Rivlin se dit « déterminé » à éviter de nouvelles élections

Le président a reconnu que si la législation prônant la dissolution de la Knesset était adoptée, il n’y aura aucune autre alternative à un nouveau vote national.

Le président Reuven Rivlin s’exprime lors d’une cérémonie de Yom HaShoah à la Knesset, le 2 mai 2019 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le président Reuven Rivlin s’est exprimé dans un communiqué mercredi, affirmant qu’il fera « tout ce qui est en mon pouvoir pour empêcher Israël d’aller vers de nouvelles élections. »

Il a expliqué qu’il prévoyait d’inviter les chefs de parti pour que ces derniers lui fassent part, encore une fois, de la ligne de conduite qui leur semble préférable.

Même s’il a noté dans un communiqué qu’il était en son pouvoir de charger un autre membre de la Knesset de former un gouvernement – si le Premier ministre Benjamin Netanyahu ne devait pas y parvenir – il a reconnu que si la législation prônant la dissolution de la Knesset était adoptée, comme cela pourrait être le cas aujourd’hui, il n’y aura aucune autre alternative à un nouveau vote national.

Voici le communiqué transmis par le président israélien dans son intégralité :

« Mes chers concitoyens : Je reçois et je lis toutes vos interrogations concernant la formation du gouvernement. Au vu du volume de requêtes reçues à ce sujet, il est important pour moi d’expliquer quelle est l’autorité légale du président.

Il a été donné au Premier ministre Benjamin Netanyahu 28 jours pour former un gouvernement, à la suite de quoi il a bénéficié de 14 jours supplémentaires, conformément à la loi – une période additionnelle qui s’achève ce soir à minuit. Si le gouvernement n’est pas formé ce soir à minuit, j’ai alors deux options et je suis tenu de me décider en faveur de l’une d’elle dans les trois jours.

Le premier choix est de confier à un autre membre de la Knesset la formation d’un gouvernement – à l’exception d’un membre qui a déjà eu cette opportunité et qui n’a pas réussi. Le second choix est d’informer le président de la Knesset qu’il n’y a aucune possibilité de former un gouvernement et qu’il n’y a d’autre alternative que d’organiser un nouveau scrutin.

Pour prendre ma décision, je vais inviter encore une fois les représentants des différentes factions pour des consultations. Vous devez savoir que si j’informe le président de la Knesset que je ne pense pas qu’un autre membre du Parlement soit en mesure de former un gouvernement en ayant la capacité de collecter 61 signatures, je peux demander que l’un des 120 membres de la Knesset – même ceux qui en ont déjà eu l’opportunité – se voit remettre la mission de former un gouvernement.

Vous vous demandez probablement comment tout cela est lié à ce qu’il se passe en ce moment à la Knesset. Parallèlement à mon autorité de président, la Knesset peut voter une loi décidant de sa dissolution. Si le texte franchit le stade de la deuxième et de la troisième lectures avec une majorité de députés – au moins 61 – les procédures de formation d’un gouvernement cesseront. La Knesset sera dissoute et, malheureusement, nous devrons organiser une nouvelle campagne électorale.

Pour ma part, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour empêcher Israël de se diriger vers un nouveau scrutin. »

Source: Times of Israël

Publicités