La gloire de Christ en nous

“Moïse dit : Fais-moi voir ta gloire ! L’Éternel répondit : Je ferai passer devant toi toute ma bonté, et je proclamerai devant toi le nom de l’Éternel… Quand ma gloire passera, je te mettrai dans un creux du rocher, et je te couvrirai de ma main jusqu’à ce que j’aie passé. Et lorsque je retournerai ma main, tu me verras par derrière, mais ma face ne pourra pas être vue” (Exode 33:18-19, 22-23).

Le Saint-Esprit a pris Moïse, un serviteur de Dieu qui avait pleinement soumis sa volonté à celle de Dieu, et l’a emmené au sommet d’une montagne pour lui parler face à face. Quand Moïse est descendu de la montagne pour parler aux enfants d’Israël, son visage reflétait tellement la gloire de l’Éternel qu’il rayonnait. “Aaron et tous les enfants d’Israël regardèrent Moïse, et voici la peau de son visage rayonnait ; et ils craignaient de s’approcher de lui” (Exode 34:30). Paul le décrit de cette façon : “les fils d’Israël ne pouvaient fixer les regards sur le visage de Moïse, à cause de la gloire de son visage” (2 Corinthiens 3:7).

La gloire sur le visage de Moïse a diminué après un temps, parce qu’elle n’était qu’un type de la gloire spirituelle à venir. Et ce qui est arrivé à Moïse est sans comparaison avec ce que le Saint-Esprit désire faire aujourd’hui. “Si le ministère de la condamnation a été glorieux, le ministère de la justice est de beaucoup supérieur en gloire. Et, sous ce rapport, ce qui a été glorieux ne l’a point été, à cause de cette gloire qui lui est supérieure. En effet, si ce qui était passager a été glorieux, ce qui est permanent est bien plus glorieux” (2 Corinthiens 3:9-11). En d’autres termes, si la gloire passagère du visage de Moïse possédait une telle puissance de conviction, la gloire présente de Christ dans Ses serviteurs doit, à bien plus forte raison, être un témoignage – par l’Esprit – pour convaincre de justice et de jugement.

Il existe une gloire qui ne diminuera jamais, disponible aujourd’hui pour les serviteurs de Christ – alors lève la tête vers Lui et reçois en toi la présence du Seigneur.

David Wilkerson