Greenblatt: Trump pourrait décider de publier son plan de paix avant les élections israéliennes

Selon l’envoyé américain, la Maison-Blanche réfléchit toujours à la question de savoir s’il faut attendre qu’un gouvernement soit formé pour rendre publique une proposition politique.

L’administration américaine pourrait décider de publier la partie politique de son plan pour résoudre le conflit israélo-palestinien avant les prochaines élections en Israël, a déclaré Jason Greenblatt, envoyé pour la paix au Moyen-Orient, dans des commentaires publiés lundi.

La Maison-Blanche a indiqué qu’elle attendait qu’un gouvernement soit formé après les élections de septembre pour publier la partie politique de son plan de paix. Mais M. Greenblatt a déclaré que l’administration n’attend peut-être plus pour dévoiler cette proposition tant attendue.

« Nous n’avons pas encore décidé quand nous publierons la vision politique. Nous prenons en compte les élections israéliennes pour décider si nous devons les publier avant les élections ou après, avant que le gouvernement soit formé ou après « , a déclaré M. Greenblatt au quotidien palestinien Al-Ayyyam, dans une interview publiée lundi.

Il a déclaré que le président américain Donald Trump prendra bientôt la décision, sans donner de détails.

Fin juin, la Maison-Blanche a dévoilé le volet économique de son plan de résolution du conflit israélo-palestinien, qui propose des milliards de dollars d’investissements dans des projets d’infrastructure en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et dans les pays arabes voisins.

Quelques jours après avoir rendu public le volet économique du plan, la Maison-Blanche a également coparrainé une conférence à Bahreïn, qui portait sur ce sujet. Les Palestiniens se sont farouchement opposés à l’atelier dans le pays du Golfe, arguant que tout effort de paix doit aborder les questions politiques avant les questions économiques.

M. Greenblatt a déjà déclaré que la publication de la partie politique du plan pourrait être reportée jusqu’au début du mois de novembre environ, lorsqu’il a prédit qu’un nouveau gouvernement israélien serait formé. L’administration a déclaré qu’elle avait initialement prévu de publier la proposition au cours de l’été, mais a été contrainte de repousser ces plans après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu eut convoqué de nouvelles élections en mai, faute d’avoir réussi à former une coalition.

Les élections sont prévues pour le 17 septembre. La formation d’un gouvernement peut prendre plusieurs semaines après cela.

Netanyahou a déclaré qu’il garderait un  » esprit ouvert  » sur la proposition de paix américaine, tandis que le président de l’AP Mahmoud Abbas a juré à plusieurs reprises de rejeter le plan américain.

M. Abbas a toutefois récemment exposé les conditions de la reprise des contacts entre les dirigeants palestiniens basés à Ramallah et la Maison-Blanche.

« Vous reconnaissez la vision de deux États et[reconnaissez] que Jérusalem-Est est une terre occupée et que la légitimité internationale est la base de tout dialogue « , a déclaré M. Abbas la semaine dernière devant des journalistes arabes et palestiniens au siège présidentiel de l’AP à Ramallah. « Si vous me dites ces mots ou m’envoyez ces mots sur un petit bout de papier… vous me trouverez à la Maison Blanche le lendemain. »

M. Greenblatt a également déclaré que l’administration américaine souhaitait communiquer avec le grand public palestinien au sujet de son plan économique.

« Nous voulons obtenir un retour d’information des Palestiniens ordinaires. Nous allons donc lancer des invitations « , a-t-il dit. « Une idée serait d’inviter des journalistes palestiniens à la Maison-Blanche ou d’être dans un endroit plus neutre et de demander à notre équipe de faire une présentation directement aux médias palestiniens et de permettre aux médias palestiniens d’observer et d’expliquer au peuple en quoi consiste le plan.

Quatre-vingt-dix pour cent des Palestiniens ont déclaré qu’ils ne faisaient pas confiance à l’administration Trump lorsqu’elle a déclaré que l’objectif du sommet de Bahreïn était d’améliorer les conditions économiques palestiniennes, alors que 6% ont déclaré qu’ils le faisaient, selon une enquête publiée la semaine dernière par le Centre palestinien pour les politiques et la recherche par enquêtes basé à Ramallah.

De son côté, M. Greenblatt a déclaré lundi au sommet annuel du groupe chrétiens-Unis pour Israël que le plan américain  » est actuellement avec le président Abbas… Nous n’envisageons aucun type de changement de gouvernement « .

M. Greenblatt a fait remarquer qu’il y avait deux gouvernements dans la région : L’Autorité palestinienne en Cisjordanie et le Hamas dans la bande de Gaza.

« Nous devons traiter avec tout le monde pour que cela fonctionne « , a-t-il déclaré à Washington. « Nous ne pouvons pas faire une paix globale si nous ne nous assurons pas d’avoir affaire aux représentants de tout le peuple palestinien. »

Source: Times of Israël

Traduit par: SENTINELLE SAPS