L’Iran saisit un pétrolier, la tension régionale à son comble

Les gardiens de la révolution ont intercepté un navire qui transporte 250 000 litres de fioul.

Téhéran a saisi un navire soupçonné de contrebande de pétrole et arrêté son équipage de 11 membres près d’un important couloir de navigation pour pétroliers, aux abords du détroit d’Ormuz, a annoncé lundi 16 septembre une chaîne de télévision d’Etat iranienne sur son site.

Une patrouille navale des gardiens de la révolution, l’armée idéologique de la République islamique, a intercepté le navire qui transportait 250 000 litres de fioul, selon cette chaîne de télévision, citant un responsable des gardiens.

« Ce bateau naviguait de Bandar Lengeh vers les eaux des Emirats arabes unis avant d’être saisi 20 miles (32 kilomètres) à l’est de l’île de la Grande Tomb », a dit le Brigadier général Ali Ozmayi. « Les onze membres d’équipage du bateau ont été arrêtés », a-t-il ajouté, sans dire quand cela s’était produit et sans donner leur nationalité.

Il s’agit de la deuxième saisie de ce genre depuis le début du mois. Le 7 septembre, un bateau soupçonné de contrebande de carburant avait été saisi dans le détroit d’Ormuz et 12 membres de son équipage, des Philippins, avaient été arrêtés.

Cette saisie s’ajoute à une situation déjà extrêmement tendue dans la région. Des installations pétrolières saoudiennes ont en effet été attaquées deux jours plus tôt, réduisant brutalement l’approvisionnement mondial en pétrole. Les Etats-Unis se sont d’emblée dits « prêts à riposter » aux attaques de drones, après que le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a accusé samedi l’Iran d’être à l’origine de l’attaque. Le reste de la communauté internationale appelle, elle, à la retenue.

Source: Nouvel Obs

Publicités