Le gouvernement chinois utilise des empreintes faciales et des empreintes digitales sur les chrétiens lorsqu’ils entrent dans l’église

Dans le but de maintenir un contrôle plus étroit sur la communauté chrétienne grandissante du pays, le gouvernement chinois utilise maintenant une technologie de reconnaissance faciale et de numérisation des empreintes digitales à l’entrée des églises.

Le mois dernier, les autorités ont installé deux scanners biométriques à l’entrée de l’église de Muyang, dans le Hubei. Selon Bitter Winter , chien de garde de la persécution chrétienne , les fidèles ont ensuite été obligés de se faire scanner le visage et les empreintes digitales avant de pouvoir entrer dans le sanctuaire.

Plus de Bitter Winter:

«Un croyant a révélé à  Bitter Winter  qu’il y a plus d’un mois, les Deux Conseils chrétiens chinois locaux exigeaient que tous les lieux de réunion établis par les églises Trois-Soi de la ville de Huangshi prennent les empreintes digitales des croyants et enregistrent leurs informations personnelles et familiales.

Les fidèles sont dérangés par l’ordre car cette exigence place non seulement les membres de la congrégation sous la surveillance et la surveillance constantes du gouvernement, mais peut également impliquer les membres de leur famille et leurs proches. Il a ajouté que les membres de leur famille qui sont fonctionnaires ou membres du Parti communiste seraient très probablement punis ou soumis à des restrictions de leurs activités; cela peut même avoir un impact négatif sur leur promotion au travail. « 

La pratique consistant à installer de tels dispositifs se répand dans la province et fournit aux autorités des informations vitales sur les disciples de Jésus.

Une source qui avait vu le système en action a dit à la sortie que c’était comme si les fidèles étaient «au travail» quand ils assistaient au culte.

« De cette façon, l’église peut savoir clairement qui assiste aux offices et qui ne les assiste pas », a ajouté le président.

Des représentants du gouvernement chinois ont récemment été critiqués pour avoir interrogé des croyants qui étaient surpris en train d’acheter des livres religieux en ligne.

Les chrétiens sont invités à des «séances de thé», un terme familier pour des interrogatoires de police, après avoir tenté d’obtenir des livres chrétiens par le biais de l’application de messagerie instantanée «WeChat» et d’un magasin en ligne associé appelé «Wheat Bookstore».

S’adressant à  International Christian Concern (ICC) , le père Francis Liu de la communauté chrétienne de la justice chrétienne a confirmé que de nombreux croyants cherchant à acheter des articles dans le magasin font actuellement l’objet d’une enquête par des responsables de l’administration chinoise.

La CPI a noté que l’un de ces croyants avait « récemment reçu la visite de responsables de la sécurité de l’Etat grâce à l’achat qu’il avait effectué l’année dernière ».

«On lui a demandé de fournir son numéro de téléphone portable et son compte WeChat et de signer un document confirmant son appartenance religieuse. Son superviseur a également été invité à signer », a expliqué le chien de garde de la persécution.

À la suite de l’intervention de la police, la librairie Wheat Bookstore a averti que tout achat effectué auprès de celle-ci pourrait donner lieu à une visite de la police. Le magasin a également indiqué aux clients potentiels comment aborder toute conversation avec des officiels.

Selon une source locale qui a parlé à la CPI, les autorités chinoises tentent d’étouffer le flot de littérature chrétienne afin de créer une «famine spirituelle» parmi les croyants.

«La répression contre les chrétiens et les autres communautés religieuses en Chine est une stratégie à multiples facettes mise en œuvre par le gouvernement chinois», a déclaré à Faithwire Matias Perttula, directeur du plaidoyer de la CPI.

«La surveillance des achats de matériaux confessionnels fabriqués par des chrétiens n’est qu’un autre indicateur de l’oppression exercée par le gouvernement chinois pour faire pression sur les chrétiens pour qu’ils cessent de pratiquer leur religion. Les États-Unis et leurs alliés doivent continuer à faire la lumière sur ces méthodes oppressives et mettre au défi le gouvernement chinois d’appliquer la véritable liberté de religion et les droits de l’homme dans le pays. « 

Source: Faithwire

Traduit par: SENTINELLE SAPS