Un tremblement de terre ressenti à Strasbourg

Une secousse de magnitude 3,3 touche l’Alsace au lendemain de celle qui a frappé l’Ardèche.

Après le tremblement de terre qui a touché la zone de Montélimar, dans la Drôme, ce lundi 11 novembre, c’est la ville de Strasbourg qui a tremblé ce mardi. Cette secousse a eu lieu à 14h38 et a atteint une magnitude de 3,3 sur l’échelle de Richter selon le Réseau national de surveillance sismique de Strasbourg (RéNaSS).

Ce léger tremblement de terre a été ressenti par plusieurs témoins sur place contactés par Le HuffPost. “Il y a eu un gros ‘boum’ et l’immeuble a vibré”, fait savoir un Strasbourgeois travaillant près de la place Kléber. “Le sol de la chambre a un peu vibré, pendant 3-4 secondes”, a réagi un habitant du quartier Koenigshoffen. ”Ça a vibré pendant bien 5 secondes et les verres sur la table ont tremblé”, fait savoir une Strasbourgeoise qui se trouvait en centre-ville.

Le centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (CODIS) du Bas-Rhin a indiqué à l’AFP avoir reçu dans les minutes ayant suivi la secousse “une cinquantaine d’appels”, ayant entraîné vers 15h00 trois interventions des pompiers, notamment pour la fissure d’un bâtiment à Schiltigheim, au nord de Strasbourg, et pour la chute de briques d’une cheminée.

 La préfecture a fait savoir dans l’après-midi qu’aucun blessé n’était à déplorer.

Un événement “induit” ?

Selon le RéNaSS, Strasbourg se trouve à 5 km de l’épicentre de cet événement sismique défini comme “induit” par le réseau national de surveillance, c’est à dire qui aurait été déclenché directement ou indirectement par des activités humaines.

“Il est tout à fait possible que ce séisme ait été provoqué par des activités de géothermie” conduites au nord de Strasbourg, à Reichstett, a indiqué à l’AFP Jérôme Van der Woerd, chercheur à l’Institut de physique du globe de Strasbourg.

L’épicentre “est situé dans une zone de profondeur de 6 km, tout a fait en relation avec les zones de géothermie”, a-t-il noté, précisant que ce phénomène était “assez fréquent” lors de forages profonds avec injection de fluide.

Selon le chercheur, “il est impossible de dire si l’on aura des magnitudes plus fortes à l’avenir”.

L’entreprise de géothermie Fonroche a, pour sa part, contesté tout lien entre le séisme et son activité de forage.

“L’épisode sismique ressenti dans la région de Strasbourg n’a aucun lien avec le puits de géothermie situé au sein de l’Ecoparc Rhénan de Vendenheim-‐Reichstett exploité par Fonroche Géothermie” et qui est ”à l’arrêt depuis le 8 novembre au matin”, a-t-elle affirmé dans un communiqué.

“Les techniciens de Fonroche Géothermie présents sur le site ont à leur niveau identifié le séisme (…) comme distant d’au moins 5 km au sud du site de forage”, a fait valoir l’entreprise.
 
Source: Le HuffPost