Royaume-Uni: Cours de masturbation obligatoire pour les enfants de six ans dans des centaines d’écoles

Les leçons font partie du programme d’enseignement controversé All About Me (Tout ce qui me concerne). All About Me est déployé sur 241 écoles primaires par le Conseil du comté de Warwickshire. Les militants avertissent que du matériel sexuel inapproprié pourrait être donné aux enfants

Des enfants âgés de six ans à peine apprennent à toucher ou à « stimuler » leurs propres organes génitaux dans le cadre de cours qui deviendront obligatoires dans des centaines d’écoles primaires.

Certains parents estiment que les leçons – faisant partie d’un programme d’enseignement controversé intitulé All About Me – « sexualisent » leurs jeunes enfants.Hier soir, un couple a raconté à quel point il avait été si perturbé qu’il avait retiré son fils des cours dans une école où le programme est déjà enseigné.

Le Conseil du comté de Warwick déploie le programme All About Me dans 241 écoles primaires et pourrait être adopté par d’autres autorités locales l’année prochaine dans le cadre de la refonte par le gouvernement du programme de relations et d’éducation sexuelle (RSE).

Les militants des familles et les groupes religieux ont averti que les directives vagues émises par le Département de l’éducation signifiaient que les écoles pourraient bientôt fournir à de jeunes enfants du matériel sexuel que de nombreux parents jugeraient inapproprié.

Même les politiciens qui avaient soutenu la législation RSE ont exprimé leurs préoccupations. Le député conservateur David Davies a déclaré : « De nombreux parents et moi-même serions furieux que des matières sexuelles totalement inappropriées soient enseignées à des enfants de six ans à peine. Ces cours vont bien au-delà des directives données par le gouvernement et sexualisent effectivement de très jeunes enfants. »

Les documents obtenus par The Mail on Sunday expliquent comment les cours d’All About Me impliquent des élèves âgés de six à dix ans qui sont informés par les enseignants qu’il existe des « règles concernant le fait de se toucher ». Une explication des « règles relatives à l’auto-stimulation » figure dans le plan de cours de la deuxième année du programme destiné aux enfants de six et sept ans.

Dans une section intitulée « Me toucher », il est conseillé aux enseignants de dire aux enfants que « beaucoup de gens aiment se chatouiller ou se caresser car cela peut procurer du plaisir ». Ils doivent également informer les jeunes que cela peut impliquer de toucher leurs « parties intimes » et que, bien que certaines personnes puissent dire que ce comportement est « sale », il est en fait « très normal ».

Cependant, les jeunes sont avertis qu’il n’est pas « poli » de se toucher en public. C’est une activité qu’ils devraient faire quand ils sont seuls dans le bain, sous la douche ou au lit.Dans la même leçon, les enfants sont exposés à des scénarios qu’ils doivent juger « Ok » ou « Pas ok ».

Dans l’un d’eux, on dit aux élèves que quand une fille appelée Autumn « se trouve dans la baignoire et qu’elle est seule, elle aime se toucher entre les jambes. Ça fait du bien. »

À ce stade, il est conseillé aux enseignants de rappeler aux élèves les « règles relatives à l’autostimulation ».Les instructions concernant le fait de se toucher sont reprises dans les plans de cours des quatrième et cinquième années, impliquant des élèves âgés de huit à dix ans.

Dans le cadre des réformes du gouvernement en matière de RSE, toutes les écoles primaires seront tenues d’enseigner l’enseignement des cours obligatoires de relations à partir de septembre prochain. Ils comprennent des sujets sur la famille, les amitiés, les relations en ligne, la vie privée et la « sécurité ». Une éducation sexuelle adaptée aux besoins des élèves est également recommandée, mais non obligatoire.Le Warwickshire a introduit des leçons de relations dans certaines écoles primaires avant le lancement national, y compris des sessions traitant de « l’autostimulation ».

À partir de septembre prochain, les parents ne pourront plus retirer leurs enfants de ces cours.Des parents de l’école primaire Coten End de Warwick ont ​​rencontré en juin le consultant en éducation sexuelle Jonny Hunt, l’un des architectes du programme All About Me, et se sont inquiétés de certains de ses contenus.Lorsqu’on lui a demandé pourquoi « l’autostimulation de soi » figurait dans les plans de cours de la cinquième année et pourquoi cela ne figurait pas dans l’élément d’éducation sexuelle non obligatoire du programme, il a répondu : « En réalité, nous parlons de se stimuler ou de se soulager tout au long du programme, y compris les années précédentes.

Ce n’est pas de l’éducation sexuelle, mais bien des informations sur un toucher en sécurité et approprié. Même si des adultes peuvent trouver cela gênant, les enfants de tous les âges s’autostimulent de temps en temps. Ils peuvent le faire quand ils sont anxieux ou tout simplement parce que ça leur fait du bien. »

Pour votre information, au cas où vous auriez besoin de rappeler aux enfants les règles de l’autostimulation.Il y a aussi des règles concernant le fait de se toucher. Maintenant, beaucoup de gens aiment se chatouiller ou se caresser, car cela peut être agréable. Ils peuvent jouer avec leurs cheveux, se caresser la peau ou même toucher leurs parties intimes. C’est vraiment très normal. Cependant, certaines personnes peuvent se fâcher ou dire que c’est sale, en particulier lorsque vous touchez vos propres parties intimes. C’est étrange car c’est vraiment très normal, cependant, il n’est pas poli de le faire en présence d’autres personnes. C’est quelque chose que nous ne devons faire que lorsque nous sommes seuls, peut-être dans le bain, la douche ou au lit, un peu comme si on se grattait le nez. Ce n’est certainement pas poli de le faire en classe lorsque tout le monde regarde.

Naomi et Matthew Seymour, dont les deux fils sont scolarisés à Coten End, sont fortement en désaccord avec cette idée. Préoccupés par le fait que leurs fils seraient exposés à des problèmes qu’ils « n’étaient pas prêts à entendre », ils les ont retirés de l’école pendant la semaine au cours de laquelle le programme avait été enseigné.

« Ma femme a pleuré la première fois qu’elle a lu ce qui allait se passer durant les leçons », a déclaré M. Seymour, âgé de 38 ans.

« Cette sexualisation de nos enfants est tout à fait inappropriée. Ils appellent cela l’autostimulation et n’utilisent pas le terme de ‘masturbation’, mais quand vous lisez, c’est exactement ce dont ils parlent. »

« Nous ne voulons pas commencer à faire des piquets de grève et brandir des banderoles. Nous sommes juste une famille ordinaire. Je pense que beaucoup de familles qui ont vu ces plans de cours ressentiraient la même chose que nous. »

Lynette Smith, enseignante à la tête d’une entreprise qui propose des programmes RSE pour les écoles, a déclaré sympathiser avec les personnes inquiétées par la section « autostimulation » du programme de deuxième année. Elle a déclaré : « Nous n’utilisons jamais le mot autostimulation, pas à l’école primaire. Pour nous, ce n’est pas approprié. »

Piers Shepherd, du Family Education Trust, a déclaré que les directives en matière de RSE étaient trop vagues. « Il est encore plus préoccupant de penser que les parents puissent se voir refuser la possibilité de retirer leurs enfants de ces cours si l’école les qualifie de cours d’éducation relationnelle plutôt que d’éducation sexuelle. »

Simon Calvert, de l’Institut Chrétien, a déclaré : « Il semblerait que le Warwickshire ait prêté plus d’attention à un consultant controversé en éducation sexuelle qu’à… ce que les parents comprennent comme étant dans l’intérêt supérieur de leurs enfants. »

Le Warwickshire County Council a déclaré que les leçons étaient « adaptées à l’âge et au niveau de développement des enfants », ajoutant : « Même si certains éléments peuvent être sensibles pour certains, nous pensons qu’il est important que les enfants… obtiennent des informations claires et cohérentes à ce sujet important, mais souvent négligé. »

Le gourou de l’éducation sexuelle marié qui ne veut pas que vos enfants apprennent que le mariage, c’est bien.

Le consultant en éducation sexuelle responsable du programme All About Me devrait également faire sourciller avec son opinion sur le mariage.Dans la section blog de son site Web en juillet dernier, Jonny Hunt, 37 ans, a critiqué le projet de lignes directrices du gouvernement concernant les relations et l’éducation sexuelle car elles soulignaient l’importance du mariage.Ironiquement, il a épousé sa partenaire Gemma le mois suivant.

Les directives indiquaient qu’à la fin du primaire, les élèves devraient savoir que le mariage représente « un engagement formel et juridiquement reconnu de deux personnes l’une envers l’autre, destiné à durer toute la vie ».Mais s’élevant contre « l’insistance continue sur le mariage », M. Hunt a écrit : « On semble toujours croire qu’un mariage offre un environnement plus sûr pour les enfants et pour les relations sexuelles. Ce n’est pas le cas. »

Hunt a travaillé pour le Warwickshire Council pendant plus de sept ans.Après sa visite aux Pays-Bas en 2012, le Conseil a acheté Spring Fever, un programme d’éducation sexuelle néerlandais destiné aux enfants de 4 à 11 ans, qui a fourni le plan directeur à partir duquel il a aidé à élaborer les plans de cours All About Me. Invité à s’exprimer, M. Hunt a déclaré qu’il n’avait rien à ajouter à la déclaration du Conseil.

Source : Daily Mail

Traduit par: lecridespeuples.fr

Publicités