Retrait des USA : Jérusalem redoute le contrôle de Moscou sur le Moyen-Orient

La Russie devient la dernière puissance engagée militairement dans la région ; des analystes évoquent de grands dangers pour Israël, même si l’on y voit aussi des opportunités

Le retrait récemment annoncé par le président américain Donald Trump de presque toutes les troupes américaines du nord de la Syrie a consolidé le statut de la Russie en tant que puissance militaire mondiale dominante activement engagée au Moyen-Orient.

Cette semaine, les troupes russes sont arrivées dans des bases militaires du nord de la Syrie que l’armée américaine avait quittées à la hâte quelques jours auparavant, dans ce que l’on peut considérer comme un transfert d’hégémonie régionale au sens propre et au figuré.

De nombreux responsables à Jérusalem sont profondément inquiets d’être abandonnés par leur superpuissance alliée, car la décision américaine de se désengager progressivement de cette partie du monde – qui a commencé sous l’ancien président américain Barack Obama – menace de donner du courage aux ennemis d’Israël : l’Iran et ses alliés et mandataires au Liban, en Syrie, à Gaza et ailleurs.

Que signifie réellement la prise de pouvoir par la Russie pour Israël ? Certains analystes s’inquiètent vivement de la possibilité que Moscou puisse utiliser des missiles sol-air contre des avions de chasse israéliens attaquant des cibles iraniennes en Syrie, ce qui mettrait fin à la campagne menée par Jérusalem contre la fondation par Téhéran d’une base militaire à la frontière israélienne.

D’autres voient dans le nouveau rôle de leadership de la Russie une opportunité, car il pourrait faire place à un modus vivendi Iran-Israël qui empêcherait l’escalade de la guerre parallèle entre les deux pays.

Pour analyser les implications du nouveau statu quo pour Israël, il est utile de comprendre pourquoi Moscou est engagée au Moyen-Orient en premier lieu, mais même sur cette question les experts diffèrent.

Amos Yadlin, directeur de l’Institut d’études sur la sécurité nationale de l’Université de Tel Aviv, a déclaré au Times of Israel qu’il compte huit raisons principales qui « ont motivé le président russe Vladimir Poutine à s’impliquer au Moyen-Orient :

1. Pour que la Russie redevienne grande ;
2. Pour redevenir une puissance influente, après que les Etats-Unis l’aient écartée de l’Egypte (1973), de l’Irak (2003), de la Libye (2011) et du processus de paix israélo-palestinien ;
3. Pour réduire l’influence des États-Unis ;
4. Jouer la carte du Moyen-Orient dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine ;
5. Pour contrôler les ports et les bases aériennes, ce dont le tsar rêvait ;
6. Tester des armes mises au point par la Russie au cours de la dernière décennie ;
7. Sauver le Syrien Bashar el-Assad – et montrer au monde que les Russes n’abandonnent pas leurs alliés ;
8. Pour combattre les djihadistes – en Syrie et non dans le Caucase.

Bien que la Russie ne veuille pas nécessairement agir en tant « qu’intermédiaire honnête » entre les parties belligérantes au Moyen-Orient, elle cherche à avoir de bonnes relations avec tout le monde, a déclaré Yadlin au Times of Israel.

« Tous les couples d’ennemis au Moyen-Orient entretiennent des liens assez bons avec la Russie : Arabie saoudite et Iran, Israël et les Palestiniens, les Kurdes et les Turcs, Israël et Iran, Egypte et Turquie, etc. »

La Russie ne doit pas être considérée comme un hégémon régional, a souligné M. Yadlin. Ce titre devrait plutôt être conféré à la Turquie, à Israël, à l’Arabie saoudite et à l’Égypte. Et même les Américains ont encore plus de forces au Moyen-Orient que les Russes, a déclaré Yadlin, ancien chef des services de renseignement militaire israéliens.

« Certes, les Russes règnent en grande partie sur la Syrie, mais avec tout le respect que je vous dois, la Syrie n’est pas un pays de premier ordre », a-t-il expliqué. « Les Américains ont plus de forces [au Moyen-Orient], mais moins de volonté de les utiliser. Le succès de la Russie tient à sa capacité d’utiliser très peu de forces avec une détermination et des règles d’engagement qu’elle seule peut se permettre, avec un droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU et un public patriotique dans son pays. »

« Israël n’a jamais été l’idée fixe de Poutine »

Jonathan Dekel-Chen, professeur d’histoire à l’Université hébraïque, spécialiste de la Russie, a déclaré que le principal motif de l’engagement de Poutine au Moyen-Orient est la nécessité de stabiliser le régime Assad pour que Moscou puisse maintenir sa présence militaire limitée en Syrie.

« Cela ne change pas [maintenant que les Américains se retirent de la Syrie]. Ce qui a changé, ce sont les conditions qui l’entourent », a-t-il déclaré.

Jusqu’à présent, les actions de la Russie depuis le retrait des Etats-Unis suggèrent que Poutine se concentre toujours principalement sur son objectif numéro un : assurer la survie d’Assad. Moscou n’est donc pas satisfaite de l’entrée dans l’arène d’une puissance régionale ambitieuse, la Turquie, et tentera également d’empêcher une éventuelle renaissance de l’Etat islamique.

« Cela affecte bien sûr Israël, mais seulement indirectement », a dit M. Dekel-Chen. « Israël n’a jamais été une priorité pour les actions russes en Syrie. Ce n’est tout simplement pas le cas. Il y a certainement des sous-produits des politiques et des actions russes en Syrie pour Israël. Mais elle n’a jamais été l’idée fixe de Poutine ou de quiconque en Syrie. »

Inutile de prétendre que la Russie va être un allié, mais nous n’avons pas non plus à en faire un ennemi

D’autre part, Israël doit accepter le fait que l’équilibre du pouvoir au Moyen-Orient a fondamentalement changé et qu’il n’a plus d’allié sur le terrain à proximité, a averti Michael Oren, ancien ambassadeur d’Israël aux États-Unis.

« Je suis inquiet. Depuis 45 ans, nous nous appuyons sur une Pax Americana qui n’existe plus. Je ne dis pas que les États-Unis ne viendront pas à notre secours [en cas de guerre], mais nous ne pouvons plus en être certains », a-t-il déclaré au Times of Israel. « Nous devons intérioriser que c’est la situation. »

Les États-Unis sont un allié ; la Russie ne l’est pas, a souligné M. Oren. « Inutile de prétendre que la Russie va être un allié, mais nous n’avons pas non plus à en faire un ennemi. Nous pouvons atteindre un modus vivendi avec eux. »

Ksenia Svetlova, née à Moscou et chargée de recherche politique au Mitvim, l’Institut israélien pour les politiques étrangères régionales, a déclaré que la nouvelle position dominante de la Russie dans la région pourrait avoir des répercussions « très graves » pour Israël.

« Nous avons déjà des systèmes de défense aérienne russes, les S-300, qui couvrent les côtes syriennes et libanaises. Dès que les Russes penseront qu’il est intelligent pour eux d’exploiter ces systèmes et de mettre fin aux attaques israéliennes, Israël ne pourra plus faire face à l’extension du pouvoir iranien dans ces pays », a-t-elle prédit.

L’armée de l’air israélienne serait également empêchée d’attaquer des usines de missiles ou des cargaisons d’armes en Syrie ou ailleurs, a déclaré Mme Svetlova, une ancienne députée de l’Union sioniste.

Ces dernières années, Israël a mené des centaines de frappes aériennes contre les forces soutenues par l’Iran en Syrie, en coordination avec la Russie.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a peut-être développé de bonnes relations de travail avec Poutine, mais cela ne signifie pas que le Kremlin continuera à tolérer les attaques aériennes israéliennes contre des cibles iraniennes en Syrie, a-t-elle poursuivi.

« Les Russes sont définitivement intéressés par la restructuration et la reconstruction de l’armée syrienne, ce qui signifie que les différents groupes armés qui s’y trouvent seront réunis sous l’aile de l’armée syrienne. Et toute attaque [contre des cibles iraniennes en Syrie] sera considérée comme une attaque contre Bashar el-Assad, et les Russes ne l’accepteront pas. »

Et il n’y a pas que la Syrie. L’Iran, lui aussi, est un allié stratégique de la Russie, a fait remarquer Mme Svetlova. « Et il est peu probable que Moscou fasse quoi que ce soit pour limiter l’influence iranienne en Syrie et au Liban. »

La déclaration de Trump selon laquelle les Etats-Unis n’auraient jamais dû s’impliquer au Moyen-Orient « représente donc un grand danger pour Israël, potentiellement, et transforme l’ordre mondial, qui était établi par les États-Unis, ici au Moyen-Orient, d’une façon dont on ne sait pas exactement comment elle va se développer ».

Un partage temporaire de facto du pouvoir entre l’Iran et Israël ?

Ofer Zalzberg, analyste en chef de l’International Crisis Group basé à Jérusalem, voit les événements de cette semaine de manière moins dramatique, et a même repéré des opportunités en faveur d’une région plus pacifique.

« Je dirais que cette semaine, la Russie est tout au plus devenue la seule puissance mondiale prête à utiliser sa puissance militaire au Moyen-Orient et que cela pourrait changer lorsque le président Trump quittera ses fonctions », a-t-il déclaré au Times of Israel. « De plus, la Russie ne peut pas et ne remplacera pas économiquement les Etats-Unis au Moyen-Orient pendant longtemps : son PIB nominal n’est que de 10 % de celui des Etats-Unis.

Le retrait américain de la Syrie pourrait mettre fin à « l’illusion israélienne de vouloir que les Etats-Unis résolvent tous les problèmes militaires », a poursuivi M. Zalzberg, ce qui pourrait être une bonne nouvelle pour tous.

« Israël est confronté à un choix quelque peu binaire entre une poursuite à haut risque, autonome et essentiellement militariste de ses objectifs maximalistes actuels, a-t-il dit. Il faut notamment insister sur le fait que l’Iran ne doit pas être autorisé à enrichir de l’uranium, et qu’il faut faire reculer son retranchement militaire en Syrie. »

« Le retrait de l’Amérique et la nouvelle position de leader de la Russie pourraient conduire Israël à recalibrer ses objectifs pour les rendre plus réalisables par la diplomatie », a affirmé M. Zalzberg.

Les liens de Moscou avec l’Iran et ses mandataires pourraient contribuer à un « partage temporaire du pouvoir de facto » entre Téhéran et Jérusalem, « plutôt qu’une victoire totale » pour les deux parties, a-t-il poursuivi.

« Israël peut examiner attentivement si la Russie pourrait aider à négocier un modus vivendi israélo-iranien concernant la Syrie et le Liban. Le contrôle de Moscou sur l’espace aérien syrien en fait le négociateur potentiel le plus pertinent », a-t-il déclaré. « Précisément parce que la Russie entretient des relations solides avec l’Iran et le Hezbollah, une telle communication pourrait également déboucher sur un pacte de non-agression entre Israël et le Hezbollah. »

Selon Maxim Suchkov, chercheur principal à l’Institut d’État des relations internationales de Moscou, la Russie est entrée en Syrie avec trois objectifs principaux : « Soutenir le gouvernement Assad, vaincre les groupes qu’il jugeait terroristes et briser ce qui, à l’époque, s’annonçait comme l’isolement occidental de la Russie. »

Cette approche était sans doute fondée sur les menaces, a déclaré M. Suchkov, qui édite la couverture d’Al-Monitor sur la Russie et le Moyen Orient.

« Plus de trois ans après le début de la campagne de Syrie, Assad semble plutôt stable – peut-être même trop – au point d’irriter Moscou à l’occasion. Aucun groupe terroriste ne représente à lui seul un défi vital pour la sécurité de la Syrie ou de la Russie, et le dynamisme de l’activité bilatérale de la Russie avec les acteurs régionaux, sans parler de l’ouverture de nombreux États occidentaux à Moscou, rend l’argument de ‘l’isolement’ non pertinent ».

C’est pourquoi, pour l’instant, la Russie est prête à transformer sa politique au Moyen-Orient de l’approche « fondée sur les menaces » à l’approche « fondée sur les opportunités », a déclaré Suchkov.

« Son image de nouveau gestionnaire du pouvoir dans la région, qui offre efficacement à la fois des possibilités d’équilibrage et de couverture à l’étranger, permet à Moscou d’explorer toute une série de possibilités dans la région – que ce soit dans le domaine de la gestion de la sécurité, de l’énergie, de la vente d’armes ou des exportations agricoles. »

Le président russe et le Premier ministre d’Israël semblent être « sur la même longueur d’onde », a ajouté M. Suchkov.

« Ils ont développé une bonne alchimie personnelle et semblent avoir le don de s’engager dans des intérêts sans exposer leur métagame. » Et ce métagame, a-t-il précisé, « c’est comment Bibi [Netanyahu] utilise sa relation avec Poutine pour améliorer sa propre position politique dans la politique intérieure israélienne, et comment Poutine utilise Bibi pour projeter l’image d’un puissant médiateur régional ».

Source: Times of Israël