Les autorités mondiales se préparent à une pénurie mondiale de protéines

La fièvre porcine africaine tue des millions de porcs dans le monde entier, ce qui risque de créer une pénurie mondiale de protéines paralysante à l’approche de 2020.

Cette épidémie a débuté en Chine l’année dernière et se déchaîne également en Corée du Nord, Vietnam, Laos, Cambodge, Myanmar et Philippines. Mais cette crise ne se limite certainement pas à l’Asie. Selon le Washington Post, en 2019, des épidémies ont également eu lieu «en Belgique, en Bulgarie, en Hongrie, en Lettonie, en Pologne, en Roumanie, en Russie et en Ukraine». Dans l’ensemble, des cas de peste porcine africaine ont été documentés «dans près de 50 pays», et les producteurs de porc américains sont extrêmement préoccupés par le risque de propagation de la maladie ici aussi.

La peste porcine africaine est extrêmement contagieuse, il n’y a pas de vaccin et il n’y a pas de remède. Une fois que la maladie commence à se répandre dans une zone donnée, il ne reste plus grand-chose à faire «autre que d’abattre les troupeaux et de charger les carcasses dans des décharges dangereuses» . Nous parlons littéralement d’un fléau mondial imparable qui constitue une menace existentielle pour notre approvisionnement alimentaire. Bien sûr, beaucoup d’entre nous ne mangeons pas de porc, mais les stocks de bœuf et de poulet seront également très sollicités, car ceux qui mangent du porc sont obligés de se tourner vers d’autres alternatives. C’est une situation extrêmement grave et avec chaque mois, cela ne fait qu’empirer.

La Chine est l’épicentre de cette crise, et CNN rapporte que le cheptel chinois a «diminué d’environ 130 millions» depuis le début de l’épidémie l’année dernière…

Il est difficile d’exagérer les dégâts causés par la peste porcine africaine sur la population de porcs de Chine. Le pays abrite la moitié de tous les porcs de la planète et son troupeau a diminué d’environ 130 millions de personnes depuis le début de l’épidémie il y a environ 13 mois, selon une analyse des données du ministère chinois de l’Agriculture réalisée par CNN Business. De nombreux agriculteurs hésitent à réapprovisionner les porcs après leur abattage, craignant de contracter la maladie.

Pour mettre cela en perspective, il n’y a qu’environ 70 millions de porcs aux États-Unis.

Oui, ce nombre est pour tout le pays.

Ainsi, les dommages déjà causés en Chine dépassent les cataclysmes et cette crise est loin d’être terminée.

Et selon le Washington Post, les pertes en Chine sont encore plus élevées que celles rapportées par CNN. Si vous pouvez y croire, la Poste affirme que « près de la moitié des porcs chinois » sont déjà morts…

On estime à 300 millions le nombre de porcs morts ou exterminés par le virus chinois depuis que la maladie s’est déclarée il y a 13 mois.

Bien sûr, le virus continue de déferler sur la Chine comme une traînée de poudre, et à ce stade, Rabobank prévoit que 70% des porcs chinois pourraient finir par être morts.

Et compte tenu du fait qu’environ la moitié des porcs du monde entier se trouvent en Chine, c’est une chose qui fait réfléchir.

Inutile de dire que cette crise a entraîné une hausse spectaculaire du prix du porc. Selon CNN , le prix du porc en Chine est maintenant supérieur de près de 70% à son niveau de l’année dernière…

La peste porcine africaine a ravagé la population de porcs en Chine et les consommateurs du pays ressentent la douleur. Certains se tournent même vers d’autres viandes car l’aliment de base devient inabordable.

Le porc en Chine coûte maintenant près de 70% de plus qu’il ya un an, selon les données publiées mardi par le Bureau national des statistiques de Chine.

Pour le citoyen chinois moyen, cela représente un gros problème, car le porc représente environ 70% de sa consommation totale de viande.

Alors, pour nourrir leur population, la Chine a commencé à importer de grandes quantités de porc et de bœuf du reste du monde…

La Chine a également acheté plus de viande de porc du reste du monde pour satisfaire ses consommateurs. Le pays a importé plus de 1,3 million de tonnes de viande de porc au cours des neuf premiers mois de 2019, soit une hausse de 44% par rapport à l’an dernier, selon les données des douanes publiées lundi. Les importations de viande de boeuf ont augmenté de plus de 50%, les gens substituant cette viande au porc dans leur régime alimentaire.

Alors que ce virus continue de se propager rapidement sur toute la planète, la contraction de l’offre ne fera que s’aggraver.

Les prix mondiaux vont continuer à grimper et les plus pauvres de la chaîne alimentaire mondiale auront de plus en plus de difficultés à se permettre d’acheter du porc, du bœuf ou du poulet.

Et personne ne devrait s’attendre à ce que les choses tournent dans un an ou deux. En fait, selon un expert, « il faudra encore 4 à 6 ans à la Chine pour reconstituer son cheptel »…
«Nous avons passé un an maintenant et la situation continue de se propager et de s’aggraver», dit-il. « Nous pensons qu’il faudra encore 4 à 6 ans avant que la Chine soit en mesure de reconstituer son troupeau, mais cela laisse supposer à quel moment et à quel moment ils seront en mesure de se procurer un vaccin efficace. »

Bien sûr, cette projection suppose qu’il y aura un vaccin, mais pour l’instant, il n’existe pas de vaccin et nous ne savons pas s’il en existera un.

Pendant ce temps, ce virus continue de se répandre dans le monde entier comme une traînée de poudre. En fait, nous venons d’apprendre qu’il est entré dans «deux autres provinces aux Philippines» …

Le virus de la peste porcine africaine, hautement contagieux et meurtrier, s’est propagé à deux autres provinces des Philippines, le dixième plus gros consommateur de viande de porc au monde, ont annoncé vendredi des responsables.

Des cas d’infections ont été détectés dans certaines zones de Cavite, au sud de la capitale nationale, Manila, et à Nueva Ecija, sur l’île de Luzon.

C’est un fléau mondial différent de tout ce que nous avons vu auparavant

Selon le New York Daily News , « plus du quart des porcs de la Terre ont été anéantis par la maladie virulente ».

J’ai mis cette dernière phrase en gras pour m’assurer que vous l’avez bien compris.

Plus d’un quart de nos porcs sont déjà partis et ce virus fait toujours rage hors de contrôle.

Je continuerai à tenir mes lecteurs au courant de cette crise. Ce à quoi nous sommes confrontés est littéralement un cauchemar mondial et nous en sommes toujours aux premiers chapitres.

Source: The Economic Collapse

Traduit par: Echelle de Jacob