Liberman « fera son offre » à Netanyahu et Gantz si pas de progrès d’ici Kippour

Le faiseur de roi fait le vœu d’essayer de combler le fossé entre les deux camps ; son parti Yisrael Beytenu affirme qu’une 3e élection est la « dernière chose dont Israël a besoin »

Le parti d’Avigdor Liberman, Yisrael Beytenu, a déclaré mercredi qu’il « présenterait sa propre offre » aux deux plus grands partis rivaux du pays s’ils ne parvenaient pas à un accord de partage du pouvoir la semaine prochaine.

« La dernière chose dont le pays a besoin maintenant, c’est de nouvelles élections », a déclaré le parti dans un communiqué, ajoutant qu’un troisième vote n’était pas de nature à modifier de manière significative le paysage politique.

« Nous devons trouver une solution rationnelle et laisser de côté toutes les considérations personnelles et l’ego », a déclaré M. Liberman à ses collègues de parti. « Si d’ici Yom Kippour [mardi soir prochain] il n’y a pas de déblocage, Yisrael Beytenu présentera sa propre offre aux deux factions [Likud et Kakhol lavan]. »

Il a noté qu’après le jour sacré, « la tâche de la construction du gouvernement passera à la vitesse supérieure ».

M. Liberman a ajouté que lorsque la 22e Knesset prêtera serment jeudi, il profitera de l’occasion pour tenter de faire avancer les pourparlers entre les partis.

Dimanche, Liberman avait averti le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz que le public ne leur pardonnerait pas s’ils ne parvenaient pas à former un gouvernement d’unité – ce qui conduirait le pays aux élections pour la troisième fois en moins d’un an.

Le chef d’Yisrael Beytenu a contribué à déclencher le vote du 17 septembre en refusant de rejoindre un gouvernement dirigé par Netanyahu après les élections du 9 avril à moins qu’une loi régissant la conscription militaire des étudiants de yeshiva soit adoptée sans modification – une demande rejetée par les alliés ultra-orthodoxes du Premier ministre.

Sans Yisrael Beytenu, il lui manquait un siège pour obtenir la majorité, et Netanyahu a voté fin mai pour dissoudre la Knesset et déclencher de nouvelles élections, plutôt que de voir un autre député essayer de constituer un gouvernement.

Liberman, dont le parti est passé de cinq à huit sièges aux élections du 17 septembre et qui détient l’équilibre du pouvoir à la Knesset entre le Likud de Netanyahu et Kakhol lavan de Gantz, s’est engagé en faveur du renforcement du régime unitaire entre les deux partis si aucun ne pouvait constituer une coalition sans lui – un vœu qu’il a renouvelé depuis les élections.

Après les élections, les dirigeants de l’alliance des partis sioniste-religieux Yamina et des ultra-orthodoxes Yahadout HaTorah et Shas ont signé un accord avec Netanyahu, s’engageant à entamer des négociations de coalition en un bloc de 55 personnes dirigé par le dirigeant du Likud. Liberman et Gantz ont tous les deux dénoncé cette décision, ce dernier la considérant comme un obstacle majeur dans les négociations de coalition de son parti avec le Likud.

Kakhol lavan a également exclu de rejoindre une coalition dirigée par Netanyahu en raison des accusations de corruption en instance contre lui.

Gantz est à la tête d’un bloc de 54 députés qui l’ont avalisé comme Premier ministre, mais les 10 députés arabes de ce bloc ne veulent pas siéger dans une coalition qu’il dirige. Trois autres députés arabes n’ont appuyé aucun candidat au poste de Premier ministre, et le parti de Liberman non plus.

Les négociations entre les représentants du Likud et de Kakhol lavan sur la possibilité de former un gouvernement d’unité sont au point mort, et Gantz a annulé une réunion prévue avec le Premier ministre mercredi, affirmant que l’état des discussions entre les équipes de négociation du parti ne le justifiait pas.

Les responsables de Kakhol lavan ont déclaré que le Likud ne négociait pas de bonne foi et qu’il ne cherchait qu’à les accuser de l’échec à former un gouvernement.

Le Likud avait fait de la rencontre entre les deux dirigeants la dernière tentative de Netanyahu pour parvenir à un accord avant d’admettre sa défaite dans sa tentative de former une coalition et de permettre au président de charger quelqu’un d’autre de cette tâche.

L’annulation de la réunion a donné lieu à la spéculation selon laquelle Netanyahu pourrait se rendre chez Rivlin dès mercredi. Mais lors d’une réunion mercredi matin avec des membres du bloc religieux de droite, Netanyahu n’a pas indiqué qu’une telle décision était imminente.

Le Likud et Kakhol lavan se sont accusés mutuellement d’intransigeance dans les pourparlers de coalition et ont affirmé que l’autre partie poussait le pays vers une troisième élection.

Rivlin avait préconisé un gouvernement d’unité dans lequel le pouvoir serait divisé également avec Netanyahu et Gantz qui serviraient chacun deux ans comme Premier ministre. Rivlin a laissé entendre, mais n’a pas précisé, que Netanyahu pourrait prendre un congé illimité s’il était inculpé dans une ou plusieurs des enquêtes pour lesquelles il fait l’objet d’accusations. En vertu de la disposition établie par Rivlin, Gantz, en tant que « Premier ministre intérimaire » dans un tel scénario, jouirait de toute l’autorité d’un Premier ministre.

Mais les deux parties n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur qui prendrait le poste de Premier ministre en premier dans le cadre d’un tel arrangement.

Source: Times of Israël

Publicités