Israël: les élections du 17 septembre pourraient finalement ne pas avoir lieu

Le Likoud et le parti Bleu-Blanc songeraient à former un gouvernement d’union nationale.

Bulletins de vote aux noms des listes qui se sont présentées lors des élections législatives israéliennes de 2019

Plusieurs sources israéliennes ont rapporté lundi que le Likoud et la liste Bleu-Blanc réfléchissent actuellement à un moyen de faire annuler la dissolution du Parlement de l’Etat hébreu, prononcée le 30 mai dernier.

Une manœuvre qui serait mise en place au profit de la constitution d’un gouvernement d’unité nationale qui comprendrait le parti de Benyamin Netanyahou ainsi que celui de Benny Gantz et Yaïr Lapid.

Si une majorité de 80 députés israéliens sur 120 vote en faveur de l’annulation de la dissolution de la Knesset, les citoyens de l’Etat hébreu n’auraient finalement pas à se rendre aux urnes le 17 septembre.

Les Israéliens pourraient alors voir se former un nouveau gouvernent comprenant les deux plus grands partis israéliens, plus rapidement que prévu et dans l’intérêt du Likoud comme dans celui de la liste Bleu-Blanc.

En effet, d’après les sondages, lors des prochaines élections, Benyamin Netanyahou comme Benny Gantz et Yaïr Lapid n’obtiendraient pas autant de voix qu’au cours du dernier scrutin législatif.

De plus, le Premier ministre israélien aurait vraisemblablement de grandes difficultés à former une coalition de droite sans Avigdor Lieberman, qui refuse de siéger aux côtés des partis ultra-orthodoxes.

La formation d’un gouvernement d’union nationale pourrait également permettre à Benyamin Netanyahou, soupçonné de corruption dans plusieurs affaires, d’échapper à un procès.

Source: i24 News

Publicités