faire des concessions sur les revendications territoriales de l’Allemagne.  Après l’invasion de la Pologne par Hitler, le 1 septembre 1939, il refusa de condamner l’Allemagne, au mépris des Alliés.  Sa première déclaration publique, l’encyclique connue dans le monde anglo-saxon sous le nom de Ténèbres sur la Terre, était pleine de rhétorique papale et d’équivoques.

Pacelli a appris le projet des nazis d’exterminer les Juifs d’Europe peu de temps après leur mise en place en janvier 1942.  Les déportations vers les camps de la mort avaient commencé en décembre 1941 et se poursuivraient jusqu’en 1944. En 1942, Pacelli reçut des informations fiables sur les détails de la solution finale, fournis en grande partie par les représentants britanniques, français et américains résidant au Vatican.  Le 17 mars 1942, des représentants d’organisations juives rassemblées en Suisse ont envoyé un mémorandum à Pacelli par l’intermédiaire du nonce pontifical à Berne, dans lequel étaient répertoriées des mesures antisémites violentes en Allemagne et dans ses territoires alliés et conquis.  Leur plaidoyer a attiré l’attention sur la Slovaquie, la Croatie, la Hongrie et la France inoccupée, où, selon eux, l’intervention du pape pourrait encore être efficace.  Hormis une intervention dans le cas de la Slovaquie, dont le président était Mgr Josef Tiso, un prêtre catholique, aucune initiative papale n’a abouti.  Au cours du même mois, une série de dépêches décrivant le sort de quelque 90.000 Juifs sont arrivées au Vatican par diverses sources en Europe orientale.  Le long mémorandum des organisations juives serait exclu des documents de guerre publiés par le Vatican entre 1965 et 1981.

Le 16 juin 1942, Harold Tittmann, représentant des États-Unis auprès du Vatican, déclara à Washington que Pacelli était en train de se livrer à des préoccupations purement religieuses et que l’autorité morale acquise par le Pape Pie XI pour la papauté était érodée.  À la fin du mois, le London Daily Telegraph annonçait que plus d’un million de Juifs avaient été tués en Europe et que l’objectif des nazis était « d’éliminer la race du continent européen ».  Cet article a été reproduit dans The New York Times.  Le 21 juillet, un rassemblement de protestation au nom des Juifs d’Europe a eu lieu au Madison Square Garden, à New York.  Dans les semaines qui ont suivi, les représentants britanniques, américains et brésiliens au Vatican ont tenté de convaincre Pacelli de dénoncer les atrocités nazies.  Mais, il n’a toujours rien dit.

En septembre 1942, le président Franklin Roosevelt a envoyé son représentant personnel, l’ancien chef du gouvernement américain Steel Myron Taylor, implorer Pacelli de faire une déclaration sur l’extermination des Juifs.  Taylor traversa dangereusement le territoire ennemi pour atteindre le Vatican.  Pacelli refuse toujours de parler.  L’excuse de Pacelli était qu’il devait s’élever au-dessus des parties belligérantes.  L’envoyé britannique au Vatican, Francis d’Arcy Osborne, a remis au Cardinal Domenico Tardini, Secrétaire d’Etat adjoint de Pacelli, un dossier rempli d’informations sur les déportations juives et les massacres commis dans l’espoir que le pape dénoncerait le régime nazi dans un message de Noël.

Le Pape Pie XII et l’Allemagne nazie

 

Le 24 décembre 1942, après avoir rédigé projet par projet, Pacelli dit enfin quelque chose.  Dans son émission du Réveillon de Noël sur Radio Vatican, il a déclaré que les hommes de bonne volonté avaient le vœu de ramener la société   « à son centre de gravité immuable en droit divin ».  Il a poursuivi : « L’humanité doit ce vœu à ces centaines de milliers de personnes qui, sans aucune faute de leur part, parfois uniquement en raison de leur nationalité ou de leur race, sont condamnées à mort ou à une extinction progressive ».  C’était la plus vive dénonciation publique de la Solution Finale que Pacelli ferait au cours de la guerre.

Ce n’était pas simplement une déclaration dérisoire.  Le gouffre entre l’énormité de la liquidation du peuple juif et cette forme de langage évasif était profondément scandaleux.  Il aurait pu faire référence à de nombreuses catégories de victimes aux mains de divers belligérants dans le conflit. Manifestement, le choix d’une formulation ambiguë visait à apaiser ceux qui le pressaient de manifester, tout en évitant de porter atteinte au régime nazi.  Mais, ces considérations sont éclipsées par le déni implicite et la banalisation.  Il avait réduit les millions condamnés à « des centaines de milliers » sans prononcer le mot « juifs », tout en précisant « parfois seulement en raison de leur nationalité ou de leur race ».  Le terme « nazi » n’a été mentionné nulle part. Adolf Hitler lui-même n’aurait pu souhaiter une réaction plus compliquée et plus anodine du vicaire du Christ au plus grand crime de l’histoire.

Mais, quelle était la principale motivation de Pacelli pour cette banalisation et ce déni ?  Les diplomates alliés au Vatican ont estimé qu’il restait impartial afin de jouer un rôle crucial dans les futures négociations de paix.  En cela, il y avait clairement un degré de vérité.  Mais, une récapitulation des nouvelles preuves rassemblées montre que Pacelli considérait les Juifs comme des étrangers et qu’ils ne méritaient pas son respect et sa compassion.  Il ne ressentait aucune indignation morale face à leur situation critique.

Les documents montrent que :

  1. Il avait nourri une antipathie frappante envers les Juifs dès 1917 en Allemagne, ce qui contredit les affirmations ultérieures selon lesquelles ses omissions ont été commises de bonne foi et qu’il « a aimé » les Juifs et a respecté leur religion.
  2. De la fin de la Première Guerre Mondiale à l’encyclique perdue de 1938, Pacelli trahit une crainte et un mépris du Judaïsme basé sur sa conviction que les Juifs étaient derrière le complot bolchevique visant à détruire la chrétienté.
  3. Pacelli a reconnu aux représentants du Troisième Reich que la politique antisémite du régime relevait de la politique intérieure de l’Allemagne. Le Concordat du Reich entre Hitler et le Vatican, comme Hitler n’a pas tardé à saisir, a créé un climat idéal pour les persécutions des Juifs.
  4. Pacelli n’a pas sanctionné la contestation de l’antisémitisme des évêques catholiques allemands et il n’a pas tenté d’intervenir dans le processus par lequel le clergé catholique a collaboré à la certification raciale pour identifier les Juifs.
  5. Après que Mit Brennender Sorge de Pie XI eut dénoncé le régime nazi (bien que ce ne soit pas son nom), Pacelli tenta d’atténuer les effets de l’encyclique en donnant des assurances diplomatiques privées à Berlin, malgré sa prise de conscience de la persécution généralisée des Juifs par les Nazis.
  6. Pacelli était convaincu que les Juifs leur avaient apporté le malheur : Une intervention en leur faveur ne pourrait que conduire l’Église à s’allier à des forces hostiles au Catholicisme.

L’incapacité de Pacelli à prononcer une parole franche sur la solution finale proclamée au monde que le vicaire du Christ n’a pas suscité la pitié ou la colère. De ce point de vue, il était le pape idéal pour le plan indicible d’Adolf Hitler.  Sa négation et sa minimisation de l’Holocauste étaient d’autant plus scandaleuses en ce qu’elles avaient été prononcées à partir d’un haut lieu moral apparemment impartial.

Il y avait une autre indication plus immédiate de la dislocation morale de Pacelli. Cela s’est passé avant la libération de Rome, alors qu’il était l’unique autorité italienne dans la ville.  Le 16 octobre 1943, les troupes SS entrèrent dans la zone du ghetto romain et rassemblèrent plus de 1000 juifs, les emprisonnant à l’ombre même du Vatican.  Comment Pacelli s’est-il acquitté ?

Le matin de la rafle, à la demande d’Adolf Eichmann, responsable de l’organisation de la solution finale depuis son siège à Berlin, l’ambassadeur d’Allemagne à Rome a plaidé auprès du Vatican pour qu’il publie une protestation publique.  À ce stade de la guerre, Mussolini avait été déposé et sauvé par Adolf Hitler pour diriger le régime fantoche de Salò dans le nord de l’Italie.  Les autorités allemandes à Rome, diplomates et commandants militaires, craignant une réaction violente de la population italienne, espéraient qu’une dénonciation immédiate et vigoureuse du pape pourrait arrêter les SS et empêcher de nouvelles arrestations.  Pacelli a refusé.  En fin de compte, les diplomates allemands ont rédigé une lettre de protestation au nom du pape et ont demandé à un évêque allemand résidant de la signer au profit de Berlin. Pendant ce temps, la déportation des Juifs emprisonnés a eu lieu le 18 octobre.

Source: Now The End Begins

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Publicités