Le désir de partir

Ces corps mortels qui sont les nôtres ne sont que des coquilles et la vie n’est pas dans la coquille. Ce sont des enveloppes temporaires qui contiennent une force de vie toujours croissante, toujours en maturation. Ils ont pour but d’être les gardiens transitoires de la vie qui se trouve à l’intérieur. La coquille n’est que matière en comparaison de la vie éternelle qu’elle renferme.

Chaque véritable chrétien a été imprégné de la vie éternelle. Elle est plantée comme une graine dans notre corps mortel. Elle ne cesse de grandir et, à un moment donné, elle doit finalement se libérer de sa coquille pour devenir une nouvelle forme de vie. Cette vie glorieuse de Dieu en nous pousse sur la coquille et, lorsque la vie de résurrection est mature, la coquille se rompt. Les liens artificiels sont brisés et, comme un poussin nouveau-né, l’âme est libérée de sa prison. Loué soit Dieu !

En tant qu’enfant de Dieu, au moment précis où le Seigneur décide que notre coquille a rempli sa fonction, nous devons abandonner notre ancien corps. Paul a dit  “La mort m’est un gain” (Philippiens 1:21). Ce genre de discours est absolument étranger à notre vocabulaire spirituel moderne. Nous sommes devenus de tels adorateurs de la vie que nous avons très peu envie de partir pour être avec le Seigneur. Paul était-il morbide ? Faisait-il une fixation malsaine sur la mort et faisait-il preuve d’un manque de respect pour la vie que Dieu lui avait donnée ? Absolument pas ! Paul a vécu pleinement sa vie mais il avait aussi vaincu la peur de l’aiguillon de la mort et pouvait dire : “Il est préférable de mourir et d’être auprès du Seigneur que de vivre dans la chair.”

Ceux qui meurent dans le Seigneur sont les vainqueurs et ceux qui restent sont les perdants. Je t’encourage à recentrer ton attention sur la cité glorieuse que Dieu a préparée pour ceux qui meurent dans la foi (voir Hébreux 11:16). Demande-Lui de couper les liens qui te rattachent à ce monde pour te permettre de regarder vers l’avant avec l’anticipation précieuse d’être dans Sa présence – quand viendra le moment, quel qu’il soit.

David Wilkerson

Publicités

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.