L’idolâtrie aux temps modernes

Tout péché n’est pas idolâtrie, mais, toute idolâtrie est péché.

De nos jours, à un niveau populaire, le mot « idole » ne signifie qu’une image d’un faux dieu ou d’une divinité païenne. Cependant, dans les dictionnaires bibliques et théologiques, le mot « idole » signifie « le culte de Jéhovah au moyen d’images » ou « le culte de Jéhovah sous l’image ou le symbole ».

 « L’idolâtrie à proprement parler désigne le culte de divinité, sous une forme visible, que les images auxquelles l’hommage est rendu soient des représentations symboliques du vrai Dieu ou des fausses divinités devenues objets de vénération à sa place ».  Le Dictionnaire de théologie de Baker dit : « Parce que Dieu était invisible et transcendant, les hommes érigent des idoles comme une expression matérialiste de Lui.  Bientôt, la chose créée fut vénérée comme un dieu au lieu du Créateur ».

Tout le monde sait que le veau d’or d’Exode 32 était une idole, mais, la plupart des gens ne réalisent pas qu’il a été créé intentionnellement pour représenter Dieu ; c’est-à-dire « Elohim », celui qui a fait sortir le peuple d’Égypte.  Exode 32:4-5 déclare,

« Et les reçut de leurs mains, jeta l’or dans un moule, et fit un veau en fonte.  Et ils dirent : Israël voici ton dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Égypte.  Lorsqu’Aaron vit cela, il bâtit un autel devant lui, et il s’écria : Demain, il y aura fête en l’honneur de l’Éternel. »

Dans I Rois 12:28, Jéroboam, craignant que le peuple ne retourne dans la maison de David, élabora un plan : « Après s’être consulté, le roi fit deux veaux d’or, et il dit au peuple : Assez longtemps vous êtes montés à Jérusalem : Israël ! Voici ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Égypte. »  Les deux passages de l’Écriture montrent clairement que ceux qui ont fabriqué et utilisé ces images les ont utilisées comme images du Seigneur Dieu, le Dieu qui a délivré Israël de l’Égypte.  Même si nos traductions appellent les images « dieux » avec un petit « d », le mot hébreu utilisé, « Elohim », est le même mot qui est traduit ailleurs par Dieu (par exemple, Genèse 1:1).

La Bible ne donnera le nom de Dieu à aucune image.  Le contexte montre que les gens avaient l’intention d’utiliser ces images pour représenter les « Elohim » qui les ont délivrés d’Égypte.  Toute tentative de faire une similitude de Dieu, le représentant sous une forme matérialiste, est fondamentalement une pratique du même péché que de fabriquer le veau d’or.

À travers l’Église Catholique Romaine, l’idolâtrie s’est mêlée au Christianisme

Les apôtres, dont les épîtres et les évangiles sont les oracles mêmes de Dieu, sont des hommes qui ont dit : « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie. » (1 Jean 1:1)  Ils n’ont jamais donné une description physique du Christ, mais, ils ont proclamé ce qu’Il a dit et ce qu’Il a fait.  Ils soulignent sa mort et sa résurrection, expliquant la signification de ces événements et la nécessité de la foi en eux pour avoir raison avec Dieu.

En l’an 313, l’empereur romain Constantin déclara que le Christianisme était la religion officielle de l’Empire.  Ainsi, les païens, par décret gouvernemental et non pas régénération, se sont trouvés chrétiens.  Ne connaissant ni Dieu ni l’Évangile, ils ont inondé l’Église d’idoles dans leurs bras, dans leurs maisons, dans leurs esprits et dans leurs cœurs.  Les vrais croyants, cependant, s’opposaient aux images et aux statues comme représentant le Christ.  La controverse a fait rage pendant plusieurs siècles et la situation était très agitée. Au milieu de cette bataille, le Pape Grégoire le Grand (604 après Jésus-Christ) a présenté en leur faveur un argument apparemment innocent et extrêmement plausible.  Grégoire a écrit à Mgr Serenus de Marseille, qui avait détruit les images dans son diocèse en disant : « Ce que sont des livres pour ceux qui savent lire, c’est une image pour ceux qui l’ignorent qui la regardent ; Dans une image, même les non-initiés peuvent voir quel exemple ils devraient suivre ; Dans une image, ceux qui ne connaissent pas de lettres peuvent encore lire.  Par conséquent, pour les barbares en particulier, une image remplace un livre ».  Un tel raisonnement charnel usurpe l’autorité de la Parole de Dieu.  Mais, en vérité, si les illettrés ne savent pas lire, ils peuvent certainement « entendre » et « la foi vient en entendant et en écoutant la Parole de Dieu », car « il a plu à Dieu par la folie de la prédication de sauver ceux qui croient ».

Puis, en l’an 754 de notre ère, un grand conseil d’évêques déclara que de telles images n’étaient pas bibliques et n’étaient donc pas acceptables dans l’Église. Cependant, vingt-trois ans plus tard, un autre conseil d’évêques a inversé cet enseignement.  Le Deuxième Concile de Nicée, qui s’est réuni en 787 après Jésus-Christ, a exigé l’utilisation d’images et de statues comme signifiant Christ.  Cet acte idolâtre inexcusable de l’Église Catholique Romaine l’a menée à l’âge des ténèbres.  Lorsque la Réforme est arrivée et que le retour du véritable Évangile a été rétabli, les maux de l’idolâtrie ont également été condamnés.  Pour échapper à l’idolâtrie, de nombreuses personnes ont quitté l’Église Catholique et des églises basées sur la Bible ont vu le jour dans de nombreux pays.  Au moment de la Réforme, pasteurs et laïcs ont compris que tout ce qui concerne Dieu et qui est appris des images est à la fois futile et faux.

Le péché de l’idolâtrie

L’enjeu de la fabrication des idoles est clairement présenté dans les Écritures. Dieu déclare : « Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.  Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point. » (Exode 20:4-5) Les Écritures expliquent comment cela doit être compris, et Dieu vous a déclaré son alliance, qu’Il vous a ordonné d’accomplir, même les dix commandements ; Et Il les écrivit sur deux tables de pierre.  Prenez donc garde à vous, car vous n’avez vu aucune similitude le jour où le Seigneur a parlé…  De peur de vous corrompre et de vous faire une image taillée, à la ressemblance de n’importe quelle figure.  Par conséquent, il ne doit y avoir aucune similitude (ou ressemblance) de Dieu fait par l’humanité.  Ce qui est interdit dans les Écritures est la création de toute ressemblance entre le Père, le Fils ou le Saint-Esprit.  L’Église Catholique, cependant, explique qu’il est effectivement possible de pratiquer l’idolâtrie.  Et ainsi, on trouve des églises catholiques et des maisons imprégnées d’icônes par lesquelles la ressemblance et la similitude de Dieu le Fils et de Dieu le Père sont tentées pour être représentées visuellement.

Ainsi, le Catéchisme de l’Église Catholique déclare :

« La vénération chrétienne des images n’est pas contraire au premier commandement qui proscrit les idoles.  En effet, « l’honneur rendu à une image passe à son prototype » et « quiconque vénère une image vénère la personne représentée dans celle-ci ».

La raison donnée est que l’on vénère la personne représentée par l’image et non l’image elle-même.  C’est pourtant exactement ce que la Bible interdit et pourquoi le deuxième commandement de Dieu avait interdit à Aaron de fabriquer le veau en or.  La deuxième raison invoquée par la Rome papale pour justifier la pratique de l’idolâtrie utilise un Concile du 8ème siècle ; Il dit ce qui suit,

« En se basant sur le mystère du Verbe incarné, le septième conseil œcuménique de Nicée (787 après Jésus-Christ) a justifié… la vénération des icônes du Christ, mais aussi, de la Mère de Dieu, des anges et de tous les saints.  En s’incarnant, le Fils de Dieu a introduit une nouvelle « économie » d’images. »

Lorsque le Septième Concile œcuménique de Nicée a décidé que l’incarnation de Jésus-Christ introduisait une nouvelle « économie » d’images, la logique sans précision de leur décision les obligeait à maintenir que Dieu changeait d’avis quant au Deuxième Commandement.  Ce raisonnement est blasphématoire.  Dieu ne change pas d’avis lorsqu’il s’agit de décrets.  Jésus-Christ et les apôtres ont également condamné avec force l’idolâtrie, à l’instar des commandements de l’Ancien Testament.  Néanmoins, l’Église Catholique affirme qu’une « tradition vient du Saint-Esprit », ce qui justifie la création d’images gravées et que celles-ci doivent être affichées publiquement.  Dans son Catéchisme, le paragraphe 1161 énonce :

« Suivant l’enseignement divinement inspiré de nos saints Pères et la tradition de l’Église Catholique (car nous savons que cette tradition vient du Saint-Esprit qui l’habite), nous définissons à juste titre avec une totale certitude et exactitude que, comme la figure de la précieux croix vivifiante, les images vénérables et saintes de notre Seigneur et Dieu et Sauveur, Jésus-Christ, notre Dame inviolée, la Sainte Mère de Dieu et les anges vénérés, tous les saints et les justes, qu’ils soient peints ou faits de mosaïque ou un autre matériau approprié doit être exposé dans les saintes églises de Dieu, sur des vases et des vêtements sacrés, des murs et des panneaux, dans des maisons et dans des rues. »

C’est une idolâtrie simple et condamnée par le Seigneur Dieu.  De plus, dire que Marie est la mère de Dieu n’est rien de moins que blasphématoire.  Elle est limitée à être la mère de l’humanité de Jésus.  Lors de sa conception, Dieu s’est incarné au sein de cette humanité par la puissance du Saint-Esprit, sans l’aide de Marie.  La chair engendre la chair… le divin engendre le divin.  Comme l’enseigne les Écritures, « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a engendré son propre fils… ».

Le Saint-Esprit est carrément blasphémé en affirmant que le conseil avait établi la tradition pour justifier l’utilisation d’images.  Au contraire, la Bible explique très clairement que Dieu déteste l’idolâtrie et interdit de représenter dans l’art ce qui est divin (Exode 20:4-6).  Faire des images pour représenter Dieu corrompt ceux qui les utilisent (Deutéronome 4:13, 15-16).  Les images enseignent le mensonge à propos de Dieu (Habacuc 2:18-20).  Dieu ne peut être représenté dans l’art et tous ceux qui pratiquent l’idolâtrie ont le commandement de se repentir (Actes 17:29-30).  Le commandement du Saint-Esprit dans le Nouveau Testament est le commandement qu’il a donné dans l’Ancien Testament : « Petits enfants, gardez-vous des idoles. » (1 Jean 5:21)  Les fruits pervers de l’intrusion d’idolâtrie dans le culte de Dieu divin sont les nombreuses superstitions et traditions païennes du Catholicisme Romain. Mais, le pire fruit de l’idolâtrie offerte par le Catholicisme sous prétexte d’être chrétien est son « faux évangile ».

Ce que Dieu interdit précisément

Ce qui est interdit, c’est la similitude de Dieu Lui-même.  Aucune similitude du Divin n’a jamais été donnée au peuple et aucune ne devait être faite.  Dans le Nouveau Testament, nous voyons qu’aucune similitude du Christ Jésus n’a été donnée, et le commandement doit rester intact.  Toute similitude ou image de Père, du Fils ou du Saint-Esprit est un péché et une insulte à la majesté du Seigneur Dieu.  Et qu’en est-il de ceux qui cherchent du baume pour leur conscience en préférant les images aux statues, comme si l’absence d’une seule dimension transforme l’image en une chose acceptable pour Dieu.  Ils s’imaginent bien avoir agi plus noblement envers Dieu parce que la leur n’est pas une  « image taillée ».  Le fait qu’ils honorent des images au même titre que les icônes de la révérence orthodoxe grecque signifient qu’elles n’honorent pas les statues comme le font les catholiques.

Cependant, devant la loi de Dieu, c’est une transgression de faire une « représentation » ou un « semblant » de tout ce qui est au ciel ou sur la terre pour définir Dieu.  Le Seigneur Dieu appelle ceux qui enfreignent ce commandement « ceux qui me haïssent » et ceux qui respectent ce commandement « ceux qui m’aiment ».  La punition de l’iniquité est promise aux transgresseurs, tandis que la bénédiction est promise à ses adhérents.  Dans l’optique de Dieu, l’idolâtrie est un adultère spirituel.  Ainsi, avec la réaction indignée d’un mari trahi, il poursuit : « Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; Car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent. » (Exode 20:5)

Images du Christ et de la personne du Christ

Le sujet de l’idolâtrie est de la plus haute importance alors que de nombreuses églises croyant en la Bible tentent de justifier les images et les vidéos de la personne du Christ.  Ils soutiennent que nous, et ceux qui ne savent pas lire, pouvons arriver à une compréhension plus complète de la personne du Christ à partir de ces images.  Pourtant, la Bible déclare clairement que de telles images mentent.  Jésus-Christ est le seul à avoir deux natures distinctes, divine et humaine, dans un même corps.  Par conséquent, tenter de faire une image de Jésus-Christ de quelque nature que ce soit, qu’il soit taillé, bidimensionnel ou en mouvement, relève toujours du Deuxième Commandement.  Aucune image ne peut représenter la divinité du Christ, car  « Il est l’éclat de sa gloire et l’image de sa personne », « en qui habite corporellement toute la plénitude de la Divinité ».

L’image en tant que médiateur ouvre la porte au panthéisme

La photo fait partie de la création.  La création n’est pas Dieu.  Imaginer un homme créé et étiqueter cette image avec le nom du Créateur, c’est confondre le Créateur avec la création.  Toute tentative de représentation du Christ transforme le médium lui-même en un médiateur entre Dieu et l’homme.  Le spectateur qui est limité dans les limites de ce plan humaniste, imagine qu’il connaît le Seigneur, au moins dans une certaine mesure.  Avec cette image inculquée du Christ palpitant dans son esprit, le spectateur est autorisé à errer, pensant en silence à ses propres pensées, contraint par une impression qui n’est pas Christ.  Ainsi, l’esprit du spectateur continue d’être conformé au monde par l’image créée et par sa propre subjectivité.  Bien que de telles présentations visuelles fassent fortement appel aux impulsions sensuelles, elles ne présentent explicitement à aucun homme la vérité objective concernant le Seigneur.  Notre connaissance de Jésus-Christ doit être formée à partir des vérités de l’Écriture et non par des impressions subjectives d’interprétation artistique.  Dans le second, l’artiste et le spectateur fusionnent Dieu et Sa création en une seule entité au sein de l’image, ce qui constitue l’expression visible de l’idolâtrie.  Cette image fallacieuse jette les bases d’un concept panthéiste de Dieu.

Nous ne pouvons pas voir Jésus Christ le divin avec des yeux physiques.  C’est tout le sens de la foi.  L’excellence de l’objet de foi est le Jésus invisible.  Tandis que le sens traite des choses vues, la raison est un plan supérieur.  La foi, cependant, monte encore plus loin et nous assure de l’abondance de détails que le sens et la raison n’auraient jamais pu trouver.  « Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. » (Hébreux 11:1)  La foi se nourrit du pouvoir et des promesses de l’invisible : « Oh ! Si je n’étais pas sûr de voir la bonté de l’Éternel sur l a terre des vivants. » (Psaumes 27:13)  Nous pouvons alors comprendre la logique et le but cohérent de la raison pour laquelle le Seigneur Dieu interdit les images.

Des images de « Jésus » corrompent le véritable culte du Christ

Les personnes qui utilisent des images de Christ nient qu’elles adorent les images, mais plutôt, qu’elles les aident à adorer le Christ.  Cela justifie essentiellement l’utilisation d’un médium, pratique bien établie dans l’Église Catholique Romaine.  En rationalisant sa mise de côté du Deuxième Commandement, l’Église Romaine dans son Catéchisme déclare hérétiquement :

« … L’honneur rendu à une image passe à son prototype et quiconque vénère une image vénère la personne représentée dans celle-ci. »

Cette tentative de justifier l’idolâtrie est une tentative de corrompre ce que l’homme doit croire à propos de Dieu tel qu’il nous a été donné par les Écritures. Les images finissent par avoir un impact et changent le sens de « salut » et de « l’église ».  Ce qui suit est que les gens acceptent d’abord les fausses images comme représentant le Christ, puis, ils l’utilisent comme médiateurs pour « connaître » le Christ.  Puis, avec des images, des rituels sont développés.  Les images représentatives ont besoin d’un sacerdoce spécial pour officier dans le développement et l’accomplissement d’une liturgie appropriée.  La messe catholique romaine est un exemple classique d’un tel sacerdoce.  Dans la messe, point culminant de la liturgie de la Rome pontificale, elle revendique « le culte dû au vrai Dieu » pour le pain de communion.  Le catholicisme romain prétend que cela est fait au nom de Dieu.  Le résultat final est que Jésus-Christ est remplacé, alors que les gens se tournent vers les images.  La Bible, cependant, n’accepte aucune image faite par l’homme comme une image de Christ, nous ne le devrions pas non plus.

Le Christ est le Dieu Tout Saint incarné « avec » son humanité.  En ses jours terrestres, son humanité contenait la plénitude de sa divinité, mais cette humanité n’est plus sur la terre.  Comme le disent les Écritures, nous ne le connaissons plus après la chair ; Nous le connaissons plutôt maintenant en esprit et en vérité, car nous connaissons spirituellement les choses spirituelles, et c’est à la lumière de Dieu que nous voyons la lumière.  La Parole de Dieu est claire comme du cristal sur le Deuxième Commandement ; Comme le dit l’apôtre Paul, l’appel du clairon consiste à « ne pas penser au-delà de ce qui est écrit…».

Connaissant les penchants des hommes et leur lutte pour justifier leurs actions impies, Dieu a déclaré : « Car Dieu, qui a ordonné à la lumière de briller dans les ténèbres, a brillé dans nos cœurs pour donner la lumière de la connaissance de la gloire. Quel que soit le débat que les théologiens puissent faire à propos de ce verset, une chose est claire : Si vous donnez une représentation physique au visage de Christ, alors vous aurez défini et souillé la gloire incommensurable et divine de Dieu.  Toute tentative de reproduire cette gloire est simplement idolâtre ».

Le caractère unique du Christ Jésus, associé au commandement de ne pas pratiquer l’idolâtrie, est exprimé avec la plus grande fermeté dans le Nouveau Testament.  « Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu’il nous a donné l’intelligence pour connaître le Véritable ; Et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus-Christ.  C’est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle. »  Petits enfants, gardez-vous des idoles.  Il ne fait aucun doute que celui à qui il est dit : « Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. » (Jean 1:3)  et qui lui-même a déclaré : « Mon père et moi sommes un », a été vénéré comme « mon Seigneur et mon Dieu ».   C’est une manière condensée de dire que Christ est pleinement Dieu, comme le Père et le Saint-Esprit sont chacun pleinement Dieu.

Images de saints et d’anges

Qu’en est-il des images et des peintures de saints, d’anges, des disciples du Seigneur et de sa mère terrestre ?  Nous devons répondre à la question suivante : La prière adressée à des images (statues, peintures, mosaïques, etc.) auprès de saints ou d’anges disparus constitue-t-elle une idolâtrie ?  Si ce n’est pas de l’idolâtrie, est-ce quand même un péché ?  Peut-on différencier le péché de l’idolâtrie ?

Adresser les prières aux saints et aux anges disparus est un péché

L’Église Catholique Romaine, qui a approuvé et accepté les prières à adresser aux saints défunts et aux anges, contredit les Écritures.  En affirmant ce que la Bible déclare comme des pratiques païennes, comme quelque chose d’accepté aux yeux de Dieu, et en ordonnant à ses membres de s’exercer à de telles pratiques, cela est totalement pécheur.  C’est pourtant ce que fait l’église pontificale.  Ainsi, le Catéchisme de l’Église Catholique Romaine déclare :

« Les témoins qui nous ont précédés dans le royaume, en particulier ceux que l’Église reconnaît comme des saints… Ils contemplent Dieu, le louent et s’occupent constamment de ceux qu’ils ont laissés sur la terre.  Quand ils sont entrés dans la joie de leur maître, ils ont été chargés de beaucoup de choses.  Leur intercession est leur service le plus exaltant au plan de Dieu.  Nous pouvons et devrions leur demander d’intercéder pour nous et pour le monde entier. »

Contrairement aux enseignements de l’Église Catholique Romaine, nous apprenons dans la Bible que non seulement l’utilisation d’images comme aides visuelles dans la prière est une idolâtrie, mais, que le fait d’adresser des prières à des saints disparus et aux anges est également un grand péché !

C’est un péché d’abord parce qu’il suppose que le saint défunt ou l’ange soit partout présent (omniprésent), ou qu’il connaisse immédiatement les cœurs et les esprits de tous les hommes individuellement (omniscience) ; Ou bien celui qui prie fait semblant de savoir quand le saint ou l’ange est présent et disponible pour l’entendre, et quand il ne l’est pas (psychique).  Cela suppose également que le saint ou l’ange soit tout-puissant (omnipotent)et donc capable de répondre et d’accorder la réponse favorable à la demande.  Mais, toute présomption de ce genre est une tromperie !  Seul Dieu Lui-même est tout connaissant, présent partout au même moment, tout puissant, et donc capable d’entendre, d’examiner et de répondre aux prières de tous ceux qui le prient de tous les coins du monde en même temps.  Attribuer à une créature, homme ou ange, l’omniscience, l’omniprésence et l’omnipotence, c’est leur attribuer des attributs divins et élever ainsi ces créatures au niveau de Dieu, en les rendant égaux à Dieu, ce qui est clairement de l’idolâtrie.  Nous demandons, n’est-ce pas là une superstition coupable ?  La Bible déclare clairement : « Qu’aucun homme, sous ne apparence d’humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu’il s’abandonne à ses visions et qu’il est enflé d’un vain orgueil par ses pensées charnelles. »  Et, « C’est moi jean, qui ai entendu et vu ces choses.  Et quand j’eus entendu et vu, je tombai aux pieds de l’ange qui me les montrait, pour l’adorer.  Mais, il me dit : Garde-toi de le faire !  Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères les prophètes, et de ceux qui gardent les paroles de ce livre.  Adore Dieu. »

Deuxièmement, c’est un péché parce que les Écritures ne signifient nulle part que Dieu voudrait que nous fassions des prières à de tels saints ou de tels anges.  Mais, signifie assez pour nous satisfaire du contraire.  Nous ne lisons ni dans l’Ancien ni dans le Nouveau Testament au sujet de toute prière adressée à un saint défunt ou à un ange, mais, toute prière est strictement adressée à Dieu le Père et, dans le Nouveau Testament, à Dieu le Père, au nom du Seigneur Jésus-Christ ; Et ainsi, on nous dit : « … en qui nous avons, par la foi en lui, la liberté de nous approcher de Dieu avec confiance. » (Éphésiens 3:12)  Il n’y a pas d’accès aux royaumes célestes en dehors de la médiation du Christ Jésus ; Il n’y a pas d’accès à Dieu que par son Fils seul.  Il nous est commandé de diriger nos prières à Dieu seul par le Christ Jésus seul.

Troisièmement, c’est un péché parce que cela va à l’encontre du fait que toute prière est une vénération et un culte, tout en l’ignorant, car c’est une reconnaissance consciente que celui à qui nous prions mérite notre respectueux respect et est puissant pour répondre à nos demandes.  La prière adressée à Dieu est un culte dirigé vers Dieu.  C’est reconnaître que Lui seul est le Tout-Puissant, digne de notre louange et de notre affection, qu’Il est toujours présent et qu’Il est « celui qui récompense ceux qui le cherchent diligemment ».  Ainsi, tout culte offert par la prière doit être donné à Dieu seul, et cela rend toutes les prières faites aux saints et aux anges comme une présomption coupable et une idolâtrie.

Quatrièmement, c’est un péché contre Dieu de prier des saints disparus ou des anges pour le pardon des péchés, pour justifier, sanctifier, racheter ou faire quoi que ce soit qui appartient à Dieu seul ; Ce n’est pas mieux que l’idolâtrie. L’enseignement de l’Écriture est catégorique : La délivrance et le salut ne viennent que de Dieu : « Le salut appartient au Seigneur », « Le salut vient du Seigneur ».  Les saints de Dieu au ciel peuvent maintenant en témoigner, et eux-mêmes, donner tout crédit à Dieu seul : « Après cela, je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue.  Ils se tenaient devant le trône et devant l’agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains.  Et ils criaient d’une voix forte, en disant : Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l’agneau. » (Apocalypse 7:9-10)  Le salut est un don direct accordé de la main de Dieu à ceux qu’il a sauvés, « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi.  Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. » (Éphésiens 2:8)

Cinquièmement, c’est un péché car il ignore le fait que toute prière est conditionnelle.  C’est conditionnel parce que cela doit être fait au nom du Christ pour être accepté par le Père.  Prier au nom du Christ ne signifie pas simplement dire le nom de Jésus à la fin d’une prière, mais, cela signifie que l’accès à la présence de Dieu dans la prière repose entièrement sur les mérites et l’intercession de Christ.  Et, dépendre entièrement du mérite du Christ pour être accepté par Dieu signifie que celui qui prie est déjà venu à Christ pour se réconcilier avec Dieu ; Car Dieu le Père a établi son Fils, le Seigneur Jésus, comme seul moyen de réconcilier les pécheurs avec Lui.  « Je suis le chemin… personne ne vient au Père que par moi », a déclaré le Seigneur Jésus, dont la déclaration nous enseigne, par simple raisonnement logique, que nul n’est accepté devant Dieu pour le salut par l’intermédiaire d’un saint défunt où un ange de Dieu, ou un disciple du Seigneur Jésus, ou de Sa mère terrestre, ou de tout autre, « sauf par moi », a-t-Il dit.

C’est le Seigneur Jésus-Christ seul qui intercède dans la prière d’un pécheur repentant qui prie Dieu pour son salut.  Et, pour cette vérité, nous avons une preuve claire, emphatique et abondante dans les paroles du Saint-Esprit qui parle de Jésus-Christ : « C’est aussi pour cela qu’il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. » (Hébreux 7:25) Après qu’une personne est sauvée, le Christ continue d’être son représentant devant le Père, comme il est écrit : « Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point.  Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. » (1 Jean 2:1)  Et, le Saint-Esprit de Dieu intercéda dans la prière d’un pécheur racheté : « … et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints.  Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. » (Romains 8:27-28)

Conclusion de la matière

Qu’est-ce que l’idolâtrie si ce n’est la « religion de la vue » en opposition à la  « vie de foi » !  Au lieu du Créateur invisible, les hommes dans l’Antiquité considéraient ce qui était visible, le soleil, la lune, les étoiles et les armées de créatures sur terre, comme la cause et la règle de tous ; Ou alors ils assignaient à tous sa divinité et avaient ainsi beaucoup de dieux et beaucoup de seigneurs ; Ou bien il convertissait ses héros, réels ou imaginaires, en dieux.  Le culte des cieux, le culte de la nature ou la vénération des hommes défunts, sont du païen et de l’idolâtrie.  Cela a toujours été la tendance de l’homme pécheur, et quelque chose qui s’est toujours reproduit, même au cours des périodes de l’histoire où Dieu s’est révélé à l’homme et lui a donné ses lois, comme dans le cas du peuple d’Israël.

Les deux nations païennes, ainsi qu’Israël (le peuple à qui il était donné de connaître le vrai Dieu, et ses lois), ne sont pas en état d’apostasie de nier qui était Dieu, mais, d’essayer de le placer au même niveau de personnes et de fausses divinités.  Et, nous devons nous demander si ce n’est pas exactement la même chose que ce que font les catholiques lorsqu’ils adressent leurs prières aux saints défunts, aux anges ou à la mère terrestre du Seigneur et utilisent des images ?  Car bien qu’ils reconnaissent dans l’enseignement de la Bible qu’il n’y a qu’un seul Dieu vivant, ils le placent pourtant au même niveau que les personnes créées et lui volent ainsi la gloire qui n’appartient qu’à lui.

Semblable à la pratique consistant à utiliser une photographie de la photo d’un membre de la famille pour aider la mémoire et réchauffer l’affection, le prétexte selon lequel l’utilisation des images n’est « qu’une aide visuelle pour celui qui prie, pour rappeler à la personne du saint ou l’ange à qui ou par qui il prie », est pécheur et spécifiquement idolâtre, car il va directement à l’encontre du commandement de Dieu.

Tout péché n’est pas idolâtrie, mais, toute idolâtrie est péché.  C’est pourquoi la pratique interdite par la Bible d’adresser les prières à un saint, à un ange ou à la mère terrestre de Jésus est clairement un péché, tout comme l’utilisation d’icônes (peintures, statues, mosaïques, etc.) comme aide visuelle à la prière est une idolâtrie.  Car cela prive Dieu le Père de sa gloire et Dieu le Fils de son office de médiateur tout en le donnant aux autres.

Contrairement aux enseignements du Catholicisme Romain, la Bible insiste sur le fait qu’il n’y a pas d’accès à Dieu dans la prière que par la personne de Jésus-Christ, car nous avons les récits de ses propres paroles : « Personne ne vient au Père que par moi ».  Cet enseignement clair du Seigneur affirme que nous ne devons en aucun cas prier un saint défunt, un ange ou la mère terrestre du Seigneur pour plaider auprès de Dieu pour nous ; Mais, nous devrions venir directement à Dieu par l’intermédiaire de Jésus-Christ Lui-même.  Il convient de répéter que ceux qui tentent de venir à Dieu autrement obtiendront une porte fermée, car « Nul ne vient au Père que par moi ».

Que faisons-nous alors ?

En lisant le « souverain sacrificateur qui est assis à la droite du trône de la majesté dans les cieux » et « les meilleures promesses » qu’il a pour son peuple dans la nouvelle alliance par rapport à l’ancienne, nous avons un grand espoir fondé de conviction réelle sur cette question fondamentale.  La promesse donnée est explicite et très encourageante.  « Combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s’est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il  votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant ! » (Hébreux 9:14) L’efficacité du sang du Christ Jésus est très grande.  Il suffit d’atteindre l’âme et la conscience. Une âme souillée d’idolâtrie peut être purgée ; Sa conscience assaillie et habilitée à servir le Dieu vivant.  Le sang de Christ versé pour les pécheurs dans sa mort expiatoire, à travers les influences gracieuses du Saint-Esprit, non seulement condamne, mais, absout le vrai croyant, lui permettant ainsi de servir le Dieu vivant d’une manière digne.

Si tel est votre situation, vous devez vous repentir de vos pratiques passées consistant à prier les défunts, les anges ou tout autre médiateur en dehors du Christ Jésus seul, et d’avoir commis une idolâtrie par ignorance ; Et  « retournez vers le Seigneur et il aura pitié de nous… et envers notre Dieu, car il pardonnera abondamment ».

Vous devez mettre toute votre foi et votre confiance, comme le dit la Parole écrite de Dieu que nous enseigne la Bible, sur Jésus-Christ uniquement, en tant qu’unique ordonné et accepté par Dieu pour le salut de votre âme et l’acceptation de vos prières repentantes.  Faire ainsi, c’est mettre de côté et abandonner toute votre confiance antérieure dans la religion et les traditions et dans tout autre médiateur en tant que moyen de venir à Dieu et de mettre toute votre confiance en Jésus-Christ seul, en soumettant et en faisant confiance à la sécurité de votre âme.

Pourquoi est-il nécessaire de le faire ?

Car, comme il est écrit dans les Écritures, Dieu « a fixé un jour dans lequel il jugera le monde… par cet homme, Jésus-Christ, qu’il a ordonné ; C’est pourquoi il a donné l’assurance à tous les hommes qu’il en sera ainsi en ce qu’Il l’a ressuscité d’entre les morts. »

La Bible déclare que le « salaire du péché, c’est la mort ».  Le paiement d’une vie vécue dans la désobéissance à Dieu et à ses commandements, de préférence à la tradition religieuse créée par l’homme plutôt qu’à la Parole claire de Dieu, et au service du « roi du Péché », c’est la mort : Ce qui signifie la séparation de Dieu et la condamnation au grand jour du jugement.

Cependant, malgré notre ignorance et notre péché, Dieu, dans sa miséricorde et son amour, a fourni le moyen de pardonner les péchés et de réconcilier les pécheurs avec Lui-même.  Par conséquent, si la partie offensée, Dieu, est disposée à réconcilier ses ennemis avec Lui-même, devrions-nous continuer à croire et à pratiquer contre ses lois ?  Car, puisqu’il existe un moyen, bien qu’un seul moyen, pourquoi devrions-nous le manquer et nous tromper par des moyens qui ne mèneront qu’à la condamnation, comme l’a déclaré Dieu Lui-même ?  S’il nous commande de venir, devrions-nous désobéir ?  S’il y a une invitation de compassion et d’amour, devrions-nous nous en moquer ?  Si le moment est venu, si le message est clair et si le résultat est garanti, faut-il en douter ?  Si Dieu est au-dessus de l’homme et que ses paroles sont plus sûres que les paroles de l’homme, ne devriez-vous pas plutôt faire confiance à Sa parole au lieu de celle des hommes ?  Vous devez sûrement répondre à Dieu !

Vous devez répondre à la vérité de Dieu à mesure que vous l’apprenez dans la Bible, car réagir conduit à la conversion ; C’est-à-dire le pardon de vos péchés et l’acceptation de Dieu.  Il est très important pour nous d’apprendre que les toutes premières paroles du Seigneur Jésus-Christ, lorsqu’il a initié son ministère public, prêchant l’Évangile du Royaume de Dieu, étaient :« Repentez-vous et croyez en l’Évangile ».  C’est le seul moyen pour répondre à Dieu et pour l’acceptation devant Lui, repentez-vous et croyez en l’évangile.

Croire, c’est recevoir la Parole de Dieu, même si cela contredit les enseignements et les traditions religieuses de l’homme.  C’est donner la Parole de Dieu, la Bible, au-dessus de tous les mots et même au-dessus de nos sentiments.  Croire, c’est céder à Sa parole et obéir à Ses commandements.  Il s’agit d’abandonner l’orgueil et toute autre confiance pour le salut en dehors de la vie méritoire et du sacrifice de Jésus-Christ.  Croire, c’est saisir notre distance de Dieu à cause de notre état de péché et de Sa sainteté.  C’est désirer le pardon de Dieu et notre conversion.

Croire, c’est venir à lui en se repentant, en se détournant de nos péchés et de nos voies ignorantes.  C’est Lui demander de pardonner nos péchés comme nous le lui confions dans la prière.  Et, en le faisant, nous plaçons notre foi, notre confiance totale, dans le Seigneur Jésus-Christ, seul à nous représenté devant Dieu le Père, convaincus que la vie parfaite de Jésus et son sacrifice volontaire sur la croix du Calvaire sont acceptés par Lui en notre nom pour le pardon de nos transgressions, pour notre pardon, pour notre acceptation devant Dieu.  C’est pourquoi les Écritures disent « Dieu, que je sers en mon esprit dans l’Évangile de son Fils, m’est témoin que je fais sans cesse mention de vous, demandant continuellement dans mes prières d’avoir enfin, par sa volonté, le bonheur d’aller vers vous. » (Romains 1:8-10)

Venez à lui sans tarder, mes amis, et venez pendant que vous le pouvez, venez à la vie !

Source: Berean Beacon  

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Publicités