Chrétiens charnels VS chrétiens spirituels

On va parler aujourd’hui des 2 sortes de chrétiens prophétisés dans la Bible, il suffit de lire la parabole des 10 vierges, celle du bon grain et de l’ivraie et bien d’autres passages bibliques qui y font allusion.

On a d’un côté les chrétiens charnels, ce sont ceux qui marchent par la chair et de l’autre côté les chrétiens spirituels qui sont ceux qui marchent par l’Esprit de Dieu, par le Saint Esprit et dans les temps de la fin que nous vivons nous voyons ces 2 sortes de chrétiens se distinguer de plus en plus. La différence peut s’expliquer, par exemple, en faisant la comparaison avec des personnes qui adhérent à un parti religieux comme on adhère à un parti politique, c’est-à-dire par choix intellectuel ou familial ou émotionnel ou sentimental mais en se faisant leur propres lois et leur propre justice et ça ce sont les chrétiens de la chair qui suivent un mouvement religieux.

Alors que le chrétien spirituel est né de l’Esprit par une révélation dans son cœur de qui est Jésus Christ, il a saisi ce que représentait le sacrifice de Christ, il a réalisé son état de pécheur, il a été confondu de péché et après s’être repenti il a reçu Christ comme son sauveur ET Seigneur car Jésus Sauveur c’est la porte d’entrée pour le royaume de Dieu mais après il faut prendre le chemin car IL est aussi le chemin et pour cela IL doit devenir Seigneur de notre vie et c’est ce qui va marquer la différence entre le chrétien charnel et le chrétien spirituel car à partir de là, SA parole va devenir notre code de la route sur ce chemin qu’on appelle le chemin de la sanctification car ne l’oublions pas, une nouvelle créature est née en nous, c’est-à-dire un petit Christ et IL doit grandir et si Christ est Sauveur et Seigneur en nous, alors la différence va commencer à se voir car on va développer le fruit de l’Esprit de Galates 6.

La Bible dit bien que « les choses anciennes sont passées et toutes choses sont devenues nouvelles »et que ce qui compte c’est d’être une nouvelle créature. Mais si Christ n’est que Sauveur pour nous et pas Seigneur ce n’est pas possible. Mais alors qui est celui qui dirige notre vie ?

Le chrétien spirituel est un sacrificateur pour Dieu et, de même que les sacrificateurs dans le temple avaient écrit sur leur tiare « CONSACRE A L’ETERNEL », le chrétien spirituel a sur son front la même chose mais cela ne se voit pas, c’est le sceau de Dieu.

Or je constate que de nos jours, il y a beaucoup de chrétiens qui s’arrêtent à la confession de Jésus Sauveur mais ne le mettent pas Seigneur de leur vie et c’est là toute la différence car si Christ n’est pas le Maître dans leur vie, ce sont des chrétiens charnels qui obéissent à leurs propres pensées non renouvelées ou à des doctrines religieuses car Christ en tant que Parole ne règne pas en eux. Et ces chrétiens là restent conformes au monde en confessant moi je suis catholique, moi je suis évangélique ou encore moi je suis protestant, exactement comme du temps des premiers disciples qui disaient moi je suis de Paul et moi d’Appollos !

Bref, c’est ma façon d’expliquer le chrétien charnel et le chrétien spirituel mais on va aller voir comment Paul l’explique dans l’épitre aux romains 10- 8 à 11

« Que dit-elle donc? (ici Paul parle de la justice de Dieu qui s’obtient par la foi en Christ)… alors que dit la justice de Dieu ? La parole est tout près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur. Or cette parole est celle de la foi que nous prêchons. Si tu reconnais publiquement de ta bouche que Jésus est le Seigneur et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité, tu seras sauvé. En effet, c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut, selon ce que dit l’Écriture: Celui qui croit en lui ne sera pas couvert de honte. »

Dans les versets 9 et 10 il y a toutes les conditions réunies pour devenir un chrétien spirituel, on va les reprendre pour bien examiner les critères

« Si tu reconnais publiquement de ta bouche que Jésus est le Seigneur »

Il n’est pas écrit sauveur mais bien Seigneur et on vient de voir la différence, lire l’exemple de l’Ethiopien dans Actes 8-35 à 37

« Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent de l’eau. Et l’eunuque dit: Voici de l’eau; qu’est-ce qui empêche que je sois baptisé? Philippe dit: Si tu crois de tout ton coeur, cela est possible. L’eunuque répondit: Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu »

C’est sur cette confession de la divinité de Jésus Christ que Philippe le baptise mais revenons à notre verset précédent dans Romains.

Si tu reconnais publiquement de ta bouche que Jésus est le Seigneur et si tu crois dans ton coeur (où ça ?) que Dieu l’a ressuscité, tu seras sauvé. En effet, c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice (quelle justice ? celle de Dieu bien sûr), et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut.

Dans ce dernier verset on constate qu’il faut d’abord parvenir à la justice de Dieu qui consiste à croire dans son cœur à Christ Fils de Dieu, ça c’est la foi (le cœur et non la tête), mais qu’il faut aussi confesser de la bouche Jésus Seigneur pour parvenir au salut pour les raisons que l’on vient de voir.

On vient de lire à plusieurs reprises le mot « confesser », allons voir ce qu’il veut dire dans l’original grec du N.T.

Confesser vient du grec « Homologeo » qui veut dire :

Dire la même chose, c’est à dire être en accord, Professer, confesser, Déclarer ouvertement en public, reconnaitre, faire l’aveu, affirmer, parler librement et aussi se Déclarer l’adorateur de quelqu’un ; Louer, célébrer

Voyons quelques versets dans lesquels ce même mot, homologeo, est utilisé et comment il a été traduit.

« C’est pourquoi, quiconque me confessera (homologeo) devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux » ici il est bien question de confession publique et de confesser Christ…

Matthieu 10-32

Dans le même ordre on a Matthieu 7-23 et c’est Jésus qui parle

« Alors je leur dirai ouvertement (homologeo): Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité »

« Cependant, même parmi les chefs, plusieurs crurent en lui; mais, à cause des pharisiens, ils n’en faisaient pas l’aveu (homologeo), dans la crainte d’être exclus de la synagogue » or que dit le verset de Math 10-32 que l’on vient de lire ?…

Jean 12-42

« Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent (homologeo), SON NOM »

Hébreux 13-15

Dans 1 Jean 4-15 on a quelque chose qui va dans le sens de la confession de l’Ethiopien

« Celui qui confessera (homologeo) que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu »

« Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le Père; quiconque confesse (homologeo) le Fils a aussi le Père » encore une fois on voit qu’il faut confesser le fils…

1 Jean 2-23

« Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne confessent point (homologeo) que Jésus-Christ est venu en chair. Celui qui est tel, c’est le séducteur et l’antéchrist »

2 Jean 1-7

On se rend compte que la plupart du temps ce mot est traduit par « confesser » mais qu’il s’agit d’une confession de la bouche en public et qui vient du coeur, or il y a des gens dans les assemblées qui n’osent pas dire devant le monde qu’ils sont chrétiens et encore moins prononcer le nom de Jésus comme on vient de le voir avec l’exemple des chefs spirituels qui avaient peur des pharisiens.

On comprend aussi au travers de ces versets qu’il est plus important aux yeux de Dieu de confesser la divinité de Jésus Christ et qu’IL est notre Maître, c’est-à-dire Seigneur de notre vie plutôt que sauveur, il est évident que l’un n’empêche pas l’autre et cela à notre famille ou à nos amis ou collègues de travail sans pour autant en faire une provocation mais on ne doit pas avoir honte d’appartenir à Christ !

Et maintenant, toujours pour étayer la différence entre le chrétien charnel et le chrétien spirituel, je vais vous donner une image qui parle bien : celle de la chenille qui devient papillon… et pour bien comprendre on va s’appuyer sur 1 Cor 15-46 qui dit

« Mais ce qui est spirituel n’est pas le premier, c’est ce qui est animal; ce qui est spirituel vient ensuite »

Dans mon image de la chenille qui devient papillon, c’est bien la chenille qui vient en premier et qui rampe sur la terre (terrestre)… mais pour devenir un papillon qui vole (céleste) il faut à un moment donné qu’elle obéisse au programme qui est en elle de se mettre à part pour se construire un cocon qui va lui permettre de se transformer en papillon ; en quelque sorte ce programme consiste à mourir en temps que chenille pour renaître en papillon…

Et bien le parallèle avec nous c’est que nous naissons pécheur ce que la Bible appelle « homme animal » mais lorsque nous acceptons Christ, nous sommes intégrés dans l’Eglise de Christ qui est son corps à l’image d’un cocon, on est sanctifié dans le sens de « mis à part » et il y a même un verset qui dit que nous sommes cachés en Christ. Nous sommes aussi dans notre corps physique qui nous garde à l’étroit.

Et c’est alors aussi qu’un programme déclenché par le Saint Esprit qui est venu habiter en nous, se met en route pour la transformation de « l’homme animal » en « homme spirituel » si nous avons accepté Christ comme Sauveur et Seigneur comme on vient de le voir.

Chaque jour IL nous façonne toujours plus à l’image de Christ ce qui correspond à la transformation en papillon pour la chenille et en « homme spirituel » pour nous. Ca c’est le bon cheminement qui provient d’une véritable repentance, d’un engagement total à suivre le Seigneur comme un vrai disciple et d’une acceptation de mort à soi-même (mort à nos habitudes, à nos convoitises, à nos pensées, à nos propres forces ou moyens, pour entrer dans SA volonté, SA force, SA justice et SES œuvres, car rappelons-le, ce qui compte, dit la Parole, c’est d’être une nouvelle créature et ça, ça prend toute une vie !

Mais il y a des chrétiens qui reçoivent Christ sans véritable révélation du Saint Esprit, il suffit de lire Héb 4-2b

« …mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent.la foi c’est une ferme assurance, une conviction par rapport à ce que l’on a entendu et cru »

Ces chrétiens là croient en Jésus SAUVEUR mais ne le font pas SEIGNEUR de leur vie car cette démarche résulte de la foi qui fait que nous prenons LA PAROLE de DIEU pour SEULE et UNIQUE VERITE qui s’appelle Jésus Christ et c’est elle seule qui peut nous construire.

La crainte de Dieu ne s’installe pas en eux et ils ne se soumettent pas à l’autorité de la Parole n’ayant pas reçu la Parole avec foi, avec conviction, ils restent partagés entre les pensées du monde auxquelles ils adhèrent encore et celles de Dieu qui les invitent à l’obéissance.

N’ayant pas compris l’importance de faire de la Parole de Dieu la nourriture de leur âme, ils prennent celle-ci à la légère or la foi vient de ce que l’on entend et ce que l’on entend vient de la Parole de Dieu. La foi ne grandit pas autrement qu’au contact avec la Parole écrite ET la Parole faite chair qui est notre relation personnelle avec Christ. Chacun de nous ici connait ce genre de chrétiens n’est ce pas ?

C’est ça qui fait toute la différence entre le chrétien charnel et le chrétien spirituel et c’est là où le dernier verset de 1 Cor 15-50 nous en donne l’explication

« Ce que je dis, frères, c’est que la chair et le sang (comprenez ici l’homme charnel) ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité »

Si la chenille ne construit pas son cocon pour X raisons, elle restera chenille et ne deviendra jamais un magnifique papillon aux multiples couleurs. Il en est de même pour le chrétien : s’il refuse l’autorité de la Parole il ne peut vivre la sanctification sans laquelle nul ne verra le Seigneur selon Héb 12-14 et il fait partie de la catégorie que l’on vient de lire qui ne peuvent hériter le royaume de Dieu … c’est confirmé d’une autre façon dans 2 Thessaloniciens 2-13

« Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l’Esprit et par la foi en la vérité »

N’oublions pas que ce que Jésus veut trouver à son retour c’est LA FOI , mot hébreu dont la racine est fidélité et aussi confiance, et la fidélité est toujours liée à l’obéissance.

Vous comprenez mieux aussi ce qui est dit dans 1 Cor 2-14

« Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge »

Sans nouvelle naissance, celle qui vient d’en haut, « l’homme animal » ne peut recevoir les choses de l’Esprit.

Une chose est sûre « seule l’Eglise fidèle composée des chrétiens nés d’en haut, engendrés du Père comme on l’a déjà vu, qui se sont sanctifiés et qui attendent leur Seigneur » seront enlevés pour retourner auprès du Père et du Seigneur Jésus Christ dans le Paradis de Dieu selon la promesse à l’Eglise d’Ephèse dans Apocalyspe 2-7

« Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises: A celui qui vaincra je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu. »

Donc c’est dans les lieux célestes.

À quoi ressemblera le nouveau corps dont le croyant sera revêtu dans la gloire ?

La Bible ne nous en dit pas plus que ce qui est écrit dans 1 Corinthiens 15- 39 à 50 que je vous propose de lire mais souvenez-vous les femmes qui sont allées au tombeau de Jésus ne l’ont pas reconnu tout de suite car IL était transformé:

« Toute chair n’est pas la même chair, mais autre est celle des hommes, et autre la chair des animaux, et autre la chair des oiseaux, autre celle des poissons. Et il y a des corps célestes et des corps terrestres. Mais différente est la gloire des célestes et différente est celle des terrestres. Autre est la gloire du soleil, et autre la gloire de la lune, et autre la gloire des étoiles, car une étoile diffère en gloire d’une [autre] étoile (si une étoile diffère en gloire d’une autre étoile on peut supposer que le corps glorieux de chaque chrétien sera également unique) Ainsi en est-il aussi de la résurrection des morts : le corps est semé corruptible, il ressuscite incorruptible ; il est semé en déshonneur, il ressuscite en gloire ; il est semé en faiblesse, il ressuscite en puissance ; il est semé corps naturel, il ressuscite corps spirituel (ici on peut reprendre l’image de la chenille qui devient papillon). S’il y a un corps naturel, il y a aussi un [corps] spirituel. C’est ainsi qu’il est aussi écrit : « Le premier homme Adam devint une âme vivante », le dernier Adam un esprit qui fait vivre. Or ce qui est spirituel n’est pas le premier, mais ce qui est naturel, ensuite ce qui est spirituel. Le premier homme tiré de la terre [est fait de] poussière ; le second homme est [venu] du ciel (voyez-vous l’importance de la naissance d’en haut). Tel est celui qui est poussière, tels sont aussi ceux qui sont poussière ; et tel est celui qui est céleste, tels sont aussi ceux qui sont célestes. Et comme nous avons porté l’image de celui qui est poussière, nous porterons aussi l’image de celui qui est céleste (c’est-à-dire que celui qui est né du Père sera à l’image de Christ qui est le second homme). Or je dis ceci, frères, que la chair et le sang ne peuvent pas hériter du royaume de Dieu, et que ce qui est corruptible n’hérite pas non plus de l’incorruptibilité. »

On retrouve ici nos 2 différences de chrétiens qui confirme que le chrétien charnel ne participera pas à l’enlèvement puisqu’il ne peut hériter du royaume de Dieu.

Et maintenant je vais terminer avec un sujet tout à fait différent mais qui nous préoccupe ou nous a tous préoccupés à un moment et après ça je crois que nous pourrons tourner la page je veux parler du verset d’Hébreux 10-25 qui dit:

«N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour »

Vous allez comprendre qu’il s’agit de l’Assemblée de Christ, de celle qu’IL CONSTRUIT lui-même et non des assemblées locales des hommes.

Episunagoge pour assemblée et episunago pour le verbe : a été trouvé dans 6 versets:

Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler (episunago) tes enfants, comme une poule rassemble (episunago) ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu !

Matthieu 23 : 37

Il enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils rassembleront (episunago) ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu’à l’autre.

Matthieu24 : 31

Et toute la ville était rassemblée (episunago) devant sa porte.

Marc 1 : 33

Alors il enverra les anges, et il rassemblera (episunago) les élus des quatre vents, de l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel.

Marc 13 :27

Sur ces entrefaites, les gens s’étant rassemblés (episunago) par milliers, au point de se fouler les uns les autres, Jésus se mit à dire à ses disciples : Avant tout, gardez-vous du levain des pharisiens, qui est l’hypocrisie.

Luc 12 : 1

Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler (episunago) tes enfants, comme une poule rassemble sa couvée sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu !

Luc 13 : 34

Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion (episunagoge) avec lui, nous vous prions, frères,

2 Thessaloniciens 2 : 1

N’abandonnons pas notre assemblée (episunagoge), comme c’est la coutume de quelques-uns; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour.

Hébreux 10: 25

Définition de « Episunago »

  • Rassembler ensemble, s’assembler aux autres déjà assemblés
  • Se réunir ensemble contre
  • S’assembler dans un lieu

Généralement traduit par : Rassembler

Définition de « Sunago »

  • Recueillir ensemble, rassembler Tirer ensemble, collecter
    • De poissons
    • d’un filet dans lequel ils sont pris
  • Amener ensemble, assembler, rassembler
    • Joindre ensemble, rejoindre quelqu’un (de ceux antérieurement séparés)
    • Réunir ensemble par convocation
    • être assemblés c’est à dire venir ensemble, se rassembler, se rencontrer
  • Amener avec soi
    • Dans sa maison, c’est à dire recevoir avec hospitalité

Définition de « Epi »

Généralement traduit par : Sur, à, au, de, au temps,

Origine du mot « Epi »: Une racine

Généralement traduit par : Amasser, ramasser, assembler, rassembler, recueillir, réunir, se réunir, aller ensemble, serrer une récolte, se trouver, se liguer, convoquer

A la lumière de ce mot episunago, traduit par assemblée, on constate qu’il représente notre « assemblée ou assemblage » à Christ plutôt qu’à une église locale et plus encore, qu’il est associé à notre réunion avec LUI, c’est-à-dire à l’enlèvement.

Thérèse