Quand Dieu tarde à répondre

Attendre patiemment que Dieu réponde à notre prière n’est pas toujours une chose que nous aimons faire. De nombreux croyants – tout particulièrement les chrétiens occidentaux, aiment obtenir des réponses instantanées. Notre chair, tout comme la culture qui nous entoure, désire une gratification instantanée. Cependant, Dieu œuvre souvent dans nos vies en différant la réponse.

Le Seigneur cherche toujours à nous permettre de grandir dans notre foi – en plaçant dans nos vies des choses qui nous apprêtent pour devenir de plus en plus semblable à Christ. Alors, si les réponses aux prières sont immédiates, c’est pour notre bénéfice. De la même façon, nous devons comprendre que Dieu diffère souvent la réponse à notre prière pour notre bénéfice spirituel et physique et pour  la plus grande gloire du Seigneur.

Un père a amené son fils possédé devant Jésus pour qu’Il le guérisse alors que les disciples n’avaient pas réussi à chasser l’esprit. “Maître, j’ai amené auprès de toi mon fils, qui est possédé d’un esprit muet… J’ai prié tes disciples de chasser l’esprit, et ils n’ont pas pu” (Marc 9:17-18). La foule était mécontente et remettait en cause les disciples à cause de leur incapacité à guérir le garçon. Les disciples ne comprenaient pas pourquoi Dieu ne répondait pas à leur prière pour guérir l’enfant. Finalement, le père de l’enfant était épuisé et désespérait de trouver de l’aider pour son fils bien aimé.

Le retard de Dieu pour répondre à la prière affectait tout le monde dans cette histoire. Nous avons besoin de comprendre que, lorsque Dieu tarde à répondre à une prière, nous pouvons être certains qu’Il travaille le cœur de tous ceux qui sont touchés par la situation. Peut-être que les disciples se vantaient de pouvoir délivrer cet enfant, non à cause de leur foi mais parce qu’ils présumaient être capables de faire tout ce que Jésus pouvait faire. Et Jésus a répondu à la prière du père qui a cru, même si ce n’était qu’un peu, qu’Il pouvait faire ce que personne d’autre n’avait pu faire : délivrer son fils.

La Bible nous dit que “Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres” (Jean 8:36). Parfois, cela implique d’être simplement allongé sur le dos, de lever une main et de dire : “Jésus, Fils de Dieu, c’est tout ce que j’ai.” et Jésus répond : “C’est tout ce dont j’ai besoin !”

Carter Conlon

There is one comment

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.