Plan de paix US: Moscou soupçonne des « primes économiques » pour se détourner de la solution à deux Etats

La Russie a critiqué mardi la conférence organisée par les États-Unis à Bahreïn le mois prochain à laquelle elle ne se rendra pas, craignant que Washington ne tente de proposer des initiatives économiques pour « contrecarrer le principe » d’une solution à deux États au conflit israélo-palestinien.

Les Etats-Unis doivent dévoiler les 25 et 26 juin lors d’une conférence à Manama le volet économique de « l’accord ultime » entre Israéliens et Palestiniens dont le contenu politique n’a toujours pas été annoncé.

« Le désir persistant de remplacer la tâche de parvenir à une solution politique globale par un ensemble de ‘primes’ économiques, rendant plus flou le principe de la création de deux États pour deux peuples, suscite de vives inquiétudes », a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Washington tente de « modifier les priorités de l’agenda régional et d’imposer une vision alternative du règlement israélo-palestinien », selon Moscou qui considère « inacceptable de s’écarter du cadre juridique international du conflit et de l’Initiative de paix arabe de 2002 ».

Le gendre et conseiller de Donald Trump, Jared Kushner, en tournée régionale pour trouver des appuis à son plan de paix israélo-palestinien, a rencontré le roi du Maroc Mohammed VI mardi à Rabat.

Jeudi, accompagné de son bras droit Jason Greenblatt et de l’émissaire américain pour l’Iran Brian Hook, il se rendra à Jérusalem pour s’entretenir avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

A ce stade, seuls les Emirats Arabes unis et le Qatar ont confirmé leur présence au rendez-vous de Bahreïn qui doit réunir des responsables gouvernementaux, des représentants de la société civile et du monde des affaires sur le thème « De la paix à la prospérité ».

Les dirigeants palestiniens, eux, ne feront pas le déplacement: boycottant l’administration américaine depuis que Washington a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël en décembre 2017.

M. Kushner a dit refuser de parler de la solution « à deux Etats », israélien et palestinien, soulignant que les approches traditionnelles n’avaient pas permis de parvenir à un accord.

Il a indiqué attendre notamment la formation d’un gouvernement en Israël avant de révéler son plan, mais à quelques heures de la date butoir pour l’annonce d’une coalition, c’est la perspective de nouvelles élections qui se profile de plus en plus nettement.

Source: i24 News

Publicités