Déploiement de 20 missiles

L’armée de l’air américaine a déployé 20 missiles qui pourraient zapper l’électronique militaire de la Corée du Nord ou de l’Iran avec des micro-ondes super puissants, rendant leurs capacités militaires pratiquement inutiles sans aucun dommage collatéral.

  • Connu sous le nom de projet de missiles avancés à hyperfréquences à haute puissance (CHAMP), ces missiles ont été construits par Boeing’s Phantom Works pour le laboratoire de recherche des Forces Aériennes des États-Unis.
  • Les armes à micro-ondes peuvent être lancées dans l’espace aérien ennemi à basse altitude et émettre des impulsions nettes d’énergie à haute puissance pour désactiver les appareils électroniques ciblés.
  • Mary Lou Robinson, chef de la division hyperfréquences haute puissance du Laboratoire de Recherche des Forces Aériennes, a confirmé à DailyMail.com que les missiles sont maintenant opérationnels et prêts à détruire toute cible.
  • Alors que la Corée du Nord ou l’Iran peuvent tenter de protéger leur équipement, les autorités américaines doutent que cela soit efficace contre CHAMP.
  • Le projet a avancé en secret depuis que les Forces Aériennes ont testé avec succès un missile équipé d’une énergie hyperfréquence en 2012.

Ronald Kessler, ancien journaliste d’investigation du Washington Post et du Wall Street Journal, est l’auteur du best-seller du New York Times de « La Maison Blanche de Trump : Changer les règles du jeu »« Les secrets du FBI »« Les détails de la première famille » et la « CIA en guerre ».

L’armée de l’air américaine a déployé au moins 20 missiles qui pourraient zapper l’électronique militaire de la Corée du Nord ou de l’Iran avec des micro-ondes de forte puissance, rendant leurs capacités militaires pratiquement inutiles sans causer de décès, a appris exclusivement DailyMail.com.

Connu sous le nom de projet de missiles avancés à hyperfréquences à haute puissance (CHAMP), ces missiles ont été construits par Boeing’s Phantom Works pour le laboratoire de recherche américain de l’Air Force et ont été testés avec succès en 2012.  Ils n’ont pas été utilisés jusqu’à présent.

Les armes à micro-ondes sont installées dans un missile de croisière lancé dans l’air et livrées par des bombardiers B-52.  Avec une autonomie de 700 miles, ils peuvent voler dans l’espace aérien ennemi à basse altitude et émettre des impulsions pointues d’énergie hyperfréquence haute puissance (HPM) qui font frire les puces informatiques, désactivant ainsi les dispositifs électroniques ciblés par les missiles et sans causer de dommages collatéraux.

Mary Lou Robinson, chef de la division haute puissance pour hyperfréquences du laboratoire de recherche des Forces Aériennes à la base aérienne de Kirtland, a confirmé à DailyMail.com que les missiles sont maintenant opérationnels et prêts à éliminer toute cible.

Le missile est équipé d’un canon à impulsions électromagnétiques.  Cela utilise un four à micro-ondes super-puissant pour générer un faisceau d’énergie concentré.  L’énergie provoque des surtensions dans les équipements électroniques, les rendant inutilisables avant que les protecteurs de surtensions n’aient la possibilité de réagir.

Le projet a avancé secrètement depuis que l’armée de l’air a testé avec succès un missile équipé de HPM en 2012.

Lors du test, le missile CHAMP a survolé un bâtiment de deux étages sur le champ de test et de tir de l’Utah.

Le bâtiment dans le désert de l’ouest de l’Utah était encombré d’ordinateurs et de systèmes de sécurité et de surveillance.  Les micro-ondes ont détruit tout le spectre des systèmes électroniques du complexe, y compris les caméras vidéo installées pour filmer le test, sans rien endommager.

« Nous avons atteint toutes les cibles que nous voulions », a déclaré Keith Colman, responsable du programme CHAMP de Boeing, dans un communiqué de presse de la société.  « Aujourd’hui, nous avons fait de la science-fiction un fait scientifique ».

Jusqu’à l’annonce du test réussi, le projet était top secret.  Quand il a été annoncé, seules quelques publications spécialisées ont publié l’histoire.

Depuis lors, au-delà de plusieurs dizaines d’histoires en décembre 2017, alors que les missiles étaient encore non opérationnels, les médias ont ignoré l’histoire.

En raison des coupes budgétaires dans la séquestration, les missiles CHAMP ne sont pas devenus opérationnels sous l’administration Obama.  Mais, après avoir envoyé un courrier à HR McMaster, conseiller américain à la sécurité nationale de Trump, en août 2017, il m’avait remercié de lui  avoir donné des informations sur CHAMP, que je m’apprêtais à inclure dans mon livre, et a ordonné un briefing du Pentagone.

En conséquence, le Pentagone a financé le programme et a ordonné aux Forces Aériennes d’entraîner dans le monde entier, de déployer et d’exploiter les systèmes de missiles.

La beauté du missile HPM réside dans le fait que son faisceau de micro-ondes peut pénétrer dans des bunkers où des installations sont cachées sans nuire aux êtres humains.

Même si un bunker est enterré dans une montagne, HPM pénètre dans les installations par ses connexions aux câbles électriques, aux lignes de communication et aux antennes.  Ainsi, HPM peut pénétrer dans n’importe quelle installation militaire souterraine et détruire ses composants électroniques.

Destiné aux centres de commandement et de contrôle, le missile pourrait rendre l’armée de tout pays, inutilisable.  Et un missile peut toucher plusieurs cibles successivement.

Alors que la Corée du Nord ou l’Iran peuvent tenter de protéger leur équipement, les autorités américaines doutent que cela soit efficace contre CHAMP.

Outre les bunkers souterrains et les centres de commandement, HPM peut rapidement désactiver les avions de combat, les chars, les navires et les systèmes de missiles.  Et, il peut détruire des installations pour développer et tester des armes nucléaires.

Le plus étonnant de tout, le missile rend inutilisable tout radar susceptible de le détecter lorsqu’il vole vers et depuis une cible.  Ainsi, un pays ne peut pas éliminer CHAMP avant qu’il frappe et n’a aucun moyen de savoir pourquoi ses installations sont soudainement mortes.

Les laboratoires nationaux américains exploités par le Département de l’Énergie travaillent sur les capacités HPM depuis des décennies.  Au fil des ans, des dispositifs HPM ont été déployés sur le terrain en Afghanistan et en Irak pour neutraliser les engins explosifs improvisés (EEI)et les drones.

Un de ces laboratoires, Sandia National Laboratories, développe des robots de la taille d’insectes qui pourraient assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un avec des toxines mortelles.

Ces armes robotiques utilisant les nanotechnologies utilisées dans les opérations chirurgicales en milieu hospitalier sont développées secrètement avec le financement de l’Agence de projets de recherche avancée de la défense.

Après que Ronald Kessler ait envoyé à H. R. McMaster des informations sur CHAMP, le conseiller à la sécurité nationale de l’époque accepta une entrevue et ordonna un briefing au Pentagone.

Alors que le président Ford interdisait les assassinats politiques avec un ordre exécutif de 1976, cet ordre reposait sur l’hypothèse que les autres dirigeants mondiaux étaient rationnels et s’abstiendraient d’essayer d’assassiner le président américain à moins que les États-Unis ne tentent de les assassiner.

Mais, nous traitons aujourd’hui avec des organisations terroristes et des dirigeants mondiaux qui ne sont pas rationnels et ne se soucient pas de savoir s’ils sont tués.

Le président Trump pourrait inverser l’ordre exécutif de Ford d’un coup de crayon.  Avec des armes de type robot utilisant la nanotechnologie, la CIA pourrait éliminer le dirigeant nord-coréen sans risquer des vies américaines.

Les missiles CHAMP sont totalement différents de la cyber-guerre conçue pour brouiller les ordinateurs.  Contrairement à une cyberattaque, CHAMP fait frire en permanence le matériel électronique.

Les missiles CHAMP émettant des HPM sont également différents d’une attaque par impulsions électromagnétiques (EMP) créée par la détonation d’une arme nucléaire dans l’atmosphère.  Comme il est ciblé, HPM laisse les installations civiles intactes nécessaires au maintien de la vie.

Une attaque EMP, par contre, ferait des millions de morts, car camions, avions, voitures, réfrigérateurs, générateurs d’air chaud, systèmes de traitement des eaux municipales, téléphones, lampes, ordinateurs, systèmes de cartes de crédit et bancaires, bourses de valeurs, navires et trains deviendraient inutilisables.

Source : Dailymail.co 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG