Élections : Les avertissements du président de la Knesset

Yuli Edelstein du Likud cherche à mettre fin à l’impasse de la coalition, met en garde contre un « effondrement économique » imminent si les négociations échouent

Mettant en garde contre un « effondrement économique et social », le président de la Knesset, Yuli Edelstein, a déclaré mercredi qu’il avait invité les négociateurs de la coalition Kakhol lavan et du Likud à le rencontrer plus tard dans la soirée pour « une dernière tentative » de former un gouvernement d’unité.

Edelstein, membre du Likud, a rencontré des représentants de Kakhol lavan à 17h dans son bureau, et une réunion avec le Likud était prévue à 18h.

Alors qu’il reste encore deux semaines à 61 députés pour recommander la formation d’un gouvernement avant que le pays ne soit contraint d’aller à une troisième élection sans précédent en l’espace d’un an, Edelstein déplore que « tout le monde semble avoir abandonné, et nous sommes revenus – trop vite – aux slogans [de campagne] et aux calculs électoraux ».

Il a prévenu : « Tout le monde comprend qu’Israël est au milieu d’une situation d’urgence gouvernementale qui pourrait mener à un effondrement économique et social. »

Appelant les dirigeants de Kakhol lavan et du Likud à « choisir entre le leadership et la lâcheté, entre la volonté du public, de l’ensemble de la population et une énorme crise de confiance », Edelstein a déclaré que le pays avait atteint « le moment de vérité dans la politique israélienne. Il n’y aura pas d’autre moment. C’est le moment de dire : trop c’est trop. »

Il a ajouté : « J’ai le plaisir de vous informer que les deux dirigeants ont répondu par l’affirmative à mon appel et que la tentative de rétablir le bon sens en Israël va commencer ce soir ».

Dans un communiqué en réponse à Edelstein, Kakhol lavan a déclaré : « Nous saluons l’initiative du Président de la Knesset, ainsi que tout dialogue qui peut faire avancer un gouvernement d’unité large dirigé par Kakhol lavan avec le Likud, qui sera basé sur des principes communs.

Le parti a déclaré qu’il « faisait tout ce qui était en son pouvoir pour éviter une troisième élection inutile et coûteuse et qu’il rencontrerait aujourd’hui le Président de la Knesset pour en discuter ».

Deux tours d’élections, en avril et en septembre, n’ont pas permis de former un gouvernement élu – une première dans l’histoire politique israélienne. La Knesset a maintenant jusqu’au 11 décembre pour que les députés puissent se mettre d’accord sur un des leurs pour former un gouvernement, sinon le Parlement sera dissous et des élections seront organisées pour la troisième fois, probablement en mars.

Source: Times of Israël