Hong Kong : plusieurs figures du mouvement pro-démocratie arrêtées, dont Joshua Wong

Plusieurs figures du mouvement de contestation contre l’emprise de Pékin sur la région ont été arrêtées, vendredi. Une grande manifestation prévue samedi a été annulée par ses organisateurs.

Figure du mouvement des parapluies, Joshua Wong avait été libéré de prison en juin. (Reuters)

Plusieurs figures du mouvement pro-démocratie à Hong Kong ont été arrêtées vendredi, parmi lesquelles le militant Joshua Wong, qui avait été libéré de prison en juin. Ces arrestations interviennent après l’interdiction par la police d’une nouvelle grande manifestation qui était prévue samedi, mais qui a été annulée par ses organisateurs. Elle devait marquer le cinquième anniversaire du refus par Pékin d’organiser des élections au suffrage universel dans la ville, décision qui fut le déclencheur du « Mouvement des parapluies ». Ce mouvement de contestation avait été marqué par 79 jours d’occupation du coeur financier et politique de Hong Kong.

Deux des grandes figures de ce mouvement, Joshua Wong et Agnes Chow, tous deux âgés de 22 ans et très populaires au sein de la contestation actuelle, ont été arrêtées vendredi, a annoncé leur parti. « Notre secrétaire général @joshuawongcf vient d’être arrêté ce matin vers 07h30 », a tweeté le parti Demosisto. « Il a été poussé de force dans un monospace banalisé, dans la rue, en plein jour. Nos avocats suivent désormais le dossier. »

Le parti Demosisto, organisation pro-démocratie fondée en avril 2016, a par ailleurs démenti la rumeur selon laquelle le président du parti, Ivan Lam, avait lui aussi été arrêté.

Des interpellations confirmées par la police

La police s’est bornée à annoncer l’arrestation de deux personnes de 22 ans, en ne les désignant que par leur nom de famille, Wong et Chow, et en les accusant notamment d’en « inciter d’autres à participer à un rassemblement non autorisé ». Ces deux arrestations ont été confirmées par la police, selon le South China Morning Post.

Le site Hong Kong Free Press a fait état de son côté de l’arrestation jeudi soir du militant indépendantiste Andy Chan. Le fondateur du Parti national (HKNP), minuscule formation indépendantiste interdite par les autorités en 2018, a été interpellé alors qu’il était sur le point d’embarquer dans un vol à destination du Japon, selon Hong Kong Free Press qui cite un porte-parole de la police.

Une grande manifestation annulée

Vendredi, les organisateurs d’une grande manifestation prévue à Hong Kong ont annulé ce rassemblement après l’échec de leur appel devant une commission, comme l’indiquent plusieurs journalistes locaux. 

Plus de 850 personnes ont été interpellées depuis le début de la mobilisation qui était partie du rejet d’un projet de loi qui devait autoriser les extraditions vers la Chine. Le mouvement a depuis considérablement élargi ses revendications, qui renvoient toutes à la dénonciation d’un recul des libertés et de de l’ingérence grandissante de la Chine dans les affaires de la région semi-autonome, en violation du principe « Un pays, deux systèmes » qui avait présidé à la rétrocession.

La région semi-autonome de Hong Kong traverse depuis près de trois mois sa pire crise depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, avec des manifestations et des actions quasi quotidiennes qui ont pour certains dégénérés en affrontements violents avec les forces de l’ordre.

Source : Le JDD

Hong Kong : les manifestants violemment interpellés par la police dans le métro

Plusieurs vidéos montrent des descentes des forces de l’ordre dans deux stations, matraques et bombes lacrymogènes à la main. 

Cocktails Molotov, barricade incendiée et lacrymogènes… Le cœur de Hong Kong a plongé dans le chaos samedi 31 août, avec de violents affrontements entre policiers et manifestants qui ont bravé les interdictions pour défiler dans les rues de l’ex-colonie britannique.

Sur les réseaux sociaux, des vidéos montrent des descentes particulièrement musclées des forces de l’ordre dans les stations de métro Prince Edouard et Mong Kok. On y voit des dizaines d’hommes en noir, issus des « brigades antiémeutes ‘raptors' » selon RFI, asperger les militants de gaz lacrymogènes à travers les portes du métro. Une fois à l’intérieur, ils tabassent sans ménagement les groupes de personnes face à eux. 

La police a indiqué avoir arrêté 40 personnes à l’intérieur de la station de métro Prince Edouard pour des accusations d’obstruction à officiers de police et rassemblement non autorisé. Plusieurs rames de métro ont été interrompues alors que les heurts se poursuivaient dans les couloirs de stations. Trois stations de métro étaient toujours fermées dimanche matin.

Source : France TV Info

Commenter cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s