Les Israéliens retourneront aux urnes le 2 mars 2020 pour la 3ème fois en moins d’un an

Les députés israéliens n’ont pas réussi à trouver un candidat capable d’obtenir une majorité à la Knesset

Après des mois de pourparlers, et l’échec du Premier ministre sortant Benyamin Netanyahou, et du chef de file de la liste centriste Bleu Blanc Benny Gantz, à former un gouvernement, le Parlement israélien a été officiellement dissous mercredi soir.

Les députés avaient jusqu’à mercredi 23h59 (heure local) pour trouver un candidat capable d’obtenir une majorité à la Knesset. Suite à ce nouvel échec, et pour la troisième fois en moins d’un an, les Israéliens retourneront aux urnes le 2 mars 2020, une première dans l’histoire de l’Etat hébreu.

Les députés israéliens doivent cependant tous s’entendre sur cette date. S’ils ne parviennent pas à se mettre d’accord, la date sera automatiquement fixée au 10 mars 2020 : la loi impose une période de 90 jours avant la tenue de nouvelles élections et après l’échec du Parlement à élire un candidat.

L’opinion israélienne est particulièrement opposée à la tenue de nouvelles élections: l’association des Industriels d’Israël a estimé que l’organisation de trois scrutins en moins d’un an pourrait coûter 12 milliards de shekels (3,1 milliards d’euros) au total.

Selon un sondage réalisé par la chaîne israélienne Channel 13, 41% des sondés estiment que le Premier ministre sortant est responsable de l’impasse politique, tandis que 5% des personnes interrogées blâment Benny Gantz.

Source: i24 News