L’OMS déclare qu’Ebola représente une “urgence internationale” alors que le virus traverse les frontières

En avril, nous avons souligné qu’au cours des mois précédents, de nombreux experts du secteur de la santé publique avaient affirmé que l’épidémie mortelle du virus Ebola qui ravage le Congo ne deviendra pas une menace sanitaire internationale, malgré des événements récents dont le pronostic est nettement moins favorable. Nous avons également averti que malgré le fait que les Occidentaux pensent souvent qu’Ebola est une maladie qui ne frappe que les “superstitieux locaux” dans les jungles les plus profondes de la République démocratique du Congo, il y a maintenant des signes avant-coureurs et il est temps de commencer à y prêter attention.

Selon Reuters, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se prépare maintenant à déclarer une “urgence internationale” face à la récente épidémie d’Ebola qui se propage rapidement en Afrique centrale.

La maladie mortelle, qui peut ne prendre que quelques jours pour tuer une personne infectée, a maintenant franchi la frontière de la République démocratique du Congo, où l’épidémie la plus récente a été attestée, en Ouganda.

Le nombre total de cas confirmés est rapporté comme suit :

L’épidémie du Congo est la deuxième plus grave au monde depuis l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014-16, avec 2 084 cas et 1 405 décès depuis sa déclaration en août. L’OMS a déclaré jeudi que deux personnes étaient mortes en Ouganda en arrivant du Congo avec la maladie.

Malgré l’espoir que le virus puisse être contenu en Ouganda, étant donné qu’il n’y a eu jusqu’à présent aucun cas connu de sa propagation d’homme à homme en Ouganda, les responsables sanitaires pressent toujours l’OMS d’aller de l’avant rapidement en déclarant une urgence internationale.

Le Comité d’urgence (CE) de l’OMS s’est réuni vendredi pour évaluer si l’épidémie constitue une urgence de santé publique de portée internationale (PHEIC) dans un contexte de pressions croissantes pour que la déclaration soit faite immédiatement.

Reuters fait état de l’épidémie :

L’OMS, dans une déclaration faite du jour au lendemain, a déclaré qu’étant donné que les trois cas confirmés en Ouganda appartiennent à une seule famille, le niveau de préparation et l’expérience des autorités ougandaises pour gérer les précédentes éclosions d’Ebola et leur détection rapide des cas dans une zone géographique limitée, “le niveau global du risque au niveau national est jugé modéré”.

“Cependant, le risque régional global posé par l’épidémie en RDC reste très élevé. Le risque global au niveau international reste faible”, a-t-il déclaré.

Jeremy Farrar, directeur de l’organisation caritative médicale mondiale Wellcome Trust, a déclaré que l’OMS devrait déclarer une urgence de santé publique d’intérêt international.

Une telle déclaration, en plus de mobiliser davantage l’aide internationale et les mesures de santé publique, se traduirait par une plus grande attention aux voyages et aux points d’entrée internationaux cruciaux.

Source: Zero Hedge

Traduction Nouvelordremondial.cc

Publicités