Les mondialistes admettent ouvertement leur programme de contrôle de la population – et c’est un mauvais signe …

L’eugénisme et le contrôle de la population sont depuis longtemps des passe-temps des élites financières. Au début des années 1900, la Fondation Rockefeller et le Carnegie Institute ont été profondément impliqués dans la promotion des lois eugénistes aux États-Unis.

Ces lois ont conduit à la stérilisation forcée de plus de 60 000 citoyens américains dans des États comme la Californie et au rejet de milliers de certificats de mariage. Les programmes d’eugénisme aux États-Unis n’étaient qu’un test bêta, car les Rockefeller ont ensuite transféré leurs programmes en Allemagne sous Hitler et le Troisième Reich dans les années 1930, où un véritable programme de contrôle des populations basé sur l’eugénisme a été introduit.

Les objectifs de réduction de la population étaient basés sur l’origine ethnique, mais aussi sur l’« intelligence mentale » et le statut économique. Le Carnegie Institute a même créé en 1904 un « Bureau des archives eugéniques » du nom de Cold Springs Harbor Laboratory, qui recueillait des données génétiques sur des millions d’Américains et leurs familles dans le but de contrôler leurs effectifs et de supprimer certaines caractéristiques de la population des Etats-Unis. Le laboratoire de Cold Springs Harbor Laboratory existe encore de nos jours et se présente comme une sorte d’effort philanthropique pour aider l’humanité.

La connaissance publique des mondialistes et de leur programme de contrôle de la population a été soigneusement balayée sous le tapis aux États-Unis après l’exposition des programmes nazis après la Seconde Guerre mondiale. Le mot « eugénisme » est devenu très laid et tous les efforts déployés par les élites pour le promouvoir comme une science légitime ont été ruinés. Cependant, ils n’allaient pas renoncer à leur précieuse idéologie.

À la fin des années 1960 et au début des années 1970, il y a eu une résurgence de la rhétorique sur le contrôle de la population qui est sortie des cercles mondialistes. Sous la supervision de l’ONU et de certains groupes scientifiques connexes, le Club de Rome a été créé. Une partie importante de l’agenda du Club de Rome était la réduction de la population. En 1972, le groupe de « scientifiques » sous la direction de l’ONU a publié un document intitulé « Les limites de la croissance« , qui appelait à une forte réduction de la population humaine au nom de la « sauvegarde de l’environnement ». Cet effort était directement lié à un autre programme – l’institution d’un gouvernement mondial capable de gérer et d’appliquer les contrôles de population à grande échelle.

Les élites avaient trouvé un nouveau front scientifique pour leur obsession eugénique : La climatologie. Au début des années 1990, le Club de Rome a publié un livre intitulé « La première révolution mondiale ». Ils y déclarent :

« En cherchant un ennemi commun contre lequel nous pouvons nous unir, nous avons eu l’idée que la pollution, la menace du réchauffement de la planète, les pénuries d’eau, la famine et ainsi de suite, correspondraient à nos attentes. Dans leur ensemble et dans leurs interactions, ces phénomènes constituent une menace commune qui doit être affrontée par tout un chacun. Mais en désignant ces dangers comme étant l’ennemi, nous tombons dans le piège, dont nous avons déjà mis en garde nos lecteurs, à savoir la confusion entre symptômes et causes. Tous ces dangers sont causés par l’intervention humaine dans les processus naturels et ce n’est qu’en changeant les attitudes et les comportements que l’on peut les surmonter. Le véritable ennemi est donc l’humanité elle-même.« 

La déclaration est tirée du chapitre 5 – Le vide, qui traite de leur position sur la nécessité d’un gouvernement mondial. La citation est relativement claire : un ennemi commun doit être conjuré afin d’amener l’humanité à s’unir sous une seule bannière, et les élites considèrent la catastrophe environnementale, causée par l’humanité elle-même, comme le meilleur facteur de motivation possible. L’homme est l’ennemi, c’est pourquoi l’humanité en tant qu’espèce doit être soumis à une surveillance stricte et sa prolifération doit être limitée.

Le Club de Rome et l’agenda de l’ONU ont toujours été intimement liés. Dans les années 1990, au moment même où la « Première révolution mondiale » a été publiée, le secrétaire général adjoint de l’ONU, Robert Muller, publiait son manifeste qui est maintenant rassemblé sur un site Web intitulé « Good Morning World« . Muller soutient que la gouvernance mondiale doit être réalisée en utilisant l’idée de « protéger la Terre » et l’environnementalisme comme éléments clés. Par crainte de l’apocalypse environnementale, le public pourrait être convaincu d’accepter le gouvernement mondial comme un État providence nécessaire pour empêcher la société de s’auto-détruire.

Dans un document intitulé « Proper Earth Government : A Framework And Ways To Create It«  Robert Muller explique comment le changement climatique pourrait être utilisé pour convaincre les masses de la nécessité d’un gouvernement mondial. L’introduction d’une nouvelle « religion mondiale » et le contrôle de la population faisaient partie intégrante de son plan.

Il n’est pas surprenant que l’ONU ait créé le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et que ce groupe et ses ramifications soient maintenant à l’avant-garde de l’argument en faveur de la réduction de la population. Alors que nous approchons de la date butoir de l’Agenda 2030 de l’ONU, qui appelle à un transfert radical de la production humaine du pétrole et d’autres sources d’énergie à grande échelle vers les « énergies renouvelables » à petite échelle, il ne reste que 10 ans aux mondialistes pour atteindre leurs objectifs s’ils souhaitent respecter ces échéances annoncées. Cela nécessiterait un changement brutal dans la société humaine et surtout dans les pays industrialisés.

Il faudrait réduire considérablement la population humaine pour survivre grâce à la faible production d’énergie des seules énergies renouvelables. Une catastrophe aux proportions épiques devrait avoir lieu rapidement pour que les mondialistes puissent ensuite passer la prochaine décennie à utiliser la peur qui en résultera pour convaincre la population survivante que la gouvernance mondiale est nécessaire. Sans crise agressive et changement, la plupart des gens ne suivraient jamais l’agenda de l’ONU, par simple désir d’autoprotection. Même de nombreux militants de gauche, une fois exposés à la véritable nature du contrôle du carbone et de la réduction de la population, pourraient avoir des doutes lorsqu’ils réaliseront qu’ils pourraient être affectés.

La clé pour comprendre les gens qui encouragent le contrôle ou la réduction de la population est que ces gens supposent toujours qu’ILS seront les survivants et les héritiers de la Terre après l’abattage. Ils ne supposent jamais qu’ils seront les seuls à être mis sur la sellette.

En 2019, le programme en matière de population passe à la vitesse supérieure et le public est soigneusement conditionné au fil du temps pour accepter l’idée que les changements climatiques d’origine humaine sont réels et que la population est la source du problème. Récemment, un groupe de scientifiques financés en partie par le « Worthy Garden Club » a récolté 11 000 signatures dans une déclaration sur la nécessité de réduire la population au nom de la sauvegarde de la Terre pour enrayer le réchauffement climatique.

La déclaration cite tout de même la longue propagande démystifiée du GIEC et de l’ONU sur le changement climatique comme les raisons pour lesquelles la Terre est sur le point de s’anéantir. Le fait est que les climatologues ont toujours été pris en flagrant délit de manipulation de leurs propres données pour montrer les résultats escomptés du réchauffement climatique. Ils ont même été pris en train d’essayer d’ajuster leurs propres données d’il y a 20 ans afin de les faire correspondre plus étroitement aux données truquées qu’ils publient aujourd’hui.

Le Worthy Garden Club est un groupe étrangement stérile et il ne semble pas y avoir de liste de leurs mécènes et de qui les finance. Cependant, les médias grand public n’ont pas tardé à reprendre la déclaration des « 11 000 scientifiques » et à la lier aux déclarations faites par le GIEC de l’ONU.

Le contrôle de la population a également été régulièrement évoqué comme un problème lors de la course à l’élection présidentielle de 2020. Bernie Sanders a plaidé en faveur de mesures contraceptives dans les pays pauvres. Elizabeth Warren a fait la promotion de l’avortement en disant que c’était aussi sûr que « de se faire enlever les amygdales« . Elle a constamment fait la promotion du programme de contrôle du carbone de l’ONU et a été, ce qui est intéressant, membre du Centre de recherche sur la population de l’Université du Texas dans les années 1980. Et les politiciens du Green New Deal soutiennent les déclarations du Worthy Garden Club sur la réduction de la population.

C’est la première fois que je vois l’argument en faveur de la réduction de la population utilisé de manière aussi flagrante et répandue dans les médias grand public, et il me semble qu’une tendance se profile. Pendant des années, j’ai averti mes lecteurs qu’ils sauront quand les mondialistes seront sur le point de débrancher le système actuel quand ils commenceront à parler ouvertement de leur criminalité. Lorsqu’ils admettent librement leur agenda, cela signifie qu’ils sont proches d’une remise à zéro globale et qu’ils ne se soucient plus de savoir qui s’en soucie. Le fait que le plan de réduction de la population mondiale soit public est désormais une évidence.

Curieusement, on a peu parlé du fait que la population mondiale, en Occident surtout, est en déclin. Loin d’exploser au-delà de la capacité de la Terre, les gens ont à peine assez d’enfants pour maintenir la population actuelle stable. Il semblerait que l’agenda mondialiste soit déjà en marche. Grâce à la désintégration économique artificielle, la population diminue lentement. Cependant, ce lent déclin pourrait ne pas suffire à satisfaire les mondialistes.

Combien de personnes les mondialistes voudraient-ils tuer pour réaliser leurs aspirations utopiques ? Eh bien, le mondialiste Ted Turner a dit en toute honnêteté, face à We Are Change, que la population devrait être réduite de 7 milliards à 2 milliards de personnes.

Au-delà du spectacle d’horreur morale de l’eugénisme, la première question qui se pose ici, c’est de savoir qui sera éliminé. Et en plus, qui décidera qui se fera couper les cheveux ? Qui décidera si vous pourrez avoir des enfants ou non ? Qui décidera si vous êtes autorisé à accéder aux ressources pour produire et gagner votre vie ou non ? Qui décidera si l’économie mondiale soutiendra la population ou non ? Qui appuiera sur la gâchette pour éradiquer la population ?

Comme l’histoire nous l’a montré, ce sont toujours les élites qui finissent par décider du sort de millions ou de milliards de personnes. Des programmes de stérilisation de la Fondation Rockefeller aux États-Unis au début des années 1900 jusqu’à l’ONU aujourd’hui, les mondialistes, véritable secte de la mort, cherchent désespérément à justifier pourquoi ils devraient autoriser ou refuser la vie humaine sur la base de mensonges comme les changements climatiques causés par l’homme. Ils ne croient pas à la menace du changement climatique, ce sont eux qui l’ont fabriquée. Alors, quelle est la raison principale derrière tout cela ?

Une population réduite complètement dépendante de sources d’énergie limitées pourrait être plus facile à dominer. Mais j’ai une autre théorie : ce sont des psychopathes qui cherchent un moyen socialement justifiable de tuer autant de gens que possible. Pourquoi ? Parce qu’ils aiment ça.

Source: Alt Market

Traduction par Aube Digitale